Autocars Macron : plus de la moitié des sièges restent vides

 |  | 542 mots
Quelque 1.350 emplois ont été créés depuis l'ouverture du marché en août 2015. Les conducteurs représentent 83% de ces emplois.
Quelque 1.350 emplois ont été créés depuis l'ouverture du marché en août 2015. Les conducteurs représentent 83% de ces emplois. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Selon les chiffres publiés par le gendarme du rail et de la route, le taux de remplissage des autocars est passé de 30,2% en début d'année, à 41% au 2e trimestre. La recette moyenne par passager aux 100 km progresse quant à elle de 40 centimes d’euros. Mais reste faible.

Il y a du progrès. Avec 1,5 million de passagers transportés au deuxième trimestre 2016, la fréquentation des autocars a augmenté de 39% par rapport au trimestre précédent, d'après les chiffres du dernier bilan de l'Arafer, le gendarme du rail et de la route. Cependant, les autocars sont encore loin d'être pleins, indique l'observatoire dans l'étude publiée jeudi, selon laquelle le taux de remplissage serait passé de 30,2% en début d'année, à 41% au 2e trimestre. Cela laisse donc encore plus d'un siège sur deux vide...

Lire Transport en autocar : les deux tiers des sièges sont vides

La recette reste faible : 3,6 euros aux 100 km par passager

Certes les chiffres semblent de bon augure pour le secteur. En effet, depuis la libéralisation du secteur, le chiffre d'affaires cumulé des six opérateurs (Ouibus 28% des lignes commercialisées, Eurolines/Isilines 35%, FlixBus 23%, Starshipper 8%, Megabus 6% et Migratour moins de 1%) s'établit à 40 millions d'euros dont 19 millions HT, rien qu'au deuxième trimestre, précise le régulateur. Cela représente une hausse de 56% par rapport au premier trimestre, s'expliquant par l'augmentation de la fréquentation et par la hausse de la recette moyenne par voyageur : 12,6 euros (HT) pour un trajet moyen de 342 km (contre 11,3 euros pour 346 km au 1er trimestre). La recette moyenne par passager aux 100 km (3,68 euros) progresse donc de 40 centimes d'euros. Cela reste faible.

Concrètement, quelque 193 villes étaient desservies fin juin 2016 contre 150 à la fin du premier trimestre, via 261 points d'arrêt. Plus de 1.100 liaisons sont proposées à la vente (+25%), un chiffre toutefois "dopé" par l'arrivée d'un nouvel opérateur, Migratour, qui à lui seul représente 210 liaisons commercialisées sur une ligne saisonnière ouverte en avril sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, note le régulateur. Sans tenir compte de cette nouvelle ligne, l'Arafer recense 895 liaisons commercialisées contre 858 au trimestre précédent, soit une progression de l'offre de l'ordre de 4%.

1.300 emplois créés...

Reste que le montant des inévitables pertes demeure à ce jour la grande inconnue. En revanche, le régulateur précise ce que la libéralisation du secteur a généré en termes de créations d'emplois. L'Arafer évoque ainsi un rythme moins soutenu qu'au cours des trimestres précédents, avec près de 150 équivalents temps plein supplémentaires (ETP) d'avril à juin 2016, soit plus de 1.350 ETP créés depuis l'ouverture du marché en août 2015. Les conducteurs représentent 83% de ces emplois.

...mais combien seront supprimés ?

Cela dit, certains employés pourraient bien se retrouver sur le carreau. A l'instar des chauffeurs de Megabus. En effet, l'entreprise a annoncé l'arrêt prochain de son contrat de sous-traitance avec Flixbus France, son unique client, ouvrant une période d'incertitude pour l'entreprise et ses 170 salariés.

Pour l'heure, de l'autre côté du Rhin, la Deutsche Bahn, alter ego allemand de la SNCF a annoncé ce vendredi la suppression de Berlin Linien Bus (BLB), sa filiale de bus longue distance, chroniquement déficitaire. De quoi faire cogiter la SNCF, qui s'est lancée, avec sa filiale Ouibus dans "la bataille" de l'autocar, marquant la première étape de la concentration du secteur en juin dernier.

Lire : La SNCF lance la concentration des autocars : Ouibus et Starshipper s'allient

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2016 à 17:29 :
Je n'ai rien contre les autocars (au contraire), mais quand je vois qu'en tant qu'automobiliste ne respectant pas forcément les limites de vitesse, je me fais largement doubler par des autocars F..bus, je n'ai AUCUNE envie de prendre le risque de prendre ce moyen de transport. La sécurité avant tout.
a écrit le 19/09/2016 à 16:52 :
41% de remplissage, un an seulement après leur lancement et avec les difficultés de démarrage que l'on sait. On a connu des échecs plus retentissants. On peut déplorer l'impact sur la circulation et sur la pollution mais ces bus répondent évidemment à un besoin. D'une part, la sncf a fermé beaucoup de lignes et d'autres part le coût du train est trop élevé pour bon nombre de voyageurs.
a écrit le 19/09/2016 à 16:46 :
Autant dire que les jésuites ne font pas mieux !
a écrit le 19/09/2016 à 16:29 :
Des cars circulant à moitié vide dans le meilleur des cas! Bonjour les émissions de CO2, oubliés tous ces discours grandiloqents du COP21 et sur la transition énergétique... Et j' ai l'impression d'avoir lu il y a quelques jours que la pollution atmpsphérique cause 48.000 morts chauqe année.
a écrit le 19/09/2016 à 11:30 :
"à 41% au 2e trimestre".

En fin de compte,Il suffirait de diminuer leur taille et ils seront plein.
Réponse de le 19/09/2016 à 19:05 :
Ben oui!!!
a écrit le 18/09/2016 à 21:18 :
Le merveilleux Mister Macron.....la politique du néant, du vide, du creux....l'alignement de poncifs éculés "l'élite" dans toute sa splendeur. Plus efficace chez Rotschild qu' au ministère de l'économie...mais là je suis méchant, il a une qualité tout de même, il sait prendre la pose....
a écrit le 18/09/2016 à 15:17 :
Les cars Macron sont un désastre économique ;

Voici le bilan désastreux :

- Aucune valeur ajoutée mais tout est tiré vers le bas, les prix et le service

- La pollution diésel qui est aggravée avec des rejets massifs de CO2 et Nox

- Le temps perdu par les voyageurs dans des parcours plus longs en temps est un temps perdu absolu

- La balance commerciale industrielle est déficitaire,

a) 75 % des cars sont construits importés d'Allemagne, de Belgique, de Hollande et ailleurs ... reste les microns miettes pour l'industrie française

b) De surcroit, les cars micron ne génèrent absolument aucune exportation

Il fallait bien un micron énarquien pour cette macronnerie et embarquer stupidement la France du TGV et Airbus de Valls Hollande dans une abîme sociale industrielle écologique ... qui mérite mieux
Réponse de le 18/09/2016 à 22:43 :
Les personnes qui ne peuvent pas voyager sur les trains de SNCF à cause des tarifs délirants pour un service médiocre riront bien de votre billet.
S' il n'y a plus de fabricant de car (sauf IVECO a Annonay), c' est justement qu'on a jamais voulu développer ce marché.
On a interdit le cabotage pour protéger le marché captif de la SNCF.
moralité : on a bau aidé un canard boiteux, ce ne sera jamais un aigle.
Réponse de le 19/09/2016 à 6:15 :
Votre réponse est fausse.... Les prix bas sont bons pour les consommateurs, car les trains sont beaucoup trop chers.
Les bus ne roulent pas tous au diesel...Et les camions polluent bien plus et sont beaucoup plus nombreux sur les routes et pourtant vous n'en parlez pas...Il faudrait surtout remplacer les camions par les trains de marchandises, alors pourquoi vous n'en parlez pas ? Les bus représentent peu de traffic au total. Et il ya des bus à l'hydrogène et au bio carburant etc etc...et meme les bus électriques. Quant à l'industrie française, ce n'est pas la faute des Allemands ou des Belges s'ils savent produire et vendre des autobus ? La VRAIE question est pourquoi la France en 1970 a abandonné son industrie au profit des SERVICES (trourisme, bureaux, banques, assurances etc ) ? Quant au TGV il coute bien bien trop cher pour le Français moyen, et vous appelez ça un progrès ? L'airbus n'en parlons pas, sans les Allemands, il n'existerait pas. Voilà et posez vous les vraies questions, au lieu de critiquer pour critiquer.
a écrit le 18/09/2016 à 12:04 :
c 'est un marché en construction, pas étonnant d essuyer des pertes dans un premier temps. L offre va s'adapter, les investissements s amortir, la demande va augmenter avec la notoriété et des acteurs disparaître ou fusionner. Ca sert franchement à rien de tomber sur Macron, qui a seulement autorisé des cars à rouler. C'est quand même complètement dingue voir hallucinant que ça ai été interdit aussi longtemps. Ca me fait penser, toute chose égale par ailleurs aux radios libres, le monde d'avant nous est irréel, ça sera sans doute pareil pour mes gamins avec le car.
a écrit le 18/09/2016 à 9:46 :
en revanche, il y a bien un point sur lesquels ils font carton plein, c'est sur les engorgements de circulation qu'ils entraînent aux abords des gares (de train), lesdites gares n'étant pas du tout prévues dans cette optique...

bref, une aberration environnementale, une aberration économique, une aberration du soit disant "intérêt général", mais un exemple parfait de la vision court-termiste de nos Sociétés (et de nos politiciens de fait...)
a écrit le 18/09/2016 à 9:06 :
Pour les autres commentateurs, je me demande ce que vous appelez un succès. Pour moi, un secteur qui voit son activité augmenter d'un trimestre sur l'autre de 30%, c'est quand même exceptionnel. A cette allure, dans 1 an et demi, le taux de remplissage sera à 100% donc les lignes rentables... Si vous voulez que vos critiques, justifiées, sur l'état général de l'économie portent, il faut éviter la mauvaise foi.
a écrit le 18/09/2016 à 0:05 :
@ BONSOIR ; Ha ces politicards tous plus nul les uns que les autres ! Alors en pleine bagarre avec son ALTESSE NUTELLA sur les voitures à moteur DIESEL ... Voila qu'on nous raconte que les lignes de car organisées par MACRON tombent en ruine... Mais dites moi cher Mme HIDALGO les autocars fonctionnent bien avec un moteur diesel ? alors pas de pollution? en les camions diesel pas de pollution les engins de chantiers et agricoles pas de pollution et le comble la SEINE qui traverse PARIS ....COMBIEN DE BATEAUX TRANSITENT PAR PARIS ces bateaux fonctionnent avec des moteurs diesel, il y a aussi les chauffages collectifs d'immeubles !!!!!! Alors mesdames les obsédées du diesel que répondez vous à cette accusation de favoritisme pour les véhicules diesel mais pas s voitures !!!!! ALORS Mmes la terreur du diesel que répondez vous à cela donc si je comprends bien vous avez la pollution sélective au fait la couche d'ozone se referme plus vite que prévu comment expliquez vous ce mystère ?
Réponse de le 18/09/2016 à 12:30 :
Pour info le trou de la couche d'ozone vient de la pollution au dfc
a écrit le 17/09/2016 à 19:37 :
Les cars ne seront probablement pas toujours rentables.
Ils ont au poins un avantage, c'est de mettre en concurrence la SNCF.
Il ne faut pas confondre ne pas apprécier E.MACRON et une meilleure efficience économique, c'est un peu cela qui se passe, c'est bien français, d'autant que les élections approchent...et que celui-ci pointe son nez.
Ceux qui ne veulent pas des cars sont souvent de gauche ou écologistes, mais surtout que rien ne change.
Il n'est pas impossible qu'avec l'ancien ministre on essaie aussi d'enterrer ce qu'il a fait.
Idéologie quand tu nous tient...
a écrit le 17/09/2016 à 18:41 :
dans deux ans l'idée de GENIE de micron aura fait flop, 1300 salariés à la rue, du socialisse pur jus.
Réponse de le 18/09/2016 à 13:22 :
vous ne comprenez rien
a écrit le 17/09/2016 à 16:24 :
Ces cars qui polluent la nature et les cultures de vivres tout au long des routes, empoisonnent les enfants dans les poussettes sur les parkings et dans les rues,

c'est de la pure macronnerie monument de stupidité.
a écrit le 17/09/2016 à 15:27 :
Les gogos se réveilleraient 'ils...? il était très probable que Macron ...voulait mener des gens en autocars ....en vendant des bateaux....
a écrit le 17/09/2016 à 14:55 :
Et oui, on est pas en pays Asiatique ou les droits aux aides multiples n'existent pas, eux remplissent les bus car pour gagner sa vie la-bas il faut se bouger un peu le ....
a écrit le 17/09/2016 à 12:15 :
C'était prévisible, avec un minimum de bon sens, mais ce n'est pas donné a tout le monde (le bon sens)! ;)
Réponse de le 17/09/2016 à 15:30 :
Surtout sur une voie à sens unique .......;-)
a écrit le 17/09/2016 à 10:33 :
On a donc vidé des trains déjà pas assez remplis pour faire circuler des cars à moitié vides... L’intérêt collectif est nul, sauf pour les passagers qui bénéficient très temporairement de tarifs canons.

Sauf que ça ne va pas durer. Des bus qui ne font pas le plein sont déficitaires. Ce qui va entraîner une augmentation des tarifs et/ou l'abandon des lignes peu rentables et/ou une concentration du marché par quelques opérateurs qui vont s'entendre pour augmenter les prix.

Dans deux ans, les cars Macron ne seront plus qu'un souvenir. Ce qui m'ennuie c'est que pendant ce temps la SNCF et le transport ferroviaire auront été une victime collatérale de la guerre des prix.

La SNCF (et sa tutelle politique) a une grande part de responsabilité. Le tout TGV a été une ânerie, il fallait maintenir les petites lignes de campagne et de banlieue qui irriguaient le pays. Les conseils régionaux ont fini par reprendre le flambeau et ce n'est que grâce à eux que notre pays n'est pas (encore) tombé dans le tout bagnole, mais pour le fret c'est la misère.
Réponse de le 17/09/2016 à 14:19 :
@A suivre... Pas tout à fait d'accord avec ce que vous dites. Exemple: un car n'a pas besoin d'être plein pour être rentable, on n'est pas dans l'aviation... Il y a certes peut-être trop d'acteurs sur ce marché qui en est à ses balbutiements, mais quand les canards boiteux seront parties un équilibre sera trouvé.
a écrit le 17/09/2016 à 10:26 :
Les banques le suivent donc tout les échecs des gars que les banques suivent se transforment grâce à la baguette magique néolibérale en succès.

Et le train toujours et encore sous exploité, que de gâchis...
Réponse de le 17/09/2016 à 18:46 :
"neo liberale" mais c'est d'une bêtise lénifiante ce terme, il ne signifie strictement rien, excepté pour les gauchistes ou certains prof. élevés à la sauce coco. de grâce évitez cette expression, utilisez communiste ou capitaliste, mais libéral ne veut rien dire sauf pour les profs ou communistes, même chose me direz-vous, mais pour un ouvrier, un cadre, un dirigeant cela sonne faux LIBERAL quelle idiotie.
Réponse de le 17/09/2016 à 21:04 :
"excepté pour les gauchistes ou certains prof. élevés à la sauce coco."

Votre objection aurait pu avoir de la valeur sans ce besoin d'exprimer ces ressentiments, c'est bien dommage.

Le libéralisme c'est comme le communisme, on en entend beaucoup parlé mais on ne les voit jamais.

Les gens qui dirigent l'économie font n'importe quoi au nom du libéralisme alors que ce n'est pas du tout cette économie qu'ils appliquent, néolibéralisme n'est donc certes pas parfait mais à l’avantage d'être compréhensible car c'est du libéralisme détourné qui est apliqué.
a écrit le 17/09/2016 à 9:57 :
''''___le montant des innevitables pertes !''''Tiens tiens mais oui au fait ce sont des entreprises privées et normalement une entreprise privée qui perd de l'argent finie par disparaitre !N'y aurait il pas là ,en douce ,la promesse des pouvoirs publics de les effacer !Une macronade de plus mais on s'en serrait douté ,















































































































































car d'une maniere générale quand une activitée est rentable ,les capitaux privés s'y investissent sans attendre donc si cela ne c'est pas fait avant ,c'est que justement ils pensaient que cela ne l'était pas à juste raison ,la preuve est donnée .....
a écrit le 17/09/2016 à 9:55 :
C'était prévisible, avec un minimum de bon sens, mais ce n'est pas donné a tout le monde (le bon sens)! ;)
Réponse de le 18/09/2016 à 7:44 :
19 millions € au 2 eme trimestre .
Admettons un chiffre d'affaire de 80 millions / an.
1350 salaries : salaires + charges = coût 3 millions / mois donc 36 Millions par an.
La partie floue : le coût des frais de fonctionnement regroupant le remboursement de l'achat des autocars , le coût fioul et maintenance ...
" équivalent cout salaires "

Reste 8 Millions de bénéfice ...
En fonction des sommes mis en jeu les cars Macron doivent avoir un rendement très faible entre - de 1% a 2% a vue de nez !!!
a écrit le 16/09/2016 à 21:44 :
Les œuvres de Mister wonderfull....
a écrit le 16/09/2016 à 19:21 :
@ BONSOIR ; OU HU ... HOU HOU .... Me la.. terreur du NUTELLA et Me le Maire de PARIS PAS DE COMMENTAIRE ?????? Les autocars MACRON ont bien des moteurs à GAZ OIL ou DIESEL alors pas de pollution mais mes chères dames vous vous foutez de nous ou quoi ?
a écrit le 16/09/2016 à 19:12 :
curieux article dans un site comme La Tribune.
Si des cars, circulent à moitié plein, cela ne me dérange pas, les opérateurs privés ajusteront l' offre à la demande dans la cadre d'une saine gestion; et on ne me fera pas payer pour ça.
Tout le contraire de la SNCF. ligne vide, déficit énorme, service réduits, et impôts supplémentaires.
a écrit le 16/09/2016 à 18:14 :
Et combien d'emplois perdus à moyen, long terme chez les cheminots ?
Sans parler des coûts en matière de CO2, de la non formation dans les professions d'avenir, etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :