Comment reconstruire la connectivité aérienne dévastée par le Covid-19 ?

 |  | 1606 mots
Lecture 8 min.
La connectivité aérienne des aéroports s'est effondrée avec la pandémie et son cortège de fermeture de lignes. La rétablir est un enjeu majeur pour les territoires et les relations intra-européennes comme l'ont expliqué Thomas Juin, président de l'UAF (Union des aéroports français), Nathalie Stubler, PDG de Transavia, Carlos Munioz, PDG fondateur de Volotea et Olivier Jankovec, directeur général de l'ACI (Airports Council International) Europe, les quatre intervenants de la table ronde du Paris Air Forum consacré à ce sujet brûlant. Avec Thomas Juin, Président de l'UAF, Olivier Jankovec, Directeur général de l'ACI Europe, Carlos Munoz, Fondateur et président-directeur général de Volotea et Nathalie Stubler, PDG de Transavia (Animé par Fabrice Gliszczynski, rédacteur en chef aéronautique civile / transports à La Tribune).

Avec une multitude de liaisons aériennes supprimées depuis mars, des fréquences de vol réduites sur les lignes conservées et une offre de sièges ramenée à la portion congrue (10 à 20 %), la connectivité aérienne qui permet de relier villes et territoires en France et en Europe a subi un sérieux revers. La question de la reconstruction des réseaux des compagnies et celle de la santé des aéroports se pose alors que l'arrivée prévue d'un vaccin redonne de l'espoir au secteur aérien. La barre des 1,5 milliard de passagers perdus en Europe a été franchie, « un effondrement sans précédent » selon Olivier Jankovec, directeur général de l'ACI (Airports Council International) Europe. L'index de connectivité directe entre aéroports a plongé de 59 % en septembre et sera sans doute de 80 % pour octobre/novembre en raison des confinements. Sur l'intercontinental, les chiffres sont encore pires, entre - 75 et - 91 %.

« Le directeur de l'aéroport de Cork (Irlande) m'a dit que sur 54 liaisons opérées avant la crise il ne lui en restait plus que 2 » évoque Olivier Jankovec.

L'arrivée programmée d'un vaccin début 2021 peut-elle sonner la reprise ? Pour Thomas Juin, président de l'UAF (Union des aéroports français), le redémarrage n'aura pas lieu avant le printemps 2021. Côté compagnies, la PDG de Transavia Nathalie Stubler étudie plusieurs scénarios :

« au printemps 2020, nous avions zéro activité. Or, nous avons réussi à revenir à 40 % en juillet et 50 % en août en nous adaptant aux différentes phases de la pandémie. Nous allons nous préparer à chaque scénario ».

Pour elle, les trafics domestique et intra européen reprendront dès l'arrêt du confinement, grâce au motif de voyage dit VFR (visit friends and relatives, rendre visite à sa famille et ses amis). En Espagne, le PDG de Volotea Carlos Munoz partage cette analyse :

« il faut s'adapter très vite. Je gère des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2020 à 9:28 :
Pour faire un Paris Genève en provenance des DOM au mois d'octobre le vol devait arriver à CDG, puis a été déplacé sur Orly au soir, donc rejoindre CDG sans les cars Air France puisque la compagnie a fait faillite, donc prenez un taxi ( 90 euros), puis le vol au départ de CDG a été annulé, on vous cherche une solution de remplacement, depuis Orly Paris Biarritz, Biarritz Genève, puis vol annulé ..... puis plus rien ..... sauf la SNCF à mes frais.
de plus un parcours du combattant pour avoir un remboursement, certains en attente depuis mars...
Effectivement connectivité dévastée !
Réponse de le 25/11/2020 à 16:49 :
Attends bouana !
C'est rien à coté de ce qui t'attends qu'en il fera 45 - 50 en été et 25 - 30 ° C en hiver, qu'on se battera pour pouvoir manger... etc...
a écrit le 25/11/2020 à 8:46 :
Vous, vous voulez donc de nouveau faire voler les avions vides hein ?

Ah l'UERSS, bonne dernière dans tous les domaines vertueux qui aime tellement ces gros navions hein... Elle va nous faire un gros caprice sinon !

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :