iDBus, filiale SNCF, perd 25 millions d'euros mais fait bondir son chiffre d'affaires

 |  | 277 mots
Lecture 1 min.
iDBUS a réalisé 12,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013, contre 1,99 millions en 2012.
iDBUS a réalisé 12,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013, contre 1,99 millions en 2012. (Crédits : dr)
La directrice générale du service de bus longue distance assure que ces pertes 2013 sont "conformes à la montée en charge prévues". La filiale de la SNCF a enregistré une hausse de 80% du nombre de voyageurs par rapport à l'année précédente.

Des pertes aux apparences trompeuses pour iDBUS. La filiale de la SNCF dédiée aux trajets longue distance par autocar, a enregistré en 2013 une hausse de son déficit de l'ordre de 50% à 24,8 millions, contre 16,2 millions en 2012, rapportent le 10 octobre Les Échos.

Un chiffre d'affaires multiplié par 6

D'après le quotidien qui s'est procuré "les comptes déposés au greffe du tribunal de commerce de Paris", au cour de la même période "le chiffre d'affaires a atteint 12,7 millions d'euros", soit une multiplication par plus de six par rapport à l'année précédente. Lancé en juillet 2012, le service de bus longue distance entre Paris et plusieurs capitales européennes "avait réalisé cette année-là 2 millions d'euros de chiffre d'affaires", rappelle le journal.

"Ces chiffres, très commentés à l'époque dans le secteur, pouvaient s'expliquer par les investissements consentis pour mettre l'entreprise sur des rails, alors que celle-ci n'avait pu compter que sur cinq mois à peine de recettes."

Jusqu'à 90% d'occupation en été

La directrice générale d'iDBUS, Maria Harti,  assure que "les résultats de 2013 sont tout à fait en ligne avec notre plan de marche". Elle ajoute que les pertes sont "conformes à la montée en charge prévue, et nous maintenons donc l'objectif d'atteinte du point mort en 2016, comme nous l'avions annoncé au début de l'année".

Ainsi, selon le quotidien financier, le nombre de voyageurs transportés sur les neuf premiers mois de l'année a "augmenté de 80% par rapport à la période équivalente de 2013. Quant au taux d'occupation, qui était de 40% en moyenne l'an dernier, il est monté à 70% cette année, avec une pointe à 90% au mois d'août".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2014 à 12:15 :
Si le marché du transport par bus commence à se développer... c'est qu'il était avant interdit de concurrence avec la SNCF et ne pouvait pas relier des villes desservies par des gares.
Ce carcan est partiellement levé et en tout cas la SNCF a obtenu pendant des années que cette concurrence n'existe pas. Elle savait bien que ce mode de transport pouvait être moins coûteux et détournerait un part de la clientèle.
Le plus amusant est que la SNCF cherche à prendre un place importante sur un marché que le lobby du rail avait réussi à interdire.
On peut remercier les règles européennes de mise en concurrence d'avoir enfin libéré cela.
a écrit le 10/10/2014 à 9:47 :
Le marché des liaisons par cars domestique et européen possède un énorme potentiel et une demande croissante, vers des tarifs moindres que le train.
ID Bus peut réussir, et a de beaux jours devant lui, le tout étant qu'il se positionne et soit le leader face à Eurolines, dont la qualité de service ne joue pas en sa faveur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :