Essor des compagnies du Golfe : l'inquiétude est mondiale

 |   |  1405  mots
Selon les compagnies américaines, Qatar Airways, Emirates et Etihad ont reçu 40 milliards de dollars de subventions au cours des dix dernières années
Selon les compagnies américaines, Qatar Airways, Emirates et Etihad ont reçu 40 milliards de dollars de subventions au cours des dix dernières années
Alors que la France et l'Allemagne vont saisir officiellement la Commission européenne pour qu'elle négocie avec les Emirats et le Qatar "des conditions de concurrence équitables", les compagnies américaines demandent à Washington de freiner l'accès des compagnies du Golfe aux Etats-Unis. En Asie aussi, la Chine et le Japon veillent à ne pas trop ouvrir leur marché.

Le débat sur la concurrence équitable ou pas des compagnies du Golfe dure certes depuis douze ans, plus exactement depuis que Jean-Cyril Spinetta, le président d'Air France à l'époque, l'a porté sur le devant de la scène en octobre 2003 lors d'un forum à Cannes. Pourtant il n'a jamais été aussi présent dans le transport aérien, et ce, au niveau mondial.

Si ce débat était essentiellement porté jusqu'ici par quelques rares compagnies comme Air France, KLM, Qantas (avant que cette dernière ne passe sous l'aile d'Emirates en 2013), Air Canada, il est relayé aujourd'hui par d'autres mastodontes du secteur comme Lufthansa en Europe, ou les trois géants américains, Delta, United et American Airlines, tous préoccupées par la puissance de feu d'Emirates (Dubai), Etihad (Abou Dhabi) et Qatar Airways. Une inquiétude qui s'étend aussi en Asie, en Chine et au Japon notamment.

"Ce n'est plus seulement un problème européen, c'est aussi un problème américain et asiatique", explique-t-on au sein d'Air France.

Aides d'Etat

Tous dénoncent les soutiens directs ou indirects dont disposent les compagnies du Golfe de la part de leur Etat-actionnaire, et qui leur permettent de financer une croissance vertigineuse. "Cette concurrence est déloyale. Ces compagnies touchent des subventions, ont accès au carburant à prix coûtant, paient des redevances réduites pour leur infrastructures aéroportuaires et disposent d'un environnement social et fiscal avantageux", a déclaré ce jeudi au Sénat, le ministre des Transports Alain Vidalies, lors d'un débat sur la transparence dans le transport aérien, qui a tourné à une charge unilatérale à l'égard des compagnies low-cost et de celles du Golfe.

 "Les grandes compagnies américaines affirment que les trois transporteurs du Golfe ont bénéficié de 40 milliards de dollars de subventions pendant 10 ans", a déclaré le député UMP Pascal Allizard.

Un chiffre calculé par les transporteurs américains dont le Pdg d'Emirates, Tim Clark, tout en niant recevoir des subventions, s'est dit "très intéressé de savoir comment il a été calculé".

Selon un proche d'une compagnie américaine, ces dernières prétendraient connaître les comptes des compagnies du Golfe. Un point pour le coup surprenant dans la mesure où seule Emirates publie ses comptes.

"Ce chiffre correspond au niveau de subventions calculé par les compagnies américaines en tenant compte des critères de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Si le transport aérien était dans l'OMC, ce serait sa plus grosse affaire", explique la même source.

Souveraineté nationale

Le transport aérien est en effet régi par l'Organisation internationale de l'aviation civile (OACI), où les pays européens demandent d'associer la poursuite de la libéralisation à l'adoption de règles concurrentielles communes concernant notamment les aides d'État. Un dossier très compliqué car il se heurte très vite au principe de souveraineté des États.

"Les aides d'État se retrouvent sous toutes les formes, explique un expert. Très vite, on tombe sur des questions de fiscalité qui relèvent des politiques nationales. Il n'y a pas de règles mondiales sur les aides d'État."

Les formes d'aides sont variées, en effet. Dans les années 2000, le financement par l'Etat fédéral des coûts de sûreté était considéré par exemple par beaucoup d'experts européens comme une aide d'État. Même si ce n'était pas spécifique aux compagnies aériennes, la mise sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites de la moitié du transport aérien américain, qui a permis aux compagnies de se refaire une santé, a également constitué un avantage.

Le transport aérien est stratégique pour les pays du Golfe

Dans ce débat, Emirates a toujours nié recevoir des subventions directes et a toujours fait valoir que ses comptes étaient publiés et audités par un organisme international. Des enquêtes de l'AEA (Association of European Airlines) sur le sujet, il y a quelques années, n'avaient rien donné. Le sujet est plus opaque pour Qatar Airways ou Etihad qui, elles, ne communiquent pas leurs comptes, à part le chiffre d'affaires pour Etihad.

"Le point clé dans ce débat, confiait en juin dernier à La Tribune Thierry Antinori, Executive Vice-President Chief Operating Officer d'Emirates, c'est que les Etats du Golfe considèrent le transport aérien comme une activité stratégique. Ils ont par conséquent investi massivement dans les infrastructures et ont mis en place un cadre réglementaire et juridique permettant de développer le transport aérien. Les aéroports sont par exemple ouverts 24h sur 24h et nous n'avons pas de taxes à Dubai, contrairement aux pays européens. C'est le droit de chaque pays de définir les secteurs qu'ils jugent stratégiques. Par exemple, les EAU n'ont pas d'industrie automobile. L'Europe n'a pas estimé que le transport aérien était stratégique. C'est son droit, mais on ne doit pas blâmer les Etats du Moyen-Orient d'avoir fait le choix contraire. Au lieu de critiquer les Etats du Golfe, on ferait mieux de s'en inspirer."

Pression des compagnies américaines

Aujourd'hui, les Pdg de Delta, United et American font pression sur les autorités américaines pour que les Etats-Unis freinent l'accès au marché américain aux compagnies du Golfe. Conformément à sa volonté de signer le maximum d'accords de ciel ouvert avec les autres pays, les services aériens entre les Etats-Unis et les pays du Golfe sont libéralisés. Les compagnies du Golfe ont ainsi un accès illimité au marché américain.

En Asie, les compagnies du Golfe ont bénéficié de l'ouverture d'un grand nombre de marchés (Inde, Thaïlande, Singapour, Australie...), mettant en difficultés les compagnies historiques. Une partie substantielle du trafic Europe-Asie et Europe-Australie/Nouvelle-Zélande passe désormais par les hubs du Golfe. En revanche, la Chine continue de s'en tenir à des accords bilatéraux stricts, tandis que le Japon trouve des parades pour protéger ses compagnies, en refusant d'attribuer des créneaux horaires sur l'aéroport de Tokyo-Haneda, très apprécié de la clientèle en raison de sa proximité avec Tokyo. A tel point que le Pdg de Qatar Airways, Akbar Al Baker vient de menacer de cesser de desservir Tokyo si la situation ne changeait pas. Début janvier, lors de la présentation de l'A350, il avait fait remarquer que certains pays africains étaient frileux pour accorder plus de droits.

La France coupe les robinets des droits de trafic

En Europe, la France maintient sa position de geler de nouveaux droits de trafic. "C'est clair. Plus aucun droit de trafic", a rappelé Alain Vidalies. Avec son collègue allemand, ce dernier "va saisir officiellement la Commission européenne pour qu'elle relance les discussions avec les compagnies du Golfe afin d'établir les conditions d'une concurrence équitable". Alain Vidalies veut faire entendre la voix de la France sur ce sujet lors du prochain conseil européen des ministres des transports, début mars.

Mi-janvier, le Pdg d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, et son homologue chez Lufthansa, Carsten Spohr, ont rencontré la nouvelle commissaire européenne aux Transports, Violeta Bulc, pour l'alerter sur le sujet.

En outre, la Commission travaille sur l'élaboration d'un instrument de défense commercial, plus efficace que le Règlement 868/2004 "concernant la protection contre les subventions et les pratiques tarifaires déloyales causant un préjudice aux transporteurs aériens communautaires dans le cadre de la fourniture de services de transport aérien de pays non membres de la Communauté européenne".

A part la France et l'Allemagne, la quasi-totalité des pays ont signé un accord de ciel ouvert avec les Emirats du Golfe.

En juillet dernier, lors du Paris Air Forum organisé par La Tribune, Jean-Cyril Spinetta, aujourd'hui président d'honneur d'Air France-KLM, avait fait toute une série de propositions pour retourner la situation face aux compagnies du Golfe. Il suggérait que les Etats européens définissent un mandat à la Commission permettant d'obtenir des conditions de concurrence équitables sur trois points : "la gouvernance, la réciprocité, et la transparence financière".

 Lire aussi

Libéraliser le transport aérien, le "oui mais" de l'Europe

Le Yalta du transport aérien viendra du Golfe

Quel avenir pour les compagnies européennes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2015 à 3:21 :
A votre avis, pourquoi emirates a acheté 50 airbus 380 aux europiens?? C'est surement pas pour les exposer à Dubai! La france veut le beurre et l'argent du beurre!
a écrit le 11/02/2015 à 18:01 :
Il ne faut pas s'inquiéter de telles récriminations. Airbus a choisi de vendre dans de très bonnes conditions à ces beaux clients que sont les arabes, nos banques ont choisi le des financer pour presque rien. Objectif : défoncer l'Asie à travers toutes les compagnies qui pourraient exister qui sont mises en faillite. Résultat ceux qui restent se partages le marché. Ce fut un temps une stratégie actuellement en action. Se plaindre passe alors pour une victimisation qui est supposée rendre sympathique en donnant le change, ce dont en fait personne n'est dupe. Certaines compagnies arabes font 30% du PIB du pays, lorsqu'elles ne pourront plus acheter d'avions théoriquement elles fermeront à moins qu'elles ne soient massivement subventionnées car une faillite correspond aussi à une subvention. Il ne faudrait plus vendre d'avions !? C'est une question.
Réponse de le 16/02/2015 à 21:50 :
Cher Corso vous êtes bien content quand "Les Arabes"du moyen orient investisses en France alors arrêté d'être jaloux des qui ont des sous
a écrit le 09/02/2015 à 16:43 :
je ne donne plus un euro ces compagnies dont leur état pratique l'esclavage moderne ...
a écrit le 08/02/2015 à 8:50 :
Air France est une honte. Pilotes toujours en grève , hôtesses extrêmement désagréables etc..
Quelle image de la France?
Réponse de le 09/02/2015 à 14:32 :
Celle que vous donnez par votre commentaire aussi stupide qu'insultant: celle d'un peuple de râleurs, d'individualistes, champion du monde de l'auto-dénigrement.
a écrit le 08/02/2015 à 3:27 :
Il faut le dire, le prix des billets et qualité de service sont incomparables entre les compagnies européennes et celles du Golf. Beaucoup de jeunes européens peuvent désormais se permettre de voyager plus souvent, en Asie notamment, grâce au 3 compagnies et les prix qu'elles appliquent. Le service à bord et dans les aéroports est nettement meilleur avec les compagnies du Golf. Le service pour les classes affaires est tout simplement unique. Avec Air France par exemple il faut 15 vols et un nombre minimum de miles pour la carte Silver qui donne des avantages pas vraiment quantifiables (priorité d'embarquement et accès payant au lounge sur certaines destinations). Alors que pour les compagnies du Golf, on passe facilement du statut Guest à la Silver parfois avec deux, voir un seul long courrier. L'accès au lounge devient gratuit. Des lounge exceptionnels (notamment celui de Qatar Airways), avec service personnalisé, plusieurs restaurants et nourriture gratuite à volonté, douches, lits et même salon de coiffure/esthétique. Pour ma part, comme je voyage souvent en Asie, je préfère faire escale à Doha, Dubaï ou Abu-Dhabi avec les 3 compagnies, avoir 2X 6-7h de vol et un service impeccable aussi bien à bord que lors de l'escale, plutôt que de faire un vol de 13-14h avec AF, KLM ou Lufthansa, sur des vols toujours pleins à craquer, pas d'espaces entre les sièges et hôtesses souvent désagréables....
Réponse de le 10/02/2015 à 21:49 :
Si les personnels navigants sont "désagréables" comme vous dites, ce dont je doute un peu pour voyager souvent, c'est certainement parce qu' ils sont moins nombreux a bord que dans ces compagnies ou le service est, certes tres bien et de niveau elevé, mais avec des equipages qui n'ont pas le droit de s'exprimer, de se reposer, voire se nourrir dans de bonnes conditons. Donc ils ne feront pas carriere, ils ne peuvent travailler dans ces conditions sur le long terme. Demandez leur leurs conditions de travail....
Réponse de le 10/02/2015 à 22:44 :
Mister X. Apprenez déjà à écrire "golfe" (arabo-persique) au lieu de golf (le sport). Et si vous trouvez les hôtesses "souvent désagréables" sur les vols AIR FRANCE-KLM, c'est que vous n'avez pas souvent pris cette compagnie...
a écrit le 08/02/2015 à 2:22 :
L'Europe et les USA se croient toujours plus malin que les autres, ils sont prêts à tout pour sauvegarder leur monopole sur les industries telles l'automobile et l'armement, mais s'indignent dès que d'autres puissances émergent . Il faut arrêter de vouloir toujours dominer les autres. De toute façon c'est terminé tout le monde se réveille maintenant comme la Chine a déjà montré la voie. Arrêtez avec cette arrogance stupide très occidentale.
a écrit le 07/02/2015 à 17:43 :
il suffit de ne plus vendre des zincs Airbus a ces societes n est il pas?
Réponse de le 08/02/2015 à 7:03 :
En effet, il ne faut pas oublier qu'Emirates a déjà plus de 50 A380 en circulation... Donc il y a un joli paradoxe: on veut leur vendre des avions, mais on leur reproche de se développer!!!!
a écrit le 07/02/2015 à 13:54 :
Les compagnies comme AIR FRANCE avec des syndicats irresponsables dont le seul interet et de maintenir des avantages exeptionnels pour eux leurs familles leur belle familles . Tous ces avantages on un cout sur le prix du billet superieur de 30/100 au prix des compagnies du gole avvec un service cabine de 30/100 inferieur par rapport aux compagnies du golfe sur le meme avion il y a deux fois d hotesses que sur AIR FRANCE
a écrit le 07/02/2015 à 13:00 :
Si ce sujet est traité de la même manière que l'ouverture des marchés aux produits manufacturés provenant de pays aux coûts salariaux 4 à 10 fois plus faibles qu'ici; les compagnies aériennes européennes peuvent préparer leur liquidation.
a écrit le 07/02/2015 à 12:47 :
La France pousse Bruxelles, arrêtez... vos plaisanterie!
a écrit le 07/02/2015 à 9:06 :
perso moi je ne voyage avec ces compagnies je préfère le vol directe ne vois plus l'intérêt de un escale a dubai ....et puis je ne vais pas donner mon argent a ces compagnies dont leur état pratique l'esclavages ...
a écrit le 06/02/2015 à 21:25 :
Dans le passé Air France a reçu 2 milliards d'euros d'aide de la part de l'état français (nos impôts) et personne n'a commenté. Pour sauver des emplois très bien payés. Sans ces aides, aujourd'hui la compagnie n'existerait plus. Malgré les grèves à répétition des employés d'AF qui voulaient (et qui ont réussi) protéger leurs facilités.
Réponse de le 07/02/2015 à 10:16 :
Tout a été remboursé, renseignez vous !
Et maintenant, Air France est privatisée et paie des milliards d'euros de charges + impôts + taxes et fait vivre au moins 100000 personnes dans ce pays.
Alors un peu de décence.
Réponse de le 07/02/2015 à 18:13 :
Les taxes dont vous parlez Fredmorel, ce sont les mêmes que payent claques compagnies se posant en France ... Non? Et que dire des personnels d'escales, des rampants qui vivent grâce aux compagnies "étrangères", des hôteliers, ... Alors, un peu de décence et rappelons qu'Air France ( et surtout les syndicats) a mis 10 000 personnes sur le carreau ces dernières années... Et on pourrait également parler des subventions qu'elle perçoit ....
Réponse de le 08/02/2015 à 15:37 :
Les taxes sont effectivement les mêmes pour chaque compagnie se posant en France pour CHAQUE vol. Ça fait une petite différence...
"Air France a mis 10 000 personnes sur le carreaux" : c'est bien le sujet, pourquoi à votre avis ?
Et parlez-nous des subventions qu'elle perçoit, ça nous intéresse !
Réponse de le 08/02/2015 à 17:31 :
Pour CHAQUE vol, donc sur un CDG-DUB, les taxes seront identiques en France et aux EAU, le coût du carburant également, ... Donc mêmes chances, mêmes possibilités .... Alors, différence ... ? Expliquez moi ...
10 000 Personnes, pourquoi? Pour une question de compétitivité ... qui l'a crée cette compétitivité, l'état (élu par le peuple et donc par ces 100 000 personnes travaillant chez AF) et surtout le personnel. Etre rentable n'est pas une question de pays, de météo, de parti politique, ... c'est une question de mentalité. Et cette dernière doit faire cruellement défaut chez le personnel AF.
Pour les subvention, ""[...] Transavia de rembourser quelques 10 millions d’euros versés par les aéroports d’Angoulême, Nîmes et Pau, considérés comme des aides publiques illégales.[...] (Tourmag juillet 2014)
Et il y en a bien d'autres, on pourrait également parler de la fumeuse continuité territoriale ...
Réponse de le 09/02/2015 à 2:27 :
Oui, différence car taxes pour CHAQUE vol opéré au départ de Paris, un vol Emirates pour 500 vols Air France. Et les taxes à, Dubai n'ont rien à voir avec les taxes à Paris. Lisez l'article : "nous n'avons pas de taxe à Dubai". Et pour les charges du personnel, vous savez bien qu'elle sont différentes selon chaque pays, donc oui, les compagnies ne sont pas égales face aux taxes et charges.
Pour les 10 000 personnes, je n'ai peut-être pas compris votre propos. Il me semblait que vous critiquiez Air France d'avoir supprimé ces postes, et maintenant vous critiquez qu'elle cherche à améliorer sa productivité. Donc si Air France s'adapte au marché, vous êtes contre ?
Pour les subventions, Transavia, filiale low cost, méthode low cost. Je le déplore, mais on ne peut pas louer le modèle érigé en principe par d'autres (Ryanair) et blâmer ensuite l'alignement des autres compagnies.
La fumeuse continuité territoriale, je pense que n'importe quelle compagnie préférerait la délaisser pour se concentrer sur des lignes rentables.
a écrit le 06/02/2015 à 17:31 :
Y'en a marre de baisser son pantalon devant ces monarchies qui n'ont pas règles,qui pensent pouvoir tout acheter,qui exploitent les travailleurs et qui financent le terrorisme!!!
Réponse de le 08/02/2015 à 7:19 :
Ah les clichés.... combien d'années avez vous vécus dans ces Monarchies? Combien des ces travailleurs exploités connaissez vous personnellement? Ces Monarchies financent elles toutes le terrorisme? Quels actes terroristes exactement et sur la base de quels preuves faites vous cette déclaration?
Finalement notez que vivant au Qatar et à Dubai je peux vous dire qu'il y a énormément de règles!!! Probablement trop! Mais bon, continuez avec vos pensées rassurantes: En France, nous sommes les meilleurs et surtout ne changeons rien!
Réponse de le 13/02/2015 à 7:14 :
Vivant aussi dans ces Monarchies je comprends un peu Ola, tu ne peux pas dire qu'il y a de l'esclavage dans ce pays, comment les travailleurs du sous continent sont traités. Je ne parle même pas du personnel de maison qui n'a pas de jours de repos. Certes la plupart des occidentaux on se retrouve du bon côté de la barrière malgré les règles en vigueur. Mais si on est égoïste et centré sur soit même ces pays sont pas mal pour y vivre en portant des oeillères comme des chevaux victimes d'une aspiration de cerveau...
a écrit le 06/02/2015 à 17:26 :
Et pendant ce temps ...
Nico donne des conférences dans les pays du golfe
L'argent n'a pas d'odeur.
Et il veut redevenir président.
pour mieux vendre la France
a écrit le 06/02/2015 à 11:22 :
Le libéralisme, la libre concurrence à l'américaine, c'est bon quand ils gagnent. Ils perdent, alors ils vont pleurer auprès de leurs instances nationales pour dénoncer une concurrence déloyale. Ensuite, c'est le tapis vert juridique ou ils gagnent à tous les coups puisque ce sont eux qui dictent les règles et si ça ne suffit pas, le peuple bombardeur vous envoie de quoi réfléchir.
a écrit le 06/02/2015 à 10:53 :
Comme dans tous les domaines l'Europe est une passoire tous ca pour laisser l'Allemagne vendre ces bagnoles

a écrit le 06/02/2015 à 9:43 :
Si l'on veut que l'Europe négocie une concurrence loyale avec les compagnies du golfe, il faut d'abord faire le ménage chez soi ! La concurrence est-elle loyale entre les compagnies européennes? Je ne pense pas !
Une solution : créer un statut de société européenne, avec des conditions sociales et fiscales communes. On pourrait partir des moyennes européennes, et les syndicats européens (patronaux vs salariés) négocieraient ENSEMBLE les conditions qui alors s'appliqueraient à tous ! Ensuite, c'est la parité avec ces conditions qui seraient exigées pour obtenir (ou conserver) des droits de trafic !!
Réponse de le 06/02/2015 à 11:05 :
A quelle horizon de temps ? ;)
a écrit le 06/02/2015 à 9:25 :
Pour ces pays et ces compagnies, c'est bon pour exporter l'Islam...mais dormons bien...nos politiques s'occupent de nous.
Réponse de le 06/02/2015 à 19:05 :
Islam air france delta ....??????
a écrit le 06/02/2015 à 8:47 :
Trop tard. Emirates va entrer chez Lufthansa, Qatar chez IAG et Etihad chez AFKL.
Nos gouvernement ont choisi de vendre des A380, sans réaliser qu'en sauvant mille emplois ils en condamnaient cent mille, et tout ça sous une banière libérale de façade cachant subventions et autres mécanismes inavouables.
Réponse de le 06/02/2015 à 10:35 :
erreur alors !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :