Après les TGV Ouigo, la SNCF étudie des Intercités et des TER low-cost !

 |   |  1281  mots
Pour Guillaume Pepy, le développement d'une offre low-cost est au cœur de la stratégie de la SNCF pour contrer l'arrivée de la concurrence sur le marché ferroviaire français.
Pour Guillaume Pepy, le développement d'une offre low-cost est au cœur de la stratégie de la SNCF pour contrer l'arrivée de la concurrence sur le marché ferroviaire français.
Selon Guillaume Pepy, la SNCF réfléchit à étendre sa gamme de produits à bas coûts aux trains Intercités et aux régionaux. Le low-cost est au coeur de la stratégie du groupe pour faire face à la concurrence. Celle-ci devrait être expérimentée rapidement dans certaines régions.

Après Ouigo, le TGV low-cost de la SNCF, y-aura-t-il OuiCorail ou OuiTER ? Autrement dit, y-aura-il une offre low-cost sur les trains intercités et les trains régionaux de la SNCF? Le dossier est à l'étude.

"Nous avons déjà trois produits dans la gamme "OUI" avec Ouigo, Ouibus et Ouicar (location de voitures entre particuliers, ndlr), et nous réfléchissons à étendre la gamme "OUI" aux trains Intercités (encore appelés Corail par les Français) et TER", a indiqué ce mercredi Guillaume Pepy, le président du directoire du groupe SNCF, devant les journalistes de l'AJEF, l'association des journalistes économique et financiers.

Eviter la concurrence d'un "Easyjet du rail"

Pour ce dernier, le développement d'une offre low-cost est au cœur de la stratégie de la SNCF pour contrer l'arrivée de la concurrence sur le marché ferroviaire français, au plus tard fin 2019 pour les TER, et fin 2021 pour les TGV selon le calendrier fixé par Bruxelles.

"Il y a deux ans, nous avons décidé de développer une gamme low-cost pour que nos futurs concurrents aient des difficultés à se positionner sur le créneau low-cost. Sur ce ce segment de marché, ils nous trouveront face à eux. Nous essayons de tirer les leçons de l'expérience d'Air France. Il faut faire Transavia dès le début pour éviter qu'un futur « Easyjet du Rail » vienne nous balayer. Le choix du low-cost est un choix stratégique important", a-t-il dit.

Et d'ajouter :

"Ce qui m'obsède, voire m'angoisse aujourd'hui, c'est de penser à ce qu'on me reprochera dans 10 ans. Ce type n'a pas vu arriver telle chose ou ce type n'a pas mesurer que telle chose aller bouleverser les choses. C'est pour cela que je suis assez obsédé par le low-cost parce que je suis persuadé que le low-cost va être un très grand succès dans le ferroviaire."

La concurrence expérimentée dès 2017?

Pour préparer l'arrivée de la concurrence, Guillaume Pepy estime que celle-ci devrait être expérimentée prochainement.

"Je suis absolument certain que la France n'attendra pas ces dates limites. Je pense qu'il y aura une période d'expérimentation en 2017, 2018, 2019 qui va permettre de regarder l'apport de la concurrence aux consommateurs, la régulation à mettre en place, mais aussi de voir si le train se porte mieux avec la concurrence", a-t-il expliqué en mettant en avant l'exemple de la brutalité de la mise en place de la concurrence dans le fret. "C'est un échec. Cela n'a pas ajouté un train de fret de plus en France."

Selon Guillaume Pepy, plusieurs présidents de Région (Laurent Wauquiez, Alain Rousset, Xavier Bertrand, Christian Estrosi...) commencent à réfléchir à de telles expérimentations. Les réflexions portent sur le nombre de lignes tests (une seule ou un groupe de lignes). Surtout, ce qui est loin d'être tranché, c'est le transfert ou pas des cheminots au concurrent qui exploitera la ligne assurée jusque-là par la SNCF. Pour Guillaume Pepy, l'article L1224 du code du travail s'applique et les cheminots qui seraient transférés resteraient cheminots.

Le cadre social est connu

Pour Guillaume Pepy, avec le décret socle sur des règles communes et la convention collective du ferroviaire, le cadre social du ferroviaire est connu.

"Pour l'ouverture à la concurrence, on sait quelles seront les règles sociales qui vont s'appliquer, à quelle sauce les concurrents seront traités. Très souvent, on invoquait l'absence de cadre social pour justifier l'absence de concurrence. Désormais ce prétexte ne tient plus", a expliqué Guillaume Pepy.

La CGT ne devrait pas s'opposer

Les syndicats ont jusqu'à ce soir pour dénoncer l'accord d'entreprise sur le temps de travail à la SNCF et jusqu'à samedi soir pour dénoncer la convention collective qui s'appliquera à tous les opérateurs. Visiblement, pour venir devant la presse le 22 juin, Guillaume Pepy avait la certitude que les textes ne seront pas invalidés par les syndicats. Pour rappel, pour être validés, les accords doivent être signés par des syndicats représentant plus de 30% des voix et ne pas être dénoncés par des syndicats représentant plus de 50% des voix. Dans les deux cas la CGT joue le rôle d'arbitre. Mais le syndicat n'usera pas de son droit d'opposition selon des sources internes et syndicales.

"Nous tenons une commission exécutive fédérale le 23 (jeudi), durant laquelle nous nous déterminerons", a indiqué à l'AFP un porte-parole cégétiste.

La semaine dernière, la CGT-Cheminots s'était bornée à annoncer qu'elle ne signerait pas l'accord d'entreprise, conformément au souhait exprimé par 57,66% de ses militants.

Ecart de compétitivité

La SNCF est en train de recalculer l'écart de compétitivité de cet accord avec les règles de la convention collective (moins favorables) qui s'appliqueront aux futurs concurrents. Au début du mois, la direction l'évaluait à 9%.

Pour Guillaume Pepy, l'écart est variable selon les activités : entre ½ et 1 point sur les TGV dont la part des coûts salariaux est faible (7 à 8%), et entre 10 et 15% sur le TER rural ou une desserte terminale de fret dont les coûts salariaux représentent entre 30 et 40% des coûts.

Pour "combattre ces écarts", Guillaume Pepy veut jouer sur d'autres leviers. Pour lui, la remise à plat de l'organisation du travail pour améliorer l'efficacité industrielle constitue le principal chantier pour accroître la productivité. "Des centaines de millions d'euros d'économies peuvent être ainsi générées tant à SNCF Réseau (le gestionnaire d'infrastructures) qu'à SNCF Mobilités (l'exploitant)", a-t-il expliqué.

Guillaume Pepy mise également beaucoup sur "la révolution du digital dans la production" et sur la baisse des frais de structure. "Après avoir achevé un plan de 700 millions d'euros de ces derniers, la SNCF aborde un autre plan sur 3 ou 4 ans d'un montant de 500 millions d'euros."

Une pyramide des âges favorable à la baisse des effectifs

Quel sera l'impact des nouvelles technologies sur les effectifs ? "C'est un sujet", a admis Guillaume Pepy. Avec le départ à la retraite de la génération du "baby boom", la pyramide des âges est favorable à une baisse des effectifs.

"Chaque année, la SNCF améliore sa productivité de l'ordre de 2% du fait de 2.500 à 3.000 suppressions de postes chaque année, fait remarquer Guillaume Pepy. C'est comme cela depuis 1945 date à laquelle il y avait 500.000 cheminots contre moins de 150.000 aujourd'hui. Mais nous embauchons massivement de l'ordre de 5.000 à 5.500 embauches parce que les départs à la retraite sont de l'ordre de 8.000 par an. 30% des cheminots ont moins de 10 ans dans l'entreprise."

"Nous ne sommes pas prêts"

Le temps est compté pour préparer l'arrivée de la concurrence. "Nous ne sommes pas prêts", a constaté Guillaume Pepy.

Selon lui, "la concurrence sera très belle". Il prédit l'arrivée de la Deutsche Bahn, de Trenitalia et probablement d'une entreprise privée sur les grandes lignes, et sur les trains du quotidien, de Transdev, du britannique Arriva, d'Abellio, la filiale privée des chemins de fer néerlandais et du chinois de Hongkong MTR.

Règle d'or

Mis sur la touche par le gouvernement dans la négociation avec les syndicats, le patron de la SNCF a obtenu des engagements sur la signature d'un plan performance pluri-annuel avec le gouvernement d'ici à la fin de l'année et un décret « Règle d'or » sera déposé dans quelques semaines pour fixer une limite à la dette de la SNCF (40 milliards d'euros pour la partie infrastructures). Cette limite se fera en pourcentage du chiffre d'affaires. Au-delà de cette limite, SNCF Réseau ne pourra plus s'endetter pour construire de nouveaux projets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2016 à 14:41 :
Low cost ds les TER?. C'est ridicule.Les prix sont déjà bas et c'est subventionné par la région et l'état à plus de 80 % de leur coût.Quel est le sens d'introduire de la "concurrence" sur les TER et plus généralement sur le train en France?. Nos impôts serviront à subventionner des entreprises étrangères,c'est tout.
Il faut dire que la SNCF est considérée comme la troisième meilleure compagnie du rail en Europe pour sa qualité de service.On veut détériorer cette qualité ,en introduisant la "concurrence" , parce que la CE l'exige ?.
Réponse de le 18/07/2016 à 11:16 :
Depuis la privatisation le transport ferroviaire coûte plus cher aux contribuables Britanniques parce que les compagnies touchent des compensations pour les problèmes d'infrastructure que l'état à dû reprendre à sa charge vu le mauvais état . Quand on voit l'état du réseau en France ça promet ... Investir à minima quand la compagnie appartient en majorité à l'Etat mais quand c'est pour une compagnie privée qui signe une license d'exploitation avec des garanties de circulations . Comme par hasard pour les "concurrents" on trouvera l'argent pour remettre le réseau à niveau sans que celles ci déboursent un cent mais le contribuable ça oui il payera et aura le temps de regretter quand son billet augmentera de 300%, quand sa gare ne verra plus passer que des trains sans arrêts parce qu'elle n'atteint pas le seuil de rentabilité pour les actionnaires .
a écrit le 24/06/2016 à 14:47 :
Les fautes d'orthographe...

"Ce type n'a pas vu arriver telle chose ou ce type n'a pas mesurer (?) que telle chose aller (?) bouleverser les choses"
a écrit le 24/06/2016 à 8:45 :
On a deja du mal a avoir nos TER à l'heure au depart comme à l'arrivée quand on est pas confondus avec des sardines...
alors le TER low cost, ce sera quoi ? il faudra arriver une heure avant pour avoir un hypothétique train pour aller travailler?
Réponse de le 18/07/2016 à 11:25 :
Bah oui comme des sardines qui se pressent dans le train de 17h17 quand celui de 17h25 part à moitié vide ... Les Français veulent être premiers en tout, comme si prendre le train était une course à gagner chaque jour ... Plus de 90% des trains arrivent pourtant avec moins de 5mn de retard ...
a écrit le 23/06/2016 à 18:51 :
Ah bon? Retard annulation est le quotidien à la SNCF? Ou vivez vous ? En Inde certainement non? Ou alors bengladesch ? Bref ouvrez les yeux et cessez de regarder votre nombril
a écrit le 23/06/2016 à 17:19 :
TER lowcost cela fait peur. Actuellement le service non lowcost rendu par les TERs est l'un des plus mauvais qui existe. Suppression de trains, retards quotidiens grèves à n'en plus finir.
Qu'est ce sera en lowcost ? A moins cela soit une filiale privée de la SNCF là il y a peut être une chance.
Réponse de le 18/07/2016 à 11:21 :
Pourtant la SNCF est dans le trio de tête pour ce qui est du transport ferroviaire en Europe . Voyez comment ça se passe ailleurs, vous serez surpris . Connaissez vous une entreprise où tout fonctionne à 100% 24/24 7/7 ? Il y a des pays quand il y a grève c'est pas de train du tout ...
a écrit le 23/06/2016 à 12:15 :
l'état soviétique français veut éviter la concurrence ??!!! on comprend mieyx pourquoi les Anglais veulent se tirez ........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :