Air France propose des contrats et salaires modulables... selon la productivité

 |   |  346  mots
Si notre objectif est d'augmenter la productivité, on ne veut pas l'imposer à tout le monde, indique Xavier Broseta pour justifier la proposition de contrats de travail différenciés.
"Si notre objectif est d'augmenter la productivité, on ne veut pas l'imposer à tout le monde", indique Xavier Broseta pour justifier la proposition de contrats de travail différenciés. (Crédits : Reuters)
La compagnie aérienne a proposé aux pilotes des contrats mieux rémunérés s'ils choisissent de dépasser les objectifs fixés, ou moins bien payés s'ils ne prévoient pas de les atteindre. Air France pourrait élargir ce système aux hôtesses et aux stewards.

Après avoir présenté un plan de restructuration menaçant jusqu'à 2.900 emplois sur 2 ans, Air France veut pousser à un accroissement de la rentabilité. Le groupe propose des contrats de travail différenciés à ses salariés en fonction de leur productivité, indique son DRH Xavier Broseta dans une interview au Parisien daté de lundi 26 octobre.

"Dans le premier, le salarié accepte d'atteindre la productivité demandée, son salaire reste identique à celui d'aujourd'hui. Dans le deuxième, il travaille encore plus mais gagne plus. Dans le troisième, enfin, il peut refuser de suivre cette hausse de la productivité, mais alors sa rémunération diminue", explique Xavier Broseta au quotidien.

"On ne veut pas l'imposer à tout le monde"

"On a fait cette proposition aux pilotes, on peut l'étendre aux hôtesses et aux stewards. C'est sur la table", indique le responsable.

"Si notre objectif est d'augmenter la productivité, on ne veut pas l'imposer à tout le monde", indique Xavier Broseta pour justifier la proposition de contrats de travail différenciés.

"Notre stratégie est la bonne", assure Xavier Broseta

Xavier Broseta est, en outre, revenu sur les négociations entre la direction et les salariés.

"Syndicats et salariés ont du mal à comprendre qu'on leur demande de nouveaux efforts, alors qu'ils en ont déjà fait beaucoup. J'en ai conscience: en 4 ans, il y a déjà eu 6.500 départs", reconnaît le DRH.

Il souligne néanmoins qu'"aucun n'a été contraint" et que "notre stratégie est la bonne", ajoute-t-il. Pour le prouver, il met en avant les bénéfices que l'entreprise devrait dégager en 2015 alors que ses pertes d'exploitation s'élevaient à 572 millions d'euros en 2012, quand il est arrivé.

Il précise que cela ne suffit pas. "Ceux qui pensent qu'Air France survivra parce qu'elle gagne 100 millions d'euros par an se font des illusions", estime Xavier Broseta. "Aujourd'hui, en Bourse, nous valons un peu moins de 2 milliards d'euros. C'est peu." Et cela ne permet pas au groupe de se mettre à l'abri d'éventuels opérations de rachat hostiles, ajoute-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2015 à 20:51 :
"Ceux qui pensent qu'Air France survivra parce qu'elle gagne 100 millions d'euros par an se font des illusions" : de DRH, il s'est auto proclamé économiste ?
a écrit le 27/10/2015 à 15:33 :

Ils n'ont rien inventé
Cela s'appelle de la B SCALE volontaire
Déjà en 1998 l'entreprise a essayé, cela s'est soldé par un échec.
Voilà la technique du management d'AF reprendre encore et toujours de vielles idées déjà abandonnées, un petit coup de peinture par dessus et hop voilà la grande nouveauté.
Je suis le premier a regretter les incidents du 05/10 ils n'auraient pas dû, l'âge de la cie en a pâti beaucoup.
Mais tous les employés de la cie en front line savent comment AUGMENTER LES GAINS A LA PLACE DE RÉDUIRE LES COÛTS. Tout est une différence de sémantique et de culture d'entreprise.
a écrit le 26/10/2015 à 22:28 :
Comme à Vegas : il a joué et perdu la chemise. Pas assez certainement : il insiste. Joueur, le gars.
Réponse de le 26/10/2015 à 23:32 :
Les salariés vont, eux, en perdre leur emploi, si les syndicats préfèrent arracher les chemises plutôt qu'essayer de rendre compétitive la productivité des salariés... merci à ce RH pour ses efforts pour eviter que le plan B entre en application en 2017... les syndicats ne semblent pas avoir le meme objectif : sauver les emplois en sauvant l'employeur !
a écrit le 26/10/2015 à 20:34 :
Une compagnie aérienne n'est pas un self service. La direction d'une entreprise ne peut souffrir de choix multiples ; qui ne se feraient qu'au détriment des prestations de service. Que devient l'esprit d'entreprise.
Réponse de le 26/10/2015 à 22:11 :
En quoi laisser le choix du temps de travail serait néfaste à une entreprise ?
Ce qui compte, c'est bien que la productivité (rémunération / temps de travail) soit compétitive, non ?
a écrit le 26/10/2015 à 20:00 :
Ah quelle belle et admirable proposition toute empreinte d'une pure logique libérale (je ne dis même pas capitaliste), comme si chacun pouvait choisir à loisir les heures qu'il fera. Mais bien sûr. Au fait je n'ai pas bien entendu ce qu'il proposait d'appliquer au management qui s'est si brillamment distingué? Je dois devenir sourd avec le bruit des réacteurs....
a écrit le 26/10/2015 à 15:38 :
Les syndicats devront un jour ou l’autre finir par regarder la réalité en face !
Le nombre d'heures de travail par an, pour un pilote, est en moyenne de :
- 585 heures chez AF,
-750 h chez British Airways,
-840 h chez LuftHansa,
- 850 h chez Iberia !
Pour ce qui est des rémunérations brutes des commandants de bords AF en 2013 :
- A320 : 11,527€ brut par mois
- A340: 15,340€ brut par mois
- B777: 15,884€ brut par mois
- B747: 17,371€ brut par mois
- A380 : 18,962€ brut par mois
le salaire moyen brut par mois d'un pilote est de 14.000 € mensuel chez AF, contre 9.165 chez LH, 6400€ chez BA... et 2900€ chez Iberia !!!
Ce différentiel s'amplifie si on prend le salaire charges comprises, mais, ça, ce n'est pas du ressort d'une entreprise : c'est un choix politique du pays!
Je ferais remarquer que j'ai sorti de la comparaison les low-cost (Easyjet, Ryanair Vueling, Germanwings et pire : Volotea -où certains pilotes paient pour voler!-) et les compagnies du golfe.
Mais si AF veut garder ses rémunérations, le temps de travail doit à minima atteindre celui d'IBERIA : le taux horaire restera largement favorable aux pilotes d'AF !!!
China Eastern proposerait $260,000 /an, m’a rétorqué un jour un pro-SNPL. Convertis en euro, ça fait environ 236,000€, soit 19,600€ mensuel.
Selon les chiffres de la presse, pour un même poste, c'est 15,900€ chez Air France...
Chez China Eastern, le commandant de bord est donc apparemment rémunéré 23% de plus...
OUI MAIS, OUI MAIS, OUI MAIS !!! ...
-tout d'abord, quid des rémunérations différées, telles que retraites, sécurité sociale, système éducatif français gratuit en France, etc ? Ces rémunérations indirectes sont-elles prises en charge par l'employeur dans le cadre de la compagnie chinoise ? Sinon, ça entame sérieusement un budget !!
Mais ce qui, pour moi, me parait essentiel pour une juste comparaison :
Certes, la rémunération apparente est de 23% de plus chez les Chinois vs Airfrance.

Mais parallèlement, China Eastern exige jusqu'à 960h par an, à comparer aux 690 à 780h demandées par la direction Air France !! Oui, parce que 690 à 780h, ce n'est même pas ce que font actuellement les CdB Air France... c'est ce que souhaiterait la direction Air France et que refusent les pilotes du SNPL ! ET malgré tout, une différence de 260h de plus sur une base de 700h, ca laissera un différentiel de temps de travail de ... +37% !!
Au fait, mes sources, cette fois :!!
Y a pas... quelque soit la compagnie comparée, les PNT d'AirFrance travaillent moins pour un salaire soit équivalent, soit supérieur !La compagnie ne peut pas se le permettre !
A défaut de gagner moins, les PN devront au moins travailler autant que dans les compagnies européennes équivalentes ! (LH, British et Iberia...) en ce qui concerne le long courrier, et aligner Hop sur Germanwings, Vueling, Easyjet en Court et moyen courrier . Bref, fusion des compagnies Hop et Transavia !!
a écrit le 26/10/2015 à 15:33 :
Les syndicats devront un jour ou l’autre finir par regarder la réalité en face !
Le nombre d'heures de travail par an, pour un pilote, est en moyenne de :
- 585 heures chez AF,
-750 h chez British Airways,
-840 h chez LuftHansa,
- 850 h chez Iberia !
Pour ce qui est des rémunérations brutes des commandants de bords AF en 2013 :
- A320 : 11,527€ brut par mois
- A340: 15,340€ brut par mois
- B777: 15,884€ brut par mois
- B747: 17,371€ brut par mois
- A380 : 18,962€ brut par mois
le salaire moyen brut par mois d'un pilote est de 14.000 € mensuel chez AF, contre 9.165 chez LH, 6400€ chez BA... et 2900€ chez Iberia !!!
Ce différentiel s'amplifie si on prend le salaire charges comprises, mais, ça, ce n'est pas du ressort d'une entreprise : c'est un choix politique du pays!
Je ferais remarquer que j'ai sorti de la comparaison les low-cost (Easyjet, Ryanair Vueling, Germanwings et pire : Volotea -où certains pilotes paient pour voler!-) et les compagnies du golfe.
Mais si AF veut garder ses rémunérations, le temps de travail doit à minima atteindre celui d'IBERIA : le taux horaire restera largement favorable aux pilotes d'AF !!!
China Eastern proposerait $260,000 /an, m’a rétorqué un jour un pro-SNPL. Convertis en euro, ça fait environ 236,000€, soit 19,600€ mensuel.
Selon les chiffres de la presse, pour un même poste, c'est 15,900€ chez Air France...
Chez China Eastern, le commandant de bord est donc apparemment rémunéré 23% de plus...
OUI MAIS, OUI MAIS, OUI MAIS !!! ...
-tout d'abord, quid des rémunérations différées, telles que retraites, sécurité sociale, système éducatif français gratuit en France, etc ? Ces rémunérations indirectes sont-elles prises en charge par l'employeur dans le cadre de la compagnie chinoise ? Sinon, ça entame sérieusement un budget !!
Mais ce qui, pour moi, me parait essentiel pour une juste comparaison :
Certes, la rémunération apparente est de 23% de plus chez les Chinois vs Airfrance.

Mais parallèlement, China Eastern exige jusqu'à 960h par an, à comparer aux 690 à 780h demandées par la direction Air France !! Oui, parce que 690 à 780h, ce n'est même pas ce que font actuellement les CdB Air France... c'est ce que souhaiterait la direction Air France et que refusent les pilotes du SNPL ! ET malgré tout, une différence de 260h de plus sur une base de 700h, ca laissera un différentiel de temps de travail de ... +37% !!
Au fait, mes sources, cette fois :!!
Y a pas... quelque soit la compagnie comparée, les PNT d'AirFrance travaillent moins pour un salaire soit équivalent, soit supérieur !La compagnie ne peut pas se le permettre !
A défaut de gagner moins, les PN devront au moins travailler autant que dans les compagnies européennes équivalentes ! (LH, British et Iberia...) en ce qui concerne le long courrier, et aligner Hop sur Germanwings, Vueling, Easyjet en Court et moyen courrier . Bref, fusion des compagnies Hop et Transavia !!
Mes sources :
le Figaro cite AirFrance avec Datawrapper :
http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2015/10/06/29002-20151006ARTFIG00129-salaires-et-temps-de-travail-les-vrais-chiffres-sur-les-pilotes-d-air-france.php
Pour les autres compagnies européennes :
http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/10/02/29006-20151002ARTFIG00185-comment-air-france-s-est-faite-surclasser-par-british-airways-et-lufthansa.php
Pour le temps de travail chez China Eastern :
LES ÉCHOS, numéro du 23/24 octobre 2015, page 18
Réponse de le 26/10/2015 à 18:00 :
@principe de réalité: on devrait même ouvrir la profession à tout le monde pour faire des économies :-) As-tu aussi demandé à ton patron de baisser ton salaire au niveau du Bangladesh, parce que je te signale que dans les pays dits du tiers-monde, de nombreuses personnes peuvent te remplacer avantageusement :-) Mais bon, on a reconnu le socialo qui nivelle tout par le bas, n'est-ce pas :-) Personnellement, je ne crois pas que c'est la jalousie qui va faire avancer les choses !!! Espérons que tu seras dans l'avion pour assister de première main aux dégâts le jour où il y aura un crash !!!
Réponse de le 26/10/2015 à 22:07 :
@patrickb : je ne parle ni des lowcosts, ni des compagnies du golfe... je compare avec la concurrence directe : Iberia, British et Lufthansa ... mais dans votre déni de réalité façon bleu marine, il suffirait de fermer les frontières ...? sauf que AF-Klm se pose plus souvent hors de france que sur le territoire national ! Alors, la concurrence existant... va falloir être compétitif !
En ce qui concerne les crashs, il ne me semble pas que par rapport aux autres compagnies européennes, les statistiques soient en faveur des pilotes d'AF !
Par contre, les temps de travail et les rémunérations, ils soutiennent largement la comparaison....maintenant, si un avenir à la Sabena ou Alitalia leur donne envie,... libre à eux !
Réponse de le 26/10/2015 à 22:18 :
Comparer une rémunération moyenne de 14,000 € mensuelle (10 fois le smic) pour un mi-temps (35h hebdo, ça fait 1607 h annuelles) avec le Bangladesh...c'est un peu gros, non ?
Vous avez tellement l'habitude de vous plaindre que vous ne vous rendez même plus compte !!
Réponse de le 28/10/2015 à 7:53 :
Encore un spécialiste en tout.
a écrit le 26/10/2015 à 14:48 :
Heureusement que le pilotage automatique est là. car pour un pilote c'est quoi au juste la productivité? la compagnie Air France cherche l'accident
Réponse de le 26/10/2015 à 15:53 :
@Quick : la productivité, c'est un rapport cout/temps de travail, en ce qui concerne un pilote.
Améliorer la productivité, pour la compagnie cesse d'avoir des pilotes qui ne travaille QUE 585 heures par an, quand chez Lufthansa, c'est 840 heures, et chez Iberia, c'est 850 heures !!!
Pour la rémunération des pilotes, la productivité, c'est cesser d'avoir des pilotes rémunérés 14,000€ mensuel brut, quand c'est 9,160€ chez LH, 6,400€ chez British, et encore moins chez Iberia !!!
Quand à la sécurité, je ne crois pas que LH, BA ou Iberia soient plus sujets à accident que AF ! CE qi compte, c'est de respecter le plafond d'heures sécuritaires qui, je crois, est fixé par les autorités européennes (voir mondiales !??) à plus de 900 heures ...! ( je crois que c'est 960h)
Pour améliorer la productivité, il n'y a que 2 curseurs : salaires ou temps de travail !
a écrit le 26/10/2015 à 14:38 :
LEs chiffres pour Air fRanc sont clairs. La compagnie perd de l'argent donc soit on fait des économies, soit on augmente la productivité à salaire égal, soit on chnage de stratégie et on fait du Volume en investissant dans le low-cost d'un coté et dans le luxe de l'autre.

Aujourd'hui Air France est bloquée car :
- La création de filliales low-cost est bloquée par le personnel
- Les accord d'augmentation de la productivité à salaire égal ou légèrement supèrieur sont rejettés
- Les businness Class et Première class font un carton chez la concurence et du coup les clients se détournent d'Air FRance.

Résultat ? Il va y avaoir des licenciements secs pour revenir à une situation financière stable.

Il y a deux solutions pour Aifrance :

- Soit réduire la voilure qui mènera vers une mort lente puis une régionalisation de la compagnie.
- Soit Investir et attaquer en frontal les compagnie concurentes via la qualité, le multi-linguisme, le confort, made in france, les repas french touch, le mulimédia, la connectivité etc ... .

Je pense très sincèrement que la seconde solution serait de loin la meilleure mais pour cela il faut stabiliser les finances de la compagnie, ataquer le segment low-cost pour faire de la trésorerie, négocier des accords avec les entreprises européennes et françaises pour remplir les business class, refaire le plein des avions quitte à brader 24h avant toutes les places vides des vols, négocier un accord TEMPORAIRE d'augmentation de la productivité le temps de stabiliser les chiffres et d'investir dans une nouvelle stratégie ambitieuse de conquète européenne, africaine et asiatique. Le segment Amérique d'Air France lui se porte bien à ce qu'il semblerait.

Personnellement j'ai voyagé sur Aif France jusqu'au début des années 2000 et à présent la politique tarifaire est devenue inaccessible u bien les tours operator n'incluent plus Air France dans leur offre et je le regrette car la qualité de l'acceuil et le confort sont vraiment au rendez-vous les vols internationaux. Les navettes nationales gagneraient à offrir quelques services multimédias et de connexion internet mais surtout evraient essayer de concurencer les offres de train haut de gamme en terme de tarif.
Réponse de le 27/10/2015 à 10:20 :
+1
Réponse de le 27/10/2015 à 22:30 :
+1
a écrit le 26/10/2015 à 14:14 :
Je trouve que cette proposition de contrats et salaires va dans le bon sens , en effet un jeune qui débute en pleine force de l'âge sera content de gagner plus en travaillant plus bien sûr logique ! Celui qui a atteint une certaine stabilité se contentera de son salaire actuel sans augmentation de travail ou salaire logique ! et celui qui est fatigue voire en fin de carrière sera content de pouvoir travailler moins avec une reduction de salaire une autre logique .
Pour la petite histoire quand j'étais jeune PNC en pleine force de l'âge je voulais travailler plus et gagner plus mais malheureusement le syndicats ne le voyaient pas de la même façon , sincèrement j'aurais souhaité avoir une telle proposition à l'époque où je suis rentré pour faire un peu plus d'argent !
Merci de m'avoir lu
Réponse de le 27/10/2015 à 12:12 :
Ainsi il suffit de faire une proposition ou un référendum interne pour pouvoir contrevenir à la Loi et sortir du code du travail ? Si je suis d'accord sur le fait qu'Air France doit revoir sa politique salariale, je trouve que l'entreprise s'exonère du droit du travail et que c'est un mauvais exemple. A quand le référendum privé pour faire baisser les impôts ?
Réponse de le 27/10/2015 à 15:01 :
Sauf que le planning ce n'est pas l'employé qui le fait, donc il feront voler au max les jeunes qui coûtent moins cher plus tôt que les anciens aux salaires plus élevés, qui se retrouveront avec 2 vols par mois et un salaire bas.
Comme chez Corsair qui prenait plein d'étudiants l'été.
a écrit le 26/10/2015 à 13:47 :
On devait faire la même chose à l'Etat. Je suis sûr qu'on payera moitié moins d'impôts.
Réponse de le 26/10/2015 à 21:55 :
Chiche... ??
a écrit le 26/10/2015 à 12:45 :
Pourquoi choisir ce monsieur(qui va bientot partir et qui est au coeur de la controverse) pour effectuer ce genre d'annonces?La direction d'AF joue clairement la carte du conflit social pour dissimuler sa navrante gestion
Réponse de le 26/10/2015 à 23:27 :
En feriez-vous une guerre personnelle ??
a écrit le 26/10/2015 à 12:34 :
Comme je l'ai déjà dit, mais chaque fois censuré sur le sujet, Air France a une politique subtile de licenciement déguisé. C'est vrai, Air France n'a jamais licencié officiellement, mais officieusement, on s'arrange :-) On dit à une personne qui travaille à Orly qu'elle va devoir aller à Roissy par exemple. La personne ayant sa maison, ses intérêts et tout le reste sur Orly refuse donc et se voit offrir une prime de départ. Si cette personne ne veut pas d'arrangement et insiste (ce qui est très rare), on lui pourrit la vie jusqu'à ce qu'elle parte. Pour les cas de vols (magasiniers du fret notamment), c'est plus simple, on demande aux gens de démissionner sous peine de dépôt de plainte et donc de poursuites pénales. Mais c'est vrai, Air France n'a jamais licencié personne :-)
Réponse de le 26/10/2015 à 15:19 :
Bienvenue dans le monde réel !!!
Réponse de le 26/10/2015 à 22:24 :
"chaque fois censuré"... vous avez pas un complexe de persécution, non ? C'est vrai que c'est une posture très en vogue chez Marine actuellement...
Réponse de le 26/10/2015 à 22:35 :
Vous arrivez quand même dans votre diatribe anti-entreprise, à soutenir que c'est la direction qui organise les vols par des bagagistes pour pouvoir mieux les licencier ! Vous rendez vous compte des énormités que vous arrivez à écrire ?? Remarquez, quand on voit que Mélenchon en appelle à lyncher les employeurs, on peut s'attendre à tout !
J'ose espérer pour le personnel Air France que vous ne faite pas parti de leurs représentants,... ou ils devraient s'inquiéter ... !!!
Concernant la censure, rassurez vous : on vous lit beaucoup (trop ?) dans ces commentaires...
a écrit le 26/10/2015 à 12:03 :
Endettement : 5 milliards
Capitalisation boursière : moins de 2 milliards
Recette unitaire : - 5%
Les chiffres clés sont implacables, ils ne font pas de politique. Pas beaucoup de marge de manoeuvre. Une autre direction menerait la même stratégie.
Encore une fois les négociations avec le snpl qui sont maintenant secrètes (sic) sont clés. ..malheureusement quand je vois ce matin les réactions des pilotes je me dis qu'a ce niveau d'autisme on aurait dû revoir depuis longtemps les critères d'embauche...pendant ce temps qatar airways embauche...
Réponse de le 26/10/2015 à 13:01 :
Quatar Airways embauche avec des primes de l'U.E. et des primes d'état quatari, après cela comment Air France peut-il ètre compétitif, réfléchissez !!!!
Réponse de le 26/10/2015 à 13:20 :
Comme vous le dites si bien, Qatar embauche. Ce qui montre bien que les pilotes sont en situation de force. Ils n'auraient aucun mal à retrouver du travail si les conditions à AF ne les satisfaisaient plus.
Les pilotes expérimentés avec une qualification machine sur A 320 ou B777 sont très recherchés, et pas uniquement par les compagnies du golfe.
Sans les pilotes, les avions ne volent pas. Les former coûte cher et prend beaucoup de temps.
Réponse de le 26/10/2015 à 17:18 :
@grand : Tout d'abord merci de m'inciter vigoureusement à la réflexion (sic)
Il ne vous a pas échappé que :
- Les compagnies comme Lufthansa et BA sont rentables alors qu'elles sont aussi en concurrence avec les compagnies du golfe...
- AF a également freiné pendant des années avec l'aide de l'Etat le développement d'une véritable concurrence...ce qui équivalait à des subventions. Une belle recapitalisation a été également généreusement octroyée en 1993 pour sa survie....la mémoire est court...
- Ce ne sont pas les primes, subventions, aides, taxes qui voyagent mais les clients. Ce mot n'a jamais fait parti de l'ADN de ce groupe. Les clients réfléchissent (oui, oui..). Si ils préfèrent les compagnies du golfe, ou les low cost ce n'est sûrement pas en raison de la manne pétrolière derrière ou des subventions des CCI...et les clients ont toujours raison car ils font vivre une compagnie (allez expliquer a un/une pilote de AF...).
De manière plus générale, J'adore cette théorie du "bouc émissaire" (c'est la concurrence déloyale, les méchants qataris, chinois, ADP, taxe Chirac..)que les syndicats de AF, SNPL en tête,développent régulièrement dans les médias afin d'éviter les restructurations inévitables.
"On voit la paille dans l’œil du voisin mais pas la poutre dans le sien"
a écrit le 26/10/2015 à 11:58 :
Dans le privé, ce n'est pas le contrat de travail qui est différencié selon la productivité, mais plutôt le salaire qui est lié directement à la productivité du salarié. Quand le boss dispose d'une marge de manœuvre, ce qui n'est pas toujours le cas.
a écrit le 26/10/2015 à 11:41 :
Diviser pour mieux régner ne va pas rassurer d'éventuels clients mais certainement les actionnaires!
Réponse de le 26/10/2015 à 14:42 :
Diviser pour mieux régner ? Mais qui demande à avoir des syndicats corporatistes ? Qui a souhaité avoir un CE propre à une catégorie de personnel ? CE sont les salariés eux même qui ne veulent pas des catégories sociales inférieures : les PNT ne veulent pas être mélangés aux PNC, qui eux même veulent être distingués des personnels au sol... pire, les PNT air France essaie de négocier sur le dos des PNT Hop, qui eux même cherchent à tirer avantages sur le dos du personnel Transavia (il n'y a qu'à voir les négociations sur le plan de carrière des PN Air France passant chez Transavia!)
a écrit le 26/10/2015 à 10:47 :
licencier des personnes pour une mauvaises gestion c'est de la violence
car ce personnel (le) n'est en aucun ca responsable
de l'incapacités des dirigeants a faire properer l'entreprise
qui eux ont accepte une fonction sans en assumer la responsabilite
il est plus facile de reduire le personnel que de chercher des clients
ou meme de reduire le salaires des dirigeants
ceci est aussi pour le medef et la hollandie
Réponse de le 26/10/2015 à 16:01 :
Travailler 20% de moins que le personnel du concurrent (LH, et c'est la plus favorable des comparaisons (British Iberia, ou les lowcosts, c'est pire) c'est violent pour les finances de l'entreprise !
Et là, on va droit vers un dépôt de bilan, ou une reprise façon Alitalia : vous trouvez pas ça plus violent, vous ?
Maintenant, si vous pensez qu'une fessée est plus violente que l'impact du camion qui renversera le gamin qui refuse de donner la main à sa mère, libre à vous : on a pas la même notion de violence !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :