Le Boeing MH370, une arme terroriste ? : la crainte de Washington (Malaysia Airlines)

Selon le président de la commission de Sécurité Intérieure à la Chambre des représentants américaine, Michael McCaul, les autorités américaines craignent que l'avion ait pu atterrir quelque part pour être caché et ensuite réutilisé comme un "missile de croisière". L'enquête se resserre sur les deux pilotes.

7 mn

(Crédits : DR)

Que l'avion ait pu atterrir quelque part pour être caché et ensuite réutilisé comme une puissante arme de destruction : c'est, selon le président de la commission de Sécurité Intérieure à la Chambre des représentants américaine, Michael McCaul, l'une des craintes des autorités américaines, a-t-il déclaré ce dimanche à la chaîne Fox News. S'il a souligné qu'à l'heure actuelle il n'est pas sûr que la disparition du B777 de Malaysia Airlines depuis plus neuf jours soit liée à un acte de terrorisme, il déclaré que l'avion pourrait avoir été détourné et caché pour servir plus tard de "missile de croisière".

 

Changement de cap délibéré

Samedi 8 mars, à 1h30, une heure après son décollage de Kuala Lumpur, le vol MH370 pour Pékin a disparu des écrans radars avec 239 passagers à bord, alors qu'il survolait le golfe de Thaïlande entre la côte orientale de la Malaisie et le sud Vietnam. Il a changé délibérément de trajectoire pour partir à l'opposé vers l'océan indien, et a volé pendant près de 7 heures. Pour autant, les données satellitaires collectées ne permettent pas de déterminer l'endroit où l'appareil se trouvait au terme de ces presque sept heures de vol, a indiqué samedi le Premier ministre malaisien, Najib Razak. En effet, les données des satellites plaçaient l'avion dans un couloir nord allant du nord de la Thaïlande à la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan, ou un couloir sud allant de l'Indonésie au sud de l'océan Indien.

 

"Toutes les pistes mènent au cockpit"

Le couloir nord est jugé le moins vraisemblable par les analystes, car il passe au-dessus de plusieurs pays, dont les radars militaires auraient forcément repéré un appareil.

"L'autre hypothèse est qu'il soit allé atterrir dans un pays comme l'Indonésie, et il pourrait être réutilisé par la suite comme un missile de croisière, comme l'ont fait les terroristes du 11-Septembre", a déclaré Michael McCaul. "Une chose dont on est sûr: ce n'était pas un accident. Il s'agit d'un acte délibéré, intentionnel, et la question est de savoir qui est derrière ça", a-t-il ajouté.

Les données satellitaires révélées par le Premier ministre malaisien semblent en effet écarter les hypothèses d'une explosion en plein vol ou de graves ennuis techniques

Les enquêteurs passent au crible les antécédents des pilotes et des passagers.

"De ce que je sais, avec toutes les informations dont on m'a fait part à haut niveau, par le biais du département de sécurité intérieure, le centre national de contre-terrorisme, la communauté du renseignement, il y a quelque chose avec le pilote", a ajouté Michael McCaul. "Toutes les pistes mènent au cockpit, avec le pilote lui-même et le copilote", a-t-il dit sans pouvoir donner d'autres précisions.

 

 

"Eh bien bonne nuit"

Les derniers mots provenant du cockpit avaient été prononcés après la fermeture délibérée d'un système clé de communication. Le ministre malaisien des Transports Hishammuddin Hussein avait précisé la veille que les derniers mots reçus par le contrôle aérien ("Eh bien bonne nuit") avaient été prononcés alors que le système de communication ACARS avait été délibérément coupé. 

 Selon le PDG de Malaysia Airlines, le co-pilote serait l'auteur de ces mots, mais l'hypothèse est qu'il savait que l'ACARS venait d'être désactivé. Quatorze minutes après la fermeture de ce système, c'était au tour du transpondeur (qui transmet les informations sur la position de l'appareil) d'être désactivé.

Pour une source militaire, celui qui était aux manettes de l'avion était un pilote "expérimenté, compétent et en activité", sachant éviter les radars civils. "Il semblait très bien savoir comment éviter les radars civils. Il semble avoir appris comment les éviter", a ajouté ce responsable. 

 

Simulateur de vols grandeur nature au domicile du pilote

L'enquête se resserre sur les deux pilotes, lesquels n'avaient pas demandé de voler ensemble, a précisé Malaysia Airlines. Leurs domiciles ont été perquisitionnés. Le commandant Zaharie Ahmad Shah, 53 ans, travaille pour la compagnie malaisienne depuis 1981 et compte 18.365 heures de vol. Il possède chez lui un simulateur de vol grandeur nature qu'il s'était construit. Mais, selon l'AFP, certains experts du secteur aérien disent que ce n'est pas si rare chez les pilotes passionnés comme l'était Zahari selon certains collègues.

Ses jeux de simulation ont été minutieusement examinés", a déclaré un enquêteur, ajoutant qu'ils avaient toute l'apparence de jeux normaux dans lesquels les joueurs s'entraînent à piloter et atterrir dans différentes circonstances. Des messages postés sur Facebook indiquent que le pilote était un opposant actif à la coalition qui dirige la Malaisie depuis 57 ans.

La compagnie Malaysia Airlines, de même que les collègues de Zaharie Shah, ne croient cependant pas à un sabotage de la part du pilote. "S'il vous plaît, laissons-les d'abord trouver l'avion. Zaharie n'est pas suicidaire, il n'est pas un exalté politique comme le disent certains médias étrangers", déclare un pilote de Malaysia Airlines. "Est-ce qu'on n'a pas le droit d'avoir une opinion politique?"

Quant au copilote Fariq Abdul Hamid, 27 ans, il avait rejoint la compagnie à l'âge de 20 ans et étudié le pilotage dans une école sur l'île malaisienne de Langkawi. Il est le fils d'un haut responsable du ministère des travaux publics d'un des Etats de Malaisie Sa famille et ses amis le décrivent comme un homme pieux et sérieux professionnellement.

Outre les deux pilotes, la police malaisienne a demandé aux polices et services de renseignement des pays qui comptaient un ressortissant dans l'avion, de procéder à des vérifications des antécédents de ces passagers. Les mécaniciens au sol ayant travaillé sur l'avion avant son décollage de Kuala Lumpur, le 8 mars, font également l'objet d'une enquête.

 

Aucune revendication

"Si tout cela est vraiment délibéré, alors on est peut-être face à quelque chose qui va au-delà de la préparation des attentats du 11 septembre", a estimé Gerry Soejatman, analyste indépendant basé à Jakarta.

Une organisation telle qu'al-Qaïda "aimerait beaucoup faire plonger un avion" mais pourquoi prendre pour cible un appareil de Malaysia Airlines? s'interroge quant à lui Adam Dolnik, professeur à l'université de Wollongong en Australie, qui doute de la piste terroriste en substance.

"Les terroristes ne pratiquent plus de détournements car les chances de réussites ont diminué", note l'expert, citant les difficultés d'introduire des armes dans un avion et de soumettre les passagers.

Il n'y a pas eu d'actes de terrorisme notables en Malaisie, mais ce pays majoritairement musulman a sur son sol des individus qui seraient liés à des groupes islamistes extrémistes tels que Jemaah Islamiyah. Aucune revendication n'a été émise jusqu'à présent.

 

La France envoie des enquêteurs 

Vingt-cinq pays participent désormais aux recherches du vol MH370, Le ministre malaisien de la Défense et des Transports, Hishammuddin Hussein, a relevé "les défis" que pose cette opération multinationale, en terme de "coordination et de diplomatie" pour ce qui est déjà l'un des plus grands mystères de l'aéronautique moderne.

La France a envoyé trois enquêteurs du BEA, le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civilen dont son ancien directeur, Jean-Paul Troadec, qui avait enquêté sur l'accident du vol AF447 Rio-Paris d'Air France.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 42
à écrit le 18/03/2014 à 18:12
Signaler
Ce dernier message "Eh bien bonne nuit" a été dit, peut-être pour attirer l'attention des autorités car le pilote et le copilote étaient menacés par une tiers personne. Un genre d'appel au secours!!!

à écrit le 18/03/2014 à 13:04
Signaler
On devrait rechercher du côté de la base militaire aérienne de Diego Garcia située dans l'Océan Indien, parce que le pilote s'entrainait sur son simulateur de vol sur 5 aéroports dont celui de cette base et la photo publiée de son visage avec en arri...

à écrit le 17/03/2014 à 23:18
Signaler
en effet même si cela représente un risque (utiliser un avion comme un missile), je pense que les systèmes de sécurité (radar) ont été renforcés depuis 2001... si un Boeing détournait s'approche des US,.. je pense qu'il sera abattu dans la minute... ...

à écrit le 17/03/2014 à 23:02
Signaler
IL est plus facile pour des terroristes de convertir des pilotes plutôt que de faire rentrer des armes dans un avion... l'homme est corruptible... même un pilote... tout est possible!

à écrit le 17/03/2014 à 22:07
Signaler
Imaginons que des pirates de cet avion aient eu pour objectif de détruire la base stratégique Américaine de Diégo Garcia dans l'océan Indien et qu'il aurait soit échoué faute de carburant et tombé en mer soit alors qu'il se serait fait descendre par ...

à écrit le 17/03/2014 à 21:25
Signaler
Le Boeing MH370, une arme terroriste israilienne

à écrit le 17/03/2014 à 17:42
Signaler
Et si c'était un avertissement de ........ l'espace ? Ce n'est pas la première fois qu'un truc disparait des écrans ! Vous vous souvenez de ce pétrolier dans le passé ? Et si ce bateau avait eu à bord une bombe pour ainsi blâmer un pays suite à une...

à écrit le 17/03/2014 à 16:54
Signaler
petit message aux chercheurs, qui dépensent des milliards pour créer des avions furtifs, alors qu'il suffit simplement de couper le transpondeur pour rendre un avion invisible…et a ceux qui les achètent des milliard aussi (vous vous êtes fait berner)...

le 17/03/2014 à 23:52
Signaler
t un homme normale toi le seul qui pense juste sérieux enfin une personne qui raisonne bravo pr ton commentaire t logique par rapport a ces boricos

le 19/03/2014 à 16:40
Signaler
Pas mal....en tout cas, nous ne so mes pas pret de reperer des ovnis

à écrit le 17/03/2014 à 16:23
Signaler
Un nombre relativement limité d’aéroports sur votre carte possèdent des pistes pouvant être utilisées pour l'atterrissage d'un 777 en raison de la vitesse d'approche, de l'envergure et du poids de cet appareil.

à écrit le 17/03/2014 à 14:21
Signaler
dernière hypothèse et la plus vraisemblable: l'avion a été capté par un OVNI venu en observation près de la terre ! déjà par le passé d'autres avions et navires ont ainsi disparu ! c'est dire si cet avion n('est pas prêt d'être retrouvé...

à écrit le 17/03/2014 à 14:20
Signaler
Il se pourrait bien que le détournement de cet avion ne soit qu'une étape et que la prochaine étape soit une tragédie considérable sans commune mesure avec la première. Cet avion bourré d'explosifs ou même porteur d'une bombe atomique sale larguée su...

le 17/03/2014 à 14:48
Signaler
Alleeez, n'hésitez pas. N'ayez pas honte de dire que vous êtes cowboys. Vive le burger-coca et l'impérialisme.

le 17/03/2014 à 15:39
Signaler
@Yvan - Il semblerait que ce détournement soit parfaitement et minutieusement préparé. Le fait qu'il n'y ait à ce jour aucune revendication ni découverte de l'appareil, ne vous interpelle pas ? Alors pourquoi ce si long périple ? Dans quel but ? ...

le 17/03/2014 à 15:41
Signaler
Et une réflexion stupide....une!!!!

le 17/03/2014 à 15:42
Signaler
C'est un scénario possible, même si ça semble requerir une sacrée organisation... Sinon pourquoi ne pas le revendiquer ?? Si on vous avez de la possibilité d'avion se crachant sur le world trade center avant le 11 septemble, l'auriez vous cru honnê...

à écrit le 17/03/2014 à 13:08
Signaler
Qui peut croire à cette fable? L'avion se serait posé et personne ne l'aurait vu? ni même de signe de vie d'une centaine de passagers? Seul un Etat a les capacités de cacher un avion et je n'en vois aucun (hormis la Corée du Nord). Une entreprise t...

le 17/03/2014 à 13:53
Signaler
Ah bon, et bien renseignez-vous donc sur une île située au milieu de l'océan indien qui s'appelle Diego Garcia.

le 17/03/2014 à 14:49
Signaler
Très juste, Damien. La Corée du Nord, c'est le mal absolu. La preuve : il ne veulent même pas faire parti de l'otan.

le 17/03/2014 à 20:14
Signaler
La Corée du Nord n'est pas le mal mais l'un des seuls états du monde à avoir des frontières fermées et infranchissables. Une possibilité pour planquer un avion mais personne n'y croit hein...

à écrit le 17/03/2014 à 12:59
Signaler
Ahhhhh Washington le dit donc il faut le croire, comme les avions du 11 septembre qui ont été détourné et durant 4 heures l'armée ne se pose pas de question ????? Ou comme le Paris NY abbatu par un missile made in US mais chuuuuuuutttt il y avait pa...

à écrit le 17/03/2014 à 12:58
Signaler
y-a pas plus simple que de détourné un avion de ligne avec 300 pax sans parler du fait qu' un triple 7 à planquer au fond de son jardin c' est pas du gâteau ? hein ? des fois je me demande si on nous prend pas pour des honks ?

à écrit le 17/03/2014 à 12:58
Signaler
y-a pas plus simple que de détourné un avion de ligne avec 300 pax sans parler du fait qu' un triple 7 à planquer au fond de son jardin c' est pas du gâteau ? hein ? des fois je me demande si on nous prend pas pour des honks ?

à écrit le 17/03/2014 à 12:25
Signaler
Je ne comprends pas qu'il soit si facile de "débrancher" un avion... Pourquoi ne pas mettre une balise universelle dans la queue de l'avion que personne ne pourrait (de facto) débrancher ? et point barre !

à écrit le 17/03/2014 à 11:57
Signaler
Meilleur avion furtif au monde...

le 17/03/2014 à 12:04
Signaler
Hélas vous avez raison !

le 17/03/2014 à 12:14
Signaler
on dépense des sommes astronomiques pour les avions furtifs .... et avion civil on ne le trouve pas !!!!!!!!!!

à écrit le 17/03/2014 à 11:54
Signaler
Comment expliquer qu'aucun passager pendant les présumées 7 heures de vol, sachant que l'avion ne suivait pas la route prévue, n'ait téléphoné à des proches, envoyés des messages...???

le 17/03/2014 à 12:06
Signaler
Pour passer un appel, il faut qu'une antenne le capte, ce qui n'est pas le cas en mer

le 17/03/2014 à 12:06
Signaler
un système de brouillage embarqué dans l'avion (...ou par un appareil militaire de guerre électronique volant de concert avec le boeing...) peut empêcher les échanges téléphoniques...

le 17/03/2014 à 12:08
Signaler
Ils ont été asphyxiés lors de l excursion à plus de 13000m avec la mise en dépression de l avion. Port du masque par les pilotes

le 17/03/2014 à 14:10
Signaler
C'est un faux débat, la vrais question c'est pourquoi il n'y a pas de tracker GPS indépendant dans la boite noire que ce soit en cas de crash ou dans un cas comme celui la je crois que c'est indispensable.

à écrit le 17/03/2014 à 11:52
Signaler
Les "américains" ont l'art de faire des commentaires de manière a terroriser le quidam avant même d'en avoir la moindre preuve! Le terrorisme joue en leur faveur pour motiver la moindre intervention...! Et ... les interventions ils adorent!

le 17/03/2014 à 14:46
Signaler
Bien vu. Mais leur paranoïa va aussi bien les entrainer dans leur folie habituelle.

à écrit le 17/03/2014 à 11:33
Signaler
je suis surpris de voir qu une BMW peut etre pistée dans le monde entier par GPS avec un tracker a 40€ et que l'on puisse perdre un avion....

le 17/03/2014 à 11:43
Signaler
Et si le voleur sait désactiver ton tracker gps, on ne retrouve pas ta BM... C'est exactement ce qui est expliqué ici ;).

le 17/03/2014 à 11:49
Signaler
Oui, mais si on déconnecte le tracker de la voiture , elle devient indétectable.. comme le Boeing..

le 17/03/2014 à 17:03
Signaler
Non pas indectectable du tout . Il perd sa plaque d immatriculation c est a dire que sur un radar on ne sait pas quel type d appareil c est ni la société ou son N° de vol pas pareil ! Pour qu il soit indectable il faut voler sous la couverture aérien...

à écrit le 17/03/2014 à 11:28
Signaler
une question: et que fait on des passagers?????? tous les scénarios sont imaginés mais dans ce dernier éventuel se pose t'on la question du devenir des passagers??????

le 17/03/2014 à 12:05
Signaler
Pourquoi avoir fait une excursion d altitude å plus de 13000m ? il a suffit de créer une dépression dans l'avion pour asphyxier les passager. Les pilotes portant un masque a oxygène. Ensuite retour à une altitude plus basse pour continuer le péri...

le 17/03/2014 à 13:08
Signaler
depressuriser l'avion a 8000 m suffit a asphyxier.. pas de raison d'aller a 13000 m

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.