Taxis, VTC, que choisir ? Ça dépend...

 |   |  2343  mots
De nouvelles sociétés de taxis et les véhicules de tourisme avec chauffeur s'avèrent des alternatives - souvent moins coûteuse - aux traditionnels taxis bleus et G7.
De nouvelles sociétés de taxis et les véhicules de tourisme avec chauffeur s'avèrent des alternatives - souvent moins coûteuse - aux traditionnels taxis bleus et G7. (Crédits : Phil h)
Le Cab, Drive, Uber, Taxiloc, Taxibeat... quelle formule est la plus adaptée à vos besoins ? La Tribune fait le point.

Habitué(e) des traditionnels taxis, vous ne voyez pas l'intérêt de commander un "taxi privé"? Ces véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) ont pourtant choisi un positionnement selon eux bien différent de celui des premiers, avec un service plus haut de gamme, mais surtout des tarifs "au forfait" souvent moins chers et connus d'avance. Cela dit, y a-t-il des différences entre tous ces nouveaux acteurs? Comment s'y retrouver ? Alors que le Conseil d'État doit rendre sa décision dans la semaine à propos du contesté décret imposant, depuis le 1er janvier, un délai de 15 minutes aux VTC, La Tribune fait un tour d'horizon des services proposés par ces derniers et certains taxis innovants. 

Autres taxis, autres services

Hormis les traditionnelles compagnies de taxis, il existe, sur le marché, deux sociétés particulièrement innovantes: Taxibeat et Taxiloc.

  • Taxibeat permet de choisir son chauffeur

Créée en 2011, cette start-up d'origine grecque présente à Sao Paulo, Paris, Rio, Mexico, Athènes, Lima, Bogota et Istanbul, travaille uniquement avec des chauffeurs détenant la carte professionnelle de taxi. 

Grâce à un système de géolocalisation en temps réel, les chauffeurs les plus proches du lieu de prise en charge du client apparaissent sur l'application. Chacun d'entre eux a sa petite fiche descriptive avec sa photo. Et depuis peu, les chauffeurs prêts à offrir les frais d'approche se distinguent des autres grâce à un bandeau vert

La société joue sur la fidélisation du client et, à cet égard, mise beaucoup sur ses chauffeurs. Taxibeat se targue d'ailleurs d'être la seule entreprise de taxis à proposer de choisir son chauffeur. "Ce qui peut être utile dans le cas où vous voyagez avec un animal de compagnie ou si vous cherchez un chauffeur qui parle l'arabe", se félicite son PDG. 

En revanche, il n'est pas possible de faire des réservations à l'avance. Taxibeat fonctionne uniquement sur commande immédiate et seulement via son application iPhone ou Androïd. Donc oubliez cette option si vous avez un BlackBerry ou si vous souhaitez effectuer la commande depuis votre ordinateur (de bureau). Quant au prix c'est celui d'un taxi.

  • Taxiloc veut proposer des forfaits

Comme son nom l'indique ce service lancé en 2012 par Pierre Peyrard met en relation des chauffeurs détenant la carte professionnelle avec les clients. Téléphone au prix d'un appel local, site internet, application (Android ou iPhone) et sms, Taxiloc joue la carte du multicanal et répond aussi bien aux commandes immédiates, grâce à un système de géolocalisation, qu'aux réservations à l'avance. 

Si le service n'est présent que sur la capitale, Taxiloc propose en revanche une mise en relation avec les plateformes des autres villes. Par exemple, lorsque vous prenez le train pour Avignon au départ de Paris, il vous suffit de composer le 3620 et d'indiquer le numéro de votre train ainsi que votre gare d'arrivée. Taxiloc vous mettra alors en relation directement avec les taxis de la ville d'Avignon. Ce qu'elle fait pour 92 destinations au départ de Paris. 

Taxiloc se commande (aussi) aux bornes Vélib'

Cela dit, Taxiloc se distingue surtout par un service innovant, à savoir la commande d'un taxi par sms (moyennant 0,35 centimes d'euro en plus du coût du sms) au 63388 à partir d'une borne Vélib'. La société a recensé les numéros et les adresses de toutes les bornes parisiennes afin de pouvoir localiser ses clients. Ceux-ci doivent ainsi communiquer le code de la borne à Taxiloc ainsi que l'arrondissement de leur destination. Ce qui peut donc se faire sans smartphone, avec un simple téléphone mobile. 

Des forfaits fixés à l'avance

Enfin, Taxiloc doit mettre en place courant février un nouveau système, qui promet de révolutionner le secteur. En effet, l'entreprise peaufine un algorithme permettant d'estimer le montant d'une course. Une option qui manque aux taxis et par laquelle se différencient les VTC.

Mais Taxiloc va plus loin. Certes elle fixera d'avance le prix de la course, grâce à cet algorithme. Toutefois, si elle a "trop" surestimé le prix de la course (comprendre un écart de plus de 5%), l'entreprise proposera au client de créditer la différence (après leur commission déduite) sur son compte, pour sa prochaine course.

Par exemple, si le prix fixé à 20 euros s'avère supérieur aux 16 euros qui auraient dus être facturés compte tenu de la fluidité du trafic, Taxiloc créditera 3 euros sur le compte du client, si l'on compte 1 euro de commission. 

En revanche, si Taxiloc a sous-évalué la course, elle s'engage à ne pas faire payer le client d'avantage.

L'autre alternative: les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), les fameux "taxis privés"

  • Le Cab, leader sur le marché des VTC

Pour commencer, la société créée en décembre 2012 par Benjamin Cardoso  n'a mis aucun canal de côté. Il est possible de passer commande aussi bien via leur site web (optimisé pour mobile) que par téléphone (01 76 49 76 49) ou via leur application (iPhone ou Androïd).

Comme pour la plupart des VTC, il faut donner son numéro de carte bancaire pour faire une réservation (immédiate ou à l'avance). Aussitôt la commande passée, Le Cab vous envoie alors un sms de confirmation avec le numéro de votre commande, le numéro de la plaque de votre chauffeur ainsi que son numéro de portable pour le joindre en cas de problème. Ensuite, un 2e sms vous prévient que votre chauffeur est en route. Puis, un 3e vous confirme l'arrivée de votre chauffeur.

Le prix, fixé au moment de la commande pour éviter toute mauvaise surprise, comprend  les frais d'approche, dix minutes d'attente et le trajet. Sachant que leurs tarifs, très compétitifs, fonctionnent "par zones", le prix aller sera le même que le prix du retour.  Il est également possible de convenir d'un trajet avec une ou plusieurs étapes. Si le client souhaite effectuer une étape, non prévue initialement, le prix de la course sera alors recalculé et ajusté en fonction.

La société propose une offre grand public, et non pas premium. "Une Peugeot 508 gris foncé viendra vous chercher", prévient le PDG Benjamin Cardoso, et le chauffeur, en costume, et formé dans leur école, vous ouvrira la portière. A bord, un iPad, qui vous permet d'accéder notamment à la presse numérique mais aussi aux bandes-annonce des films à l'affiche.

Pour les retours de voyage, Le Cab vous propose un service personnalisé. Pourvu de leur communiquer votre numéro de vol (ou de train). Le chauffeur vous attendra à votre arrivée, en ayant pris soin, au préalable, de se renseigner au sujet d'éventuels retards. Le chauffeur pourra même vous attendre directement à la sortie du train ou de votre avion, avec une pancarte à votre nom, moyennant un supplément de 5 euros pour les gares et 10 euros pour les aéroports. 

  • Drive à partir de 5 euros

La jeune société Drive, lancée fin 2013 par Maxime Bourdon, affiche un positionnement premium à un prix qu'il assure être "le plus compétitif du marché". Comme les autres VTC, Drive garantit le sourire du chauffeur, l'ouverture de porte ainsi qu'une bouteille d'eau dans l'accoudoir central. Côté voiture, son fondateur, Maxime Bourdon, a choisi Mercedes. 

Mais pour se démarquer des autres, la société propose des "premiers prix" à partir de 5 euros, dans Paris: "pour un tour de quartier" ou juste "pour vous aider à porter vos courses pendant 300 mètres", précise le PDG qui lutte farouchement contre les "15 euros minimum" imposés par d'autres. Cela dit, pour un petit trajet de 5 à 10 minutes environ, la course s'avère un peu plus onéreuse avec Drive (entre10 et 15 euros) qu'avec Le Cab (entre 9 et 11 euros).

Pour traverser Paris du 15e au 13e (soit un peu plus de 6 km), c'est encore Le Cab qui propose le tarif le plus compétitif (moins de 20 euros), juste devant Drive (20 euros tous ronds), Chauffeur-Privé (24,90 euros) et Snapcar (plus de 30 euros).

Quoi qu'il en soit, pour passer commande (sur internet, ou sur appli iPhone ou Android), on peut soit entrer ses codes de carte bancaire, soit passer par son compte Paypal. Drive fonctionne au forfait fixé à l'avance. Mais en cas de crochet imprévu en cours de route, le chauffeur peut faire un geste commercial et ne pas compter de supplément.

Petit bémol: lorsque vous effectuez une réservation à l'avance, vous ne recevez pas de sms de confirmation. Drive vous envoie un sms seulement au moment où le chauffeur est en route, avec son numéro de portable au cas où. Or aucun numéro ne permet de joindre un éventuel service client en cas de doute. Aussi, si vous avez passé commande pour le lendemain, ce n'est que le jour J que vous aurez la confirmation par sms que votre commande bien été prise en compte...

L'entreprise créée en 2011 par Yan Hascoet propose un service haut de gamme de réservation immédiate ou à l'avance. La commande se passe via leur site internet ou leur application (iPhone, Android ou BlackBerry) . Un sms vous annonce l'arrivée de votre chauffeur (et son prénom) qui vient vous ouvrir la porte en vous abritant avec un parapluie au besoin. A l'intérieur de la voiture, un fond de musique, que le chauffeur vous propose de modifier, une petite bouteille d'eau et quelques sucreries sont à votre disposition dans l'accoudoir central.

Côté prix, la société joue sur l'absence de (mauvaise) surprise en garantissant des prix connus d'avance et au forfait. Mais attention, le chauffeur peut également facturer en "course libre". Ce qui risque d'augmenter considérablement la note. C'est toutefois l'option que le chauffeur vous proposera si vous souhaitez faire un (gros) crochet par rapport à votre course initialement prévue.

En revanche, pour les trajets Paris-aéroports, Chauffeur-Privé fonctionne au forfait et vous garantit "les prix les plus bas du marché". Il faut compter entre 35 et 40 euros pour un Paris-Orly et 45 à 50 euros pour Roissy. (Cf tableau ci-dessous)

Enfin, pour s'inscrire, il faut entrer les chiffres de sa carte bancaire, le coût de la course sera ainsi automatiquement prélevé sur votre compte. Afin de garantir la qualité du service, la société invite le client à noter son chauffeur sur cinq étoiles.

Tarifs chauffeurs privés 

  •  Uber facture au compteur

Né en 2009, le pionnier Uber revendique l'offre la plus dense à Paris avec une flotte de plusieurs centaines de véhicules. La société assure ainsi traiter les commandes avec un faible temps d'attente. En revanche, la société traite seulement les réservations immédiates, que l'on peut passer via leur site internet, ou via leur application mobile disponible sur Android, iPhone et BlackBerry.

S'il est possible de demander un "devis" pour connaître une estimation du prix de la course, la société tarifera en fonction du temps et de la distance parcourue, comme les taxis, sauf pour les courses vers les aéroports.

PRICINGlast

 

Dans ce cas, Uber fonctionne au forfait, et assure proposer des tarifs très compétitifs grâce à leur offre milieu de gamme UberX (cf ci-dessous), seulement valable sur la capitale. Ainsi, pour un Paris-Orly comptez au minimum 35 euros et 45 euros pour un Paris-Roissy, en fonction de la zone de départ:

Uber tarifs aeroports

Par ailleurs, le service d'Uber peut s'avérer pratique pour les voyageurs. En effet, la société est présente dans 26 pays. Elle dessert Lyon et Paris pour la France, mais également Londres,  Berlin, Amsterdam, Zurich, Milan, Moscou, Tokyo, New Dehli, Sydney, Atlanta, Chicago, etc. Ainsi, en arrivant à Londres ou New-York par exemple, vous pouvez grâce à l'application (en français) trouver un véhicule quasi instantanément.

D'ailleurs, Uber profite de la période de grève des taxis pour faire sa promo en offrant un crédit de 20 euros avec le code 2014Uber.

Mais également 10 euros offerts avec le code "GAPAR612"

ESTIMATION2

  • SnapCar uniquement sur application iPhone et Android

Enfin, la société SnapCar, créée en juillet 2012 par Dave Ashton et Yves Weisselberger, se définit sur son site internet comme étant "une application pour téléphone mobile connectée à un réseau de voitures avec chauffeur". Ainsi, pour réserver, en vertu du "tout électronique" prôné par l'entreprise, on ne peut utiliser qu'un iPhone ou un Android.

Côté prix, pour une réservation immédiate ou à l'avance, la société facture au minimum 15 euros la course. Pour la tarification, de deux choses l'une: la facturation se fait soit au forfait, soit au compteur (en "course libre"), comme les taxis, lorsque vous ne renseignez pas le lieu de destination lors de votre commande. Le compteur s'enclenche "uniquement après consommation du minimum". Il faut alors compter 1,20 euro / km et 0,67 euro par minute en-dessous de 25 km/h.

Par exemple, il faut compter environ16 euros pour un trajet Gare du Nord - Bercy, 25 euros pour aller de La Défense aux Invalides, 50 euros pour aller d'Opéra à Orly et enfin 26 euros pour rejoindre la gare de Lyon depuis la Porte Maillot.

 

En résumé:

Les services qui nécessitent de donner son numéro de carte bancaire en ligne :

  • Tous sauf Drive (qui fonctionne aussi avec Paypal), Taxiloc et Taxibeat (paiement à bord en cash ou en CB)

Ceux qui ne prennent pas un minimum de 15 euros:

  • Drive (à partir de 5 euros)
  • Le Cab (à partir de 8 euros)
  • UberX (à partir de 8 euros)
  • Chauffeur-privé (8 euros en Eco mais 15 euros en Berline)
  • Les taxis, dont Taxiloc et Taxibeat (à partir de 6,86 euros)

Ceux qui prennent les réservations à l'avance

  • Le Cab
  • Drive
  • Chauffeur-privé
  • Snapcar
  • Taxiloc

Ceux qui font tourner le compteur

  • Taxibeat
  • Uber (sauf pour les aéroports)
  • SnapCar (sauf pour les réservations fixées à l'avance)

Ceux qui nécessitent une application mobile pour réserver

  • Uber
  • SnapCar

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2016 à 19:34 :
Mieux qu'UBER c'est ici : https://app.ecota.co/fr?referral_code=y5sl
a écrit le 24/02/2016 à 9:53 :
Parmi toutes ces sociétés, quelles sont celles qui ne pratiquent pas l'évasion fiscale ?
a écrit le 21/03/2015 à 0:39 :
Le code uberracing10 a fonctionné ! Merciiii !
20€ pour ma première course ! L'appli m'a sauvée la vie !
Je recommande vivement
a écrit le 31/12/2014 à 18:16 :
Si vous voulez 10€ de réduction à votre première utilisation d'UBER entrez mon code parrain UBERGILDAS ;-)
a écrit le 05/12/2014 à 15:40 :
oups erreur la vtc paris c'est taxi-privee-paris.com pour être exact
ca peut servir
a écrit le 05/12/2014 à 15:38 :
Comme Emme, plan sortie un samedi soi au Pachanga. Impossible d'obtenir un taxi avec aucune des centrales, soit pas de taxi, soit qu'il ne voulait pas venir, allez savoir.
Du coup je appelé du coté des VTC, juste au cas où, sur " taxi-privee.fr ", là pas de problème. J'ai réservé une heure avant, en plus j'ai recu un devis préalable, comme ca valait le coup
j'ai même fais une deuxième réservation pour le retour. Pas envie de battre le pavé à 3h00 du mat pour chopper un éventuel taxi.
A l'aller comme au retour la voiture était à l'heure, chauffeur immpeccabl, rasé de prêt, courtois et tout et tout.
Le videur de la boite a même cru à l'arrivé d'un VIP, trop drôle.
Je recommencerais sans hésitation et je recommande, bien plus agréable qu'un taxi et pas cher.
a écrit le 30/11/2014 à 8:14 :
Ma premiere experience VTC désastreuse. Je réserve 4 jours a l'avance un VTC pour Roissy avec la Sté Paris VTC. 30mn avant le depart je reçois un sms me disant qu'ils ne viendraient pas. Pas le courage de me prendre au telephone pour me donner une explication. Donc Paris VTC a éviter imperativement. Ce sont des amateurs et l'accueil par mail et telephone est plus que limite. Encore des gens qui n'ont rien compris au commerce. Les taxis ont encore de beaux jours devant eux.
a écrit le 09/06/2014 à 9:57 :
Il faudra alerter les futurs clients utilisant de tels services pour une course à partir de l’aéroport qu’ils risquent de payer une surcharge d’attente inévitable.
J’ai utilisé récemment Chauffeur-Privé pour mon arrivée à CDG Roissy après un vol Air France de Los Angeles dans un Airbus 380. Il n'est pas nécessaire d'être un génie pour savoir que après l'atterrissage d'un avion, en l'occurrence vers 11.40 sur le sol de l'aéroport, il y a un long moment avant d'arriver au terminal, en l'occurrence 20 minutes. Ensuite, les 500 + passagers doivent quitter l'avion, prendre le train du terminal E pour un autre terminal, passer l'immigration et récupérer leurs bagages.

J'ai reçu un message SMS très drôle de Chauffeur Privé à 11.56 pendant que l'avion roulait toujours sur la piste vers le terminal :

"Vous pouvez rejoindre (le chauffeur) dès maintenant..."

Mais j’ai compris que le compteur était en marche et effectivement j’ai dû payer une surcharge.
a écrit le 17/05/2014 à 11:44 :
Uber est vraiment une appli super, généralement un chauffeur est tjs disponible dans les 10-15 minutes et cela coute vraiment moins cher qu'un taxi normal en plus on peut suivre l'arrivée du chauffeur en direct sur le plan! mais surtout si vous vous inscrivez avec le code promo oabq4 vous gagnez 10 euros à utiliser dès votre première course! ensuite vous pourrez à nouveau donner votre code promo d'autres gens et cela vous permettra à chaque fois d'augmenter votre compte de 10 euros:)
a écrit le 04/02/2014 à 13:33 :
les taxi a force d'abuser , on fini par provoquer une reaction ,qui desormais leur porte préjudice .
a écrit le 03/02/2014 à 19:03 :
Grands perdants de la création des VTC sont… les VTC eux mêmes. Le nombre d’acteurs a créé une dépréciassion terrible du milieu ou les gens ne gagnent même plus leur vie malgré des heures de travail acharné. « Tiens, il fait Roissy-Paris à 60€, je vais le faire à 50€ » Je vous laisse imaginer jusqu’ou peuvent mener ce genre de réflexions. Les VTC (de petites structures) de région parisiennes finissent tous par se faire sous traiter par de plus grosses structures telles que UBER, Chauffeur privé, Veolia, ou même des enseignes plus prestigieuses telles que Chabé limousine ou autres… Tous ces gens qui se font sous traiter, ont monté une société, contracté une assurance, pris un crédit, payent leurs charges, leurs impôts, font eux même leurs devis et factures et sont responsables de tous les tracas quotidiens d’un entrepreneur, le tout en travaillant 50 ou 60h par semaines pour gagner une paye qui au taux horaire est inférieure au prix du SMIC. Si ces sociétés qui les sous traitent ne se couvraient pas avec des contrats bétons, j’appellerai cela du salariat déguisé, mais bon… Ces petits VTC se mettent à leur compte pour acquérir une certaine liberté et ne se rendent même pas compte qu’ils s’enchainent encore plus que des employés en offrant 1000 fois plus de liberté à ceux qui les sous traitent. Uber par exemple, va régler son chauffeur à un tarif dérisoire et encaisser une commission. Ils évitent tous les soucis liés au frais de la fluctuation du prix du diesel, de dépréciation des véhicules, d’achat/vente/entretien de véhicules. Quand un VTC endommage sa voiture, son activité est arrêté quelques temps et c’est lui même qui paiera sa franchise alors que Uber n’aura qu’à prendre un autre VTC à son compte qui prendra toutes les charges à sa place, car ils sont des milliers à taper à leur porte. Pour les VTC qui vivent à + de 50% de leur activité de la sous traitance, un conseil : Fermez et faites un CV.
Réponse de le 04/02/2014 à 9:28 :
Merci pour les précisions techniques et pratiques, peu de gens font l'effort de décrire l'envers du décors.
Cependant, c'est la loi du marché, si l'activité n'est pas rentable, il faut faire autre chose. Toutes les entreprises privées commerciales sont soumises au même traitement : volatilité des prix des matières premières (diesel chez vous, farine chez les boulangers, aluminium chez Airbus), taxes (licences pour les taxis, taxe sur la farine pour les boulangers, taxe arienne pour les compagnies aériennes -> moins d'argent pour acheter à airbus), la paperasse sans fin; difficultés de recrutement (à cause des bas salaires chez vous, des horaires chez les boulangers, des compétences requises chez airbus)....
a écrit le 03/02/2014 à 18:44 :
Samedi soir dernier, aucun taxi dispo pour rentrer de soirée. Je commande alors un VTC depuis mon tel, la voiture arrive au bout de 5 min (c'est pas légal mais eux au moins veulent bosser). Les taxis au lieu de trainer en journée en semaine alors qu'il n'y a pas de demande, devraient bosser le week end et le soir!
a écrit le 03/02/2014 à 16:45 :
bien avant vous les taxis faisaient déjà cela et pour pouvoir travailler avec une cliente très fidede ,en allant chercher leurs courses ,ouvrant la porte ,allant chercher les clients au gares et areoports les nouvelles normes sont que les anciennes petites remises ,
a écrit le 03/02/2014 à 16:25 :
Je ne comprends même pas la polémique, car la loi existe depuis 1955 (Ordonnance n° 2004-1391 et Décret n°55-961 du code du tourisme ; révisé en 2006 et 2009 -R 231-2 du code du tourisme - si je ne me trompe pas). Si les taxis voulaient faire VTC et ne pas payer les sommes astronomiques de licences, il n'avaient qu'a faire VTC : personne ne les a contraint à faire taxi.
Réponse de le 05/02/2014 à 6:45 :
Justement la loi parlons en ! VTC = réservation préalable et prix fixé a l'avance ! Je vois tous les petits jeunes qui touchent leur chômage a côté, se mettent en AE avec un seul donneur d'ordre, louent des grosses berlines allemandes sans assurance spécifique pour le transport de personnes,etc...
Et comme il n'y a pas de boulot pour tout le monde c'est l'anarchie totale, ça racole dans les gares et les aéroports (comme certains taxis d'ailleurs).
Atout France ne sait même pas combien il y a de chauffeurs VTC en activité, on voit même de plus en plus de chauffeurs débarquant des pays de l'Est ou d'Espagne...Il est beau le progrès !
Réponse de le 19/05/2014 à 22:11 :
vilain joueur et menteur en plus ?
Réponse de le 25/11/2014 à 17:48 :
Je ne veux pas vous casser votre discussion musclée, mais je viens témoigner car j'ai eu ma première expérience avec un VTC la semaine dernière. Je ne connaissais pas cela avant car j'avais l’habitude de prendre les taxis comme tout le monde. Comme "parigo", un samedi soir à Paris et plus aucun Taxi de dispo. J'ai trouvé sur internet une société de VTC sur Paris "vtcourses.fr" pour ne pas les nommer, et Franchement, ce n'est pas pour cracher dans la soupe et dire que les taxi ne me conviennent plus... Mais la, sérieux, la qualité de la prestation à vraiment été au rdv. Même pas 5 minutes âpres ma commande, le VTC étais en bas avec une voiture de luxe. Un chauffeur super bien habillé m'as accueillis comme une princesse. A l’intérieur du véhicule, un mini bar avec boissons fraiches a ma disposition, vraiment le Top. Ce que j'ai appréciée par dessus tout, c'est de connaitre le prix avant même qu'il soit arrivé, ça c'est top et franchement pas plus cher qu'un taxi... Donc effectivement je me pose pas mal de question quand a l'avenir de nos taxis Français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :