Crash A320 : une catastrophe à 300 millions de dollars

Cette estimation d'Allianz inclut la perte de l'A320 de la compagnie aérienne allemande Germanwings, évaluée à environ 6,5 millions de dollars, les opérations de secours et de recherches, les frais juridiques et l'indemnisation des proches des victimes.
Parmi les assureurs figureraient notamment l'américain AIG et le suisse Swiss Re.
Parmi les assureurs figureraient notamment l'américain AIG et le suisse Swiss Re. (Crédits : GONZALO FUENTES)

Elles seront plus de 30 à partager le fardeau financier de la catastrophe. L'allemand Allianz estime que les compagnies d'assurance vont devoir débourser 300 millions de dollars (277 millions d'euros) après la catastrophe de l'Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, qui s'est écrasé dans les Alpes françaises avec 150 personnes à bord, a appris lundi 30 mars l'agence Reuters, citant des sources internes au secteur de l'assurance.

Allianz s'est dit à la tête du pool d'assureurs. Parmi les autres assureurs figureraient notamment l'américain AIG et le suisse Swiss Re. Cette estimation inclut la perte de l'avion, évaluée à environ 6,5 millions de dollars, les opérations de secours et de recherches, les frais juridiques et l'indemnisation des proches des victimes.

20% des primes du marché mondial de l'assurance aéronautique

Ce chiffre, qui représente environ 20% des primes du marché mondial de l'assurance aéronautique, fournit une première indication aux compagnies, en charge de la partie financière de la catastrophe, manifestement provoquée à dessein par le copilote. Comme l'a expliqué le parquet de Düsseldorf, ville où vivait Andreas Lubitz et où se dirigeait le vol Germanwings :

"Plusieurs années avant d'obtenir sa licence de vol, le copilote avait suivi une longue psychothérapie, avec des tendances suicidaires visibles."

Depuis les révélations du procureur du Marseille la semaine passée concernant le suicide d'Andreas Lubitz, Lufthansa, maison-mère de Germanwings, se défend d'avoir été au courant du passé du copilote. Une porte-parole de la compagnie aérienne a déclaré que les documents médicaux étaient protégés par le secret médical et qu'elle n'avait donc jamais eu connaissance de leur contenu.

>> Aller plus loin Crash A320 : Germanwings pourrait payer de fortes indemnités

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 09/05/2015 à 23:23
Signaler
Si je comprends bien, l'équivalent de 4 crash de ce type par an dans le monde et les assureurs perdent de l'argent? Hum... 20% des primes annuelles de la profession...

à écrit le 31/03/2015 à 15:16
Signaler
Si je comprends bien ce sont les médecins avec la protection de ce qu'ils savent concernant leur patient, qui n'ont rien dit et qui sont donc responsable de l'acte du co-pilote ! Donc c'est à leurs assurances de payer !

le 01/04/2015 à 2:27
Signaler
Déjà que les médecins sont sous pression pour ne pas donner un congé maladie ; un médecin m'a dit, il y a déjà des années : "Je ne peux pas vous donner plus que quelques jours. Je dois considérer la confiance des employeurs. Revenez à nouveau, si vou...

à écrit le 31/03/2015 à 14:24
Signaler
A part quelques centaines d'heures d’hélicoptère à 1 euro par seconde, c'est peu de chose, et totalement hors de proportion avec le reste. Du coup, la question apparaît comme tristement mesquine...

à écrit le 31/03/2015 à 13:26
Signaler
"une société selon lui où il ne faisait pas bon travailler et qui va payer 300 millions de dollars (...) " Ce n'est pas Germanwings ou Lufthansa qui vont payer. Mais les assureurs (et bien sûr les assureurs des assureurs à savoir les réassureurs). ...

à écrit le 31/03/2015 à 11:59
Signaler
Crash A320 La France sera t-elle indemnisée du coût des secours et les recherches qui se poursuivent?

le 31/03/2015 à 13:31
Signaler
Oui, normalement, ça devrait faire partie des coûts pris en charge par les assurances. L'Etat va se retourner contre Germanwings pour ces coûts. Et Germanwings va faire intervenir ses assureurs. Je me répète : heureusement que les assureurs par...

à écrit le 31/03/2015 à 10:40
Signaler
Ainsi comme les Français ont ce besoin congénital de polémiquer sur tout sujet et sur toute personne, les Américains ont le besoin congénital pour le culte du héros. Aux États-Unis le concept même du héros diffère de celui des autres pays. Là-bas un...

à écrit le 31/03/2015 à 8:49
Signaler
L'enquête est allée extraordinairement vite, trop vite, beaucoup trop vite.. En tout cas, je trouve que le co-pilote fait un peu trop facilement figure de : "bouc émissaire". Il y a un grand nombre d'accidents, surtout d'accidents mineurs ou d'inci...

le 31/03/2015 à 10:44
Signaler
Tout à fait. En trouvant un bouc émissaire dans la personne du co-pilote, Lufthansa cherche à s'échapper (un peu à la française) de ses responsabilités en ce qui regarde le système d'évaluation de la santé mentale de ses pilotes.

le 01/04/2015 à 2:40
Signaler
La Lufthansa ne recherche-t-elle pas, comme trop de "responsables", plus encore à échapper à ses responsabilités d'esclavagiste ...sorry...d'employeur (et de responsable)! Et; les dirigeants de leurs responsabilités ; sans oublier les responsabilité...

à écrit le 31/03/2015 à 8:37
Signaler
Une question me turlupine au sujet de ce suicide. Pourquoi il n'est jamais évoqué le fait que ce pilote de ligne en voulait sans doute à mort à son employeur pour qu'il décide non seulement de se suicider mais également de suicider 150 personnes avec...

le 31/03/2015 à 8:54
Signaler
Je me faisais exactement la meme reflexion, on ne parle que de sa vie privée mais je pense qu'il voulait aussi faire payer Germanwings. Mais visiblement ça n'interesse pas les medias de creuser.

le 31/03/2015 à 9:05
Signaler
Il y a bien d'autres gens très stressés par le travail qui ne font pas pour autant des monstruosités pareilles.

le 31/03/2015 à 9:18
Signaler
Faire payer son employeur, pourquoi pas? Sacrifier 149 autres personnes, c'est du délire, si tant est qu'il s'agit bien d'un suicide.

le 01/04/2015 à 2:44
Signaler
Des monstruosités, idem pour le délire, il y en a tout le temps dans ce monde ; tant que ce système existera! Sauf, que l'on ne veut pas voir "derrière les choses", ou plutôt qu'on ne veut pas rechercher les VRAIES causes!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.