Coup dur pour Air France, Easyjet ouvre 30 nouvelles lignes en France

 |   |  394  mots
La compagnie britannique revendique plus de 14% de parts de marché en France (hors l'aéroport binational de Bâle-Mulhouse)
La compagnie britannique revendique plus de 14% de parts de marché en France (hors l'aéroport binational de Bâle-Mulhouse) (Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
La compagnie à bas coûts va ouvrir 30 nouvelles lignes au départ de neuf aéroports français. Ce qui correspond à une augmentation de 9% de son offre en sièges.

Le groupe Air France s'en serait bien passé. Alors qu'il tente de ramener dans le vert son réseau court et moyen-courrier, il devra compter l'an prochain sur une concurrence plus dure que prévu d'Easyjet en France. La compagnie britannique à bas coûts a en effet annoncé ce mercredi l'ouverture, l'été prochain, de 30 nouvelles lignes au départ de 9 aéroports français. Cette nouvelle offensive d'envergure se traduit par une croissance du nombre de sièges de 9% par rapport à l'été 2015. Easyjet exploitera l'été prochain plus de 200 routes au départ de France.

"Programme exceptionnel"

«En 2015 nous avons transporté 15,6 millions de passagers depuis et vers la France, soit 6% de plus qu'en 2014. Pour soutenir notre croissance et répondre à une demande grandissante, nous annonçons pour l'été 2016 un programme exceptionnel avec près de 30 nouvelles lignes pour la France. Nous avons pu répartir de manière équilibrée sur tout le territoire notre nouvelle offre avec un part belle faite aux régions depuis ou en dehors de nos bases », a indiqué François Bachetta, le directeur France et Benelux d'Easyjet dans un communiqué.

Début novembre, ce dernier avait indiqué que la compagnie continuerait son développement en France, où il est le deuxième opérateur après Air France.

La part belle en région

Mélange de lignes régulières et saisonnières, ce coup d'accélérateur touche notamment les bases d'exploitation de Paris Roissy (4 nouvelles lignes, Faro, Manchester, Pula et Olbia), de Lyon (où deux nouveaux avions permettront d'ouvrir 7 nouvelles lignes), de Toulouse (six nouvelles routes, Berlin, Dubrovnik, Faro, Milan, Mahon et Olbia), et de Nice (Cagliari, Mykonos et Palma). Mais aussi des aéroports qui ne sont pas des bases de la compagnie britannique.Ainsi, Easyjet exploitera quatre nouvelles routes à Bordeaux, trois autres à Marseille (Amsterdam, Bordeaux et Glasgow), deux autres à Nantes (Bristol, Lisbonne), et une de plus à Lille (Milan Malpensa) et Bâle-Mulhouse (Figari).

Et Transavia ?

Avec ce programme, Easyjet table sur une hausse de trafic de 9% l'été prochain, en ligne avec la croissance de son offre.
Avec un tel développement en région, auquel il faut ajouter celui de Volotea et la présence de Vueling et de Ryanair, la question du positionnement en région de Transavia, la filiale low-cost d'Air France, se pose chaque jour davantage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2015 à 21:53 :
Easyjet sonne le réveil... chez Air France!!!
a écrit le 26/11/2015 à 9:10 :
EasyJet a une longueur d'avance , depuis le début Transavia n'est positionné qu'en contrefeu, notamment pour "occuper" les créneaux d'Orly très convoités.
Transavia n'a jamais dégagé un centime de bénéfice et son développement se fait sur le dos d'AF et de ses employés, à grand coup de sabre.
Transavia ne gagnera pas un centime à l'avenir non plus car sà gestion est assurée par la même équipe autiste qu'à AF. Les chiffres pourront être maquillés pour présenter un bénéfice virtuel dans 2 ou 3 ans comme on sait très bien le faire à Bercy, mais son coût est plus élevé que ses concurrents qui sont de vrais LowCost.
Hop n'est même pas encore bénéficiaire, et va se faire tailler en pieces, le patchwork confectionné trop tard ne protégera pas AF du maillage bien orchestré par la concurrence.
Quel dommage de laisser cette belle industrie française mourir sous nos yeux alors que le Sénat, pourtant plutôt lent, a sonné l'alerte il y a 2 ans déjà...
a écrit le 26/11/2015 à 2:30 :
AF préfère fermer des lignes !!! Voilà la croissance par Air France !!! Quand on aura encore ces patrons du dimanche à la tête de notre boîte on ne fera que s'enterrer !! De juniac doit démissionner !! Laisser sa place à un vrai patron, un patron qui a travaillé avant !! Un patron qui sait de quoi on parle !! Lui est un tueur d'entreprise !! Stratégie zéro, expansion nulle, qualité de service qui met trop de temps à progresser. Il doit partir ! Ouvrons des lignes comme le font tout le reste du monde, on est une des seules à en fermer !! Ça suffit !
Réponse de le 27/11/2015 à 12:07 :
Donc selon vous il suffit d'ouvrir des lignes pour que les clients viennent... et qu'elles soient rentables bien entendu. Intéressant, vous devriez vous présenter pour diriger la boite, C'est vrai qu'ils n'y ont surement jamais pensé.
La vérité c'est qu'Air France n'est pas compétitive. Trop d'employés , pas assez productifs, et avec des coûts de structure bien trop important. Certains relèvent de l'histoire d'Air France , d'autres du manque global de compétitivité Française. Ce n'est pas pour rien si il n'y a pas de Low Cost Française, les coûts exorbitants du travail en France ne le permettent tout simplement pas.
Facile de tout faire porter a la direction d'Air France quand ce sont surtout les salariés qui n'ont pas voulu faire les efforts nécessaires. Je parle bien entendu des pilotes.
Laissez la direction faire ce qu'elle veut (a savoir supprimer 1/3 des effectifs, revoir toute l'organisation), et vous allez voir la différence. Ah oui, ça va jaser dans les chaumières. Mais c'est la seule manière pour avoir une compagnie pérenne et repartir sur une base de croissance. Non il ne suffit pas d'ouvrir des lignes. Oui ils sont dans une situation inextricable sans efforts conséquents du personnel. On ne se décrète pas compétitif.
La direction a elle aussi sa part de responsabilité (couverture carburant désastreuse, montée en gamme tardive et pas toujours cohérente) mais tout lui mettre sur le dos est totalement infondé et démontre une incompréhension totale de ce qui se passe dans les cieux
a écrit le 25/11/2015 à 20:52 :
Il est clair que Transavia se concentre presqu'exclusivement sur Orly, pour ne se développer en régions que de manière anecdotique ... au ralenti.
Les blocages du SNPL n'y sont probablement pas pour rien !
Mais le résultat est là : les lignes déjà ouvertes par la concurrence sont beaucoup plus difficile à ouvrir lorsqu'un concurrent est en place !
Depuis de nombreux articles, je fais des commentaires sur le sujet !
a écrit le 25/11/2015 à 19:13 :
A quelques heures de la COP21 à paris ,c'est un bon signal ! Il faut continuer !
a écrit le 25/11/2015 à 19:11 :
Quand votre adversaire est en position de faiblesse il faut en profiter. Si le personnel d'Air France croit encore au père Noel ( l'état tout puisant , donc l'argent du contribuable) et aux gentils petits concurrents.......Easyjet, lui, l'a bien compris.
a écrit le 25/11/2015 à 17:45 :
Pas étonnant, certains personnels d'Air France y ont bien participé, quand ils seront sur le carreau ils vont s'étonner!
a écrit le 25/11/2015 à 16:54 :
Merci syndicalisme
Merci socialisme

La mort annoncée d'air France est confirmée.

Bon courage les dirigeants et les salariés qui avez votre avenir bloque par des pilotes nantis et sur protégés.

Comme Le France
C'est au tour d'air France
Pauvre France
a écrit le 25/11/2015 à 16:20 :
Cela fait plus de vingt ans que l'on constate que les prix des billets Air France sont deux fois plus chers que d'autres compagnies pour les mêmes parcours . Comment la compagnie Nationale a pu tenir ? je me le demande .
a écrit le 25/11/2015 à 15:45 :
Si les syndicats d'Air France n'avaient pas fait grève en 2014, il y aurait aujourd'hui des bases Transavia en Europe qui permettraient à Air France de gagner de nouveaux marchés. Si les clauses de développement de Transavia n'étaient pas aussi contraignantes , certaines de ces lignes ouvertes par Easyjet seraient assurées par Transavia, mais non : il ne faut pas concurrencer Air France ! Sauf que la concurrence n'est pas interne mais bien externe et que, les couts d'exploitation d'Air France sont trop elevés pour faire face. Ceci dit bonne nouvelle pour les passagers de région, qui peuvent voyager à des tarifs raisonnables sur une compagnie de qualité, sans passer par Paris. C'est également une bonne nouvelle pour l'emploi , n'oublions pas qu'aujourd'hui EasyJet, Volotea, et Vueling embauchent en France.
a écrit le 25/11/2015 à 15:38 :
Quel dommage pour les pilotes d'Air-France, ils ne vont même pas pouvoir postuler parce qu'il faut voler !!!
a écrit le 25/11/2015 à 15:09 :
Test
a écrit le 25/11/2015 à 14:51 :
Eh bien mauvaise année pour Air France
a écrit le 25/11/2015 à 14:37 :
Et qu'en disent les syndicats à Air France? Un avis des pilotes?
Que proposent-ils?
Réponse de le 27/11/2015 à 22:31 :
Heu... grève générale chez Easyjet ???
a écrit le 25/11/2015 à 14:30 :
A force de grèves plus ou moins "justifiées" - Air France va encore perdre des parts de marchés.
Il est vrai que les tarifs proposés par Easyjet ne sont pas comparables dinc imbattables.
On peut aisément pour des trajets courts se passer de grand confort
si l on gagne des euros
a écrit le 25/11/2015 à 14:26 :
On peut dire que Air - France a raté l'occasion , cela semble être trop tard ...
a écrit le 25/11/2015 à 14:26 :
On s'y attendait. Le problème va donc être réglé plus rapidement que prévu pour Air France: la faillite ou la délocalisation. Easy Jet a vite compris l'opportunité qui s'ouvrait en France face à une compagnie nationale d'un autre temps, paralysée et prise en otage par des syndicats intransigeants. Au final, tout le monde va se retrouver à postuler chez Easy Jet: les règles ne seront plus les mêmes. On arrête pas le changement.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :