Blablacar, HOP Air France, Eurolines... à l’assaut de la SNCF

 |   |  789  mots
uigo, le TGV à bas prix, est promis à un bel avenir, avec l’ouverture de plusieurs lignes, en 2016 et 2017.
uigo, le TGV à bas prix, est promis à un bel avenir, avec l’ouverture de plusieurs lignes, en 2016 et 2017.
Avec l'essor du covoiturage, la contre-attaque de Hop Air France, demain la concurrence des bus longue distance et du "car-sharing", le marché des déplacements longue distance est en pleine révolution.

En raison d'une conjoncture morose et la concurrence des autres modes de transport, le trafic voyageurs de la SNCF souffre depuis plusieurs années sur le réseau intérieur français. En 2014, il a reculé de 0,4% sur les TGV et de 3,7% sur les trains Intercités (Corail). Si la légère amélioration de l'économie française prévue par l'Insee en 2015 est forcément un signe positif pour la SNCF, le paysage concurrentiel se durcit considérablement. Fini le temps du duel entre la SNCF et Air France.

«Le train et l'aérien ne sont plus seuls», expliquait récemment Guillaume Pepy, le président de la SNCF.

Le marché des déplacements longues distance est en pleine révolution. Le covoiturage explose, les autocaristes sont dans les starting-blocks pour déferler dans l'Hexagone une fois en vigueur la Loi Macron qui libéralise ce secteur, et le transport aérien, n'a jamais été aussi menaçant avec, non seulement le développement des compagnies à bas coûts comme Easyjet, Volotea ou Ryanair -déjà présentes sur le réseau intérieur français-, mais aussi la restructuration d'Air France qui vient de regrouper toute l'activité court courrier dite de point-à-point (par opposition à vols en correspondance) avec celle de sa filiale régionale, Hop, sous la bannière de cette dernière.

HOP Air France veut reprendre des parts de marché au train

Avec une grille tarifaire simplifiée et des prix très agressifs qui débuteront à 49 euros TTC l'aller simple pour des temps de parcours qui restent les plus performants, Hop Air France, entend reprendre des parts de marché au train. Non pas sur les routes que la SNCF effectue en 2 heures, mais sur les autres, sachant qu'à partir de 3 heures, l'avion reprend l'avantage sur le train, en particulier auprès de la clientèle professionnelle. C'est à dire sur les lignes radiales reliant Paris à Nice ou Toulouse, mais aussi sur la majorité des lignes reliant les grandes métropoles régionales.

L'attaque routière est triple

Attaquée sur le haut de sa gamme par l'aérien, la SNCF l'est aussi sur le bas avec le boom des déplacements par la route, qui représente déjà plus de 65 % de parts de marché des déplacements longue distance en France, contre 20 % pour le train et 15 % pour l'avion selon des chiffres fournis par Air France (pour la SNCF, le train pèse moins de 15%).

L'attaque routière est triple. Depuis plusieurs années, le covoiturage est en pleine ascension, avec son leader, Blablacar. Sur des lignes comme Bordeaux-Nantes ou Paris-Rennes le vendredi, la formule fait mouche. Sur Bordeaux-Nantes, le covoiturage a raflé 11% du marché selon la SNCF.

«Le covoiturage nous bouffe des parts de marché», explique Jean Ghedira, le directeur d'Intercités, cette activité de la SNCF qui perdu 2,7 millions de voyageurs de passagers en trois ans sous l'effet de la concurrence et de la crise.

Ce n'est pas fini. Bénéficiant d'une très forte notoriété, Blablacar dispose d'un réservoir de clients potentiels très élevé.

Libéralisation des autocars

Une autre concurrence routière pointe. La libéralisation du marché des autocars risque de faire lui aussi des dégâts aux trains. Une centaine de lignes devraient ouvrir dès l'entrée en vigueur de la loi Macron, en juillet ou au 1er janvier 2016. En interne, la SNCF table sur une perte annuelle de chiffre d'affaires de l'ordre de 200 millions d'euros. L'arrivée des autocars "va venir perturber l'équilibre en place, et ça viendra prendre du chiffre d'affaires à tous les acteurs en place aujourd'hui", explique Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF, qui estime le marché de l'autocar français entre 500 millions et un milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel.

Le "car-sharing" pourrait exploser demain

Enfin, une autre concurrence routière, balbutiante aujourd'hui, pourrait exploser demain. C'est le car-sharing, la location de voitures entre particuliers. Un marché à la fois concurrent et complémentaire du train sur lequel Drivy accélère avec le rachat de son concurrent Buzzcar.

Avec tous ces acteurs, la gamme des déplacements en France sera donc très large en termes de rapport qualité-prix-vitesse. Outre le «porte à porte», la réponse de la SNCF est d'offrir des solutions sur l'ensemble de cette gamme. La SNCF est présente dans le covoiturage avec IDvroom, dans les bus avec IDbus et dispose de plusieurs offres dans le train: le TGV classique, les IDTGV, Ouigo, Intercités, dont certains sont 100% Eco comme entre Paris et Toulouse. Dans une interview accordée le 17 avril, Guillaume Pepy déclarait que la SNCF allait "investir massivement dans les TGV à bas prix".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2015 à 6:49 :
L'usager en a peut aussi ras la casquette d'être pris systématiquement en otage dés qu'il y a de l'eau dans le gaz entre les cheminots et leur direction. Ils essaient donc des alternatives.
Ce 1er mai j'entendais parler du manque d'intérêt des français pour les syndicats, tu m'étonnes !
a écrit le 02/05/2015 à 6:49 :
L'usager en a peut aussi ras la casquette d'être pris systématiquement en otage dés qu'il y a de l'eau dans le gaz entre les cheminots et leur direction. Ils essaient donc des alternatives.
Ce 1er mai j'entendais parler du manque d'intérêt des français pour les syndicats, tu m'étonnes !
a écrit le 01/05/2015 à 12:35 :
La Lorraine avec une gare TGV ainsi qu'un aéroport, ouverts respectivement en 2007 et 1991, est pourtant la porte d'entrée de l'Europe Nord-Est mais est TRES TRES mal desservie quant aux liaisons directes vers le reste de la France (pas même Avinon gare TGV, Marseille ou Nice); c'est simple, les DEUX SEULES destinations LGV sont Paris (bien évidement) et Bordeaux., quant à l'aéroport qui se dit régional............ais-je réellement besoin d'en rajouter au fait que lesdits gare et aéroport font toujours débat quant à leurs positions géographiques (mais bon, ça c'est moins grave).
a écrit le 01/05/2015 à 8:03 :
La SNCF se plaint de perdre des parts de marchés, mais que font leurs dirigeants pour développer l'accès au train à tous les cas de figure. Par exemple les vélos. Vous voulez partir avec un vélo, eh bien, vous vous retrouverez avec tellement d'obstacles à votre voyage que vous finirez par opter pour la voiture. Je m'explique. Vélos interdits aux heures de pointe. Si vous avez à prendre une correspondance, le premier train prend les vélos, le second non. Bref ceci est un exemple que je connais bien, mais je suis sûre que d'autres catégories de personnes renoncent au train par manque d'accessibilité.
Réponse de le 02/05/2015 à 8:46 :
Totalement d'accord avec vous. Pour être moi aussi cycliste, c'est un vrai chemin de croix de vouloir combiner mon vélo et le train .... Mais bien évidemment c'est pratique pour la SNCF d'accuser la concurrence, ça lui évite de se remettre en question et de revoir intégralement son intermodalité.
a écrit le 30/04/2015 à 23:14 :
C est vrai que l avion HOP est devenu moins cher quevle TGV
Réponse de le 01/05/2015 à 0:29 :
Sur la Ligne Paris-Bretagne : il roule à 260-280km/h, de Paris Montparnasse au Mans, et ensuite ce vieux TGV se traine à 150km/h pour le reste du trajet sur les vieux rails, et plus cher que Hop-Air France Paris-Lorient et Paris-Quimper. Couteux, Lugubre et interminable trajet, et pas de service,
a écrit le 30/04/2015 à 18:59 :
La S.N.C.F fini pour moi. Ma ligne Paris Lorient ( Air France-Hop ) Aller retour 45 minutes au lieu de 3H45, moins cher, et si agréable : gentillesse, attention, sourire bienveillant, disponibilité à toute demande, aucune nuisance, collation gratuite.
En train c'est tellement long, sinistre, déprimant, austère comme une porte de prison. Tout le monde achète en face de la Tour Montparnasse pour ce trajet si long, tout au meilleur prix pour se rassasier et se désaltérer.
Réponse de le 30/04/2015 à 21:12 :
Alimentation et Boissons achetées en face de la gare Montparnasse : oui tout y est très savoureux. Beau choix, belle qualité, service toujours gentil, et à prix correct (mais çà renchérit un peu plus votre trajet). Il vaut mieux, c'est vrai, s'en prémunir et qu'elle fasse un grand bien pour compenser ce sinistre train, et se faufiler en zig-zag épuisant !! parmi la foule et bousculade, y compris en semaine ( en effet, la sncf a beaucoup de succès, sachez-le) ,800 m, ainsi !! avec sa valise, pour aller jusqu'au ! wagon, et ouf ! assis dans l'inconfort, mais assis : et déjà 50CL d'eau fraiche englouti de suite. Et cet interminable et sinistre trajet, va commencer. Ils sont insupportables ces trains: et techniquement et humainement. Soyons tout de meme Solidaires ! et gentils, et généreux avec ces Spéciaux : continuons à saigner actifs et retraités du régime général, qui serait excédentaire si nous ne devions pas les subventionner pour 8 milliards d'Eur par an. retraite calculée sur la dernière paie ! (les 25 moins mauvaises années pour nous)réformette-sarko 2007 : 41 ans de cotis à partir de 2016. Soyons gentils : n'oublions pas un pourboire de 10 ou 20 eur à la descente. Ils ont la gratuité de leur réseau, mais aidons les à en avoir un Peu plus pour les vacances tout de meme.
a écrit le 30/04/2015 à 16:55 :
Guillaume Pépy a été vanté la libéralisation des lignes de cars devant la profession pour ensuite se rendre compte qu'il se tirait une balle dans le pieds. Il est clair que le train avec un réseau qui hors TGV est en bouillie, des vitesses inférieures sur la plupart des lignes à celles des années 70, part avec un sacré boulet. Le car bénéficiera d'un réseau routier performant.
De plus la SNCF n'a aucun modèle économique pour les trains Intercités, elle a abandonné un marché énorme, fascinée qu'elle était par le TGV. Tout ce qui n'était pas son joujou était has been. Résultat, c'est le car qui revient en force. Pas tellement nouveau.
Il faut sortir la SNCF des marchés sur lesquelles elle foire tout : Intercités, TER, fret. Faisons venir des compagnies qui ont envie de se battre, gagner des clients, inventer de nouveaux modèles.
Réponse de le 01/05/2015 à 0:46 :
c'est vrai çà. Les antiques corail et antiques motrice diesel de couleur bleu, et meme l'élégante et magnifique Pacific 231, en service jusqu'en 1970, étaient aussi " rapides "
Réponse de le 01/05/2015 à 11:19 :
@gregoire: et un de plus qui ne connaît pas le groupe SNCF. Si Guillaume Pepy a fait cette annonce c'est parce qu'à l'instar du fret qui a été volontairement abandonné pour développer la route et notamment Calberson géodis qui appartient tiens donc... A la SNCF, les cars des filiales du groupe se tiennent près à investir le segment. Contrairement à ce qu' imaginent les français la SNCF ce n'est pas que le rail mais aussi de nombreuses filiales dans le transport par bus, routier, ingénierie, immobilier même... Tapez donc filiales SNCF sur votre moteur de recherche préféré et vous serez étonné de constater que vous utilisez régulièrement des entreprises ou services de la SNCF dont certains sont mêmes des leaders européens ou mondiaux. Vous serez surpris de voir également que ces sociétés remportent des appels d'offres dans des villes ou pays où la concurrence est particulièrement rude (keolys à Boston ou au RU). Renseignez-vous un petit peu avant de balancer des idées caricaturales de comptoir...
a écrit le 30/04/2015 à 12:46 :
Ils ont trop longtemps profité de l'absence de concurrence pour pratiquer des tarifs démentiels. Juste retour des choses.
a écrit le 30/04/2015 à 11:30 :
Comme la SNCF est incapable d'être compétitive, enfin une bouffée d'air pour les usagers.
Les investissements manquent dans le rail car cette société est gérée par des fainéants égoïstes.

En 1 an, mon billet de TER est passé de 16.10 à 25.75 (alors qu'en trajet blablacar je suis à 12 euros en moyenne pour seulement 20 min de temps supplémentaires). Augmentation justifiée par quoi ? La qualité des rames se dégradent, une ponctualité qui laisse fortement à désirer. Surement pour aller payer l'oisiveté des cheminots : grèves intempestives, retraite (généreuse en plus regardez par rapport à la moyenne nationale) 10 ans avant le travailleur normal, couverture sociale bien plus généreuse que mon p--- de RSI, leurs propres médecins, gratuité (ou 1.5 euros pour les frais administratifs) du transport pour eux et leur famille, temps de travail dérisoire, primes en tout genre...

Identique à la SNCM. Je souhaite le même sort à la SNCF au nom de tous les usagers.

Vive la concurrence pour faire tomber ces monopoles inopérants, qui se font sur le dos de l'usager et du contribuable !

Sur Neuf Cinq Faiénants ! Et si les cheminots sont si mal au sein de leur entreprise, rien ne les empeche d'aller voir ailleurs....
Réponse de le 30/04/2015 à 21:35 :
Ho oui, que la C.G.T ET S.U.D Rail Communistes toutes deux, achèvent cette sncf, comme la cgt a tué sa sncm : il y a de l'espoir : trois lettres sur quatre identiques. Depuis près de 50 ans, ils en ont tué des centaines de milliers d'entreprises, et des millions d'emplois. Espérons qu'ils l'achèvent aussi leur SNCF
Réponse de le 01/05/2015 à 8:10 :
C'est vrai qu'il y a un réel problème de management. C'est le problème que rencontrent beaucoup de grands groupes.
Réponse de le 01/05/2015 à 16:04 :
Je vous invite à faire une semaine de 6 jours de fet avec moi ,et après on pourra parler de temps de travail et de fainéantise .
Il est vrai que le transport routier n'est pas subventionné par nos impôts et il n'y a jamais d'accident,de bouchons ..
La sncf est une référence mondiale en matière de ferroviaire.
Les retraites prenez mon cas je suis conducteur et ça sera 64 ans mais vu nos visites médicales hyper poussée j'espère y arriver .les collègues au statut se rapproche des 60 aussi .
La concurrence existe déjà et bizarrement nous reprenons beaucoup de marché à nos concurrents qui se félicitent de notre qualité de service .
J'ai fait du voyageur aussi et plus de 80% de mes retards étaient dues à une cause externe .
a écrit le 30/04/2015 à 10:26 :
Et pendant ce temps on nous explique en long et en large que la route tue, que c'est un fléau sans nom qu'il faut prendre des mesures contre l'insécurité routière ... etc ...etc.
Mais bon en Europe la "libre concurrence" est quand même plus importante que quelques vies humaines, non ?
Réponse de le 30/04/2015 à 13:50 :
Le bus et le covoiturage diminuent le nombre de véhicules particuliers sur nos routes. De quoi vous plaignez vous ?
Réponse de le 30/04/2015 à 16:31 :
Je ne parlais évidemment pas du covoiturage qui est une très bonne chose, mais des transports en car longue distance.
a écrit le 30/04/2015 à 9:28 :
Un des signes les plus visibles de qu'un pays tourne en rond autour du pot c'est la répétition des mêmes sujets dans un journal économique : Hop Air France, French Tech, SNCF, PSA, Dassault..... et pour dire toujours les mêmes choses, quelque part invraisemblables, mais bon.... c'est un peu désolant, tout de même.
a écrit le 30/04/2015 à 9:18 :
Cela fera du bien à l'économie. La concurrence est souvent salutaire.
Surtout quand il s'agit d'attaquer la SNCF qui nous prend pour des vaches à lait, retard à répétitions, prix exorbitants, sympathie du personnel aléatoire...

Il y a des choses qui changent et des choses qui ne changent jamais, ces changements pourront sans aucun doute se révéler positifs.

Sans compter que l'on arrive dans pas très longtemps à la libéralisation de la concurrence des trains...

Que la vie vous berce.
Réponse de le 30/04/2015 à 10:29 :
J'aime beaucoup la dichotomie entre votre appel aux transports sur route beaucoup plus meurtrier que le transport ferroviaire et votre signature :
"Que la vie vous berce"
Cordialement :)
Réponse de le 01/05/2015 à 1:13 :
Vivement la concurrence totale, et que la sncf meure Enfin !. Elle nous coute trop chère avec ses grèves et sa retraite. Ils sont peut-etre "un peu" moins méchants. Car En 82 leur technique de grève c'était trois heures pour 30 km : ils arretaient sans cesse le train .
a écrit le 30/04/2015 à 8:32 :
C'est quand même dingue qu'en France nous ayons interdit pendant presque un siècle le transport par autobus! Aussi démentiel que si nous avions interdit le trajets en voiture ou en avion sur les lignes déjà désservies par la SNCF!
Réponse de le 30/04/2015 à 10:51 :
sinon en juillet comme d hab...la sncf va encore augmenter ses prix après celle de janvier...3-4% par an depuis 10 ans que je prends le TER...augmentation de 35%..mon salaire...lui il a augmente royalement de 5% en 10 ans....voilà la réalité...
Réponse de le 30/04/2015 à 11:28 :
Changez de boîte et... faites jouer la concurrence vous aussi !!
Réponse de le 01/05/2015 à 1:22 :
Hà , alors là ! parole de gaucho de fonctionnaire ou Spé. Il va contester bien sùr. Qui peut changer aussi facilement d'entreprise ? Nous aimons et respectons notre entreprise, et contrairement aux Gauchos-Fonctio-Spéciaux, nous devons survivre face à la concurrence. Vous etes planqués et subventionnés pour tous vos couts, et nous ne réussissons pas tous hélas ! à entrer chez les fonctio et spéciaux.
Réponse de le 01/05/2015 à 19:09 :
c'est insupportable d'attaquer les conducteurs de train mais qu'est ce que c'est que ce genre de s'attaquer les uns les autres!!!le problème c'est que la direction de la SNCF dirigée par des hommes néolibéraux a oublié qu'elle avait des usagers à petits pouvoirs d'achat avec le TGV elle a pensé ses prix pour les cadres et PDG c'est tout à fait dans l'air du temps...parait il qu'il n'y a plus de classe sociale ah ah ah!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :