French Blue, la première low-cost long-courrier française va-t-elle inspirer Air France  ?

 |   |  644  mots
La France offre un billet d'avion moyen de 11,23€ pour 100 kilomètres parcourus.
La France offre un billet d'avion moyen de 11,23€ pour 100 kilomètres parcourus. (Crédits : Statista*)
La première compagnie low-cost long-courrier française a fait ses grands débuts ce week-end en assurant son premier vol en propre entre Paris-Orly et Punta Cana en République dominicaine. Un concept étudié par Air France-KLM qui annoncera en novembre s'il se lance aujourd'hui dans ce type d'activité.

Alors qu'Air France-KLM décidera en novembre s'il se lance ou pas dans le low-cost long-courrier, French Blue, le premier transporteur français à bas coûts sur les vols de longue distance a pris son envol ce week-end. La deuxième compagnie aérienne du groupe Dubreuil aux côtés d'Air Caraïbes a effectué ce samedi son premier vol commercial en propre (cet été elle avait réalisé des vols pour le compte d'Air Caraïbes) entre Orly et Punta Cana en République dominicaine. Cette liaison, aujourd'hui assurée à raison de deux vols par semaine, passera d'ici à la fin de l'année à 4 vols hebdomadaires. Elle complètera l'offre du groupe Dubreuil en République dominicaine. Les 4 vols par semaine de French Blue s'ajouteront en effet aux trois vols hebdomadaires d'Air Caraïbes entre Orly et Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine, située à deux heures d'autoroute de Punta Cana.

La puissance commerciale d'Air Caraïbes

Les synergies entre les deux compagnies du groupe Dubreuil jouent à plein. Les vols de French Blue sont remplis en grande partie par Air Caraïbes qui, en apposant son code sur les vols de French Blue, peut les commercialiser. Aujourd'hui, 80% des passagers de French Blue sont vendus par sa grande sœur, qui apporte à sa cadette sa clientèle tour-opérateurs. Un coup de pouce qui a permis à French Blue d'enregistrer un bon niveau de réservations pour les prochaines semaines. Pour autant, les réservations en direct progressent.

«Les ventes sur le site Internet de French Blue commencent à monter», assure Marc Rochet, le président de French Blue et président du directoire d'Air Caraïbes.

Ce dernier affiche sa sérénité pour la suite. La saison hivernale s'annonce bonne pour tous les acteurs présents sur les Caraïbes. Sur les Antilles françaises par exemple, Air Caraïbes «gagne des parts de marché»  et «va refaire à nouveau une grande année», tandis que l'ouverture des ventes des vols entre Paris et Cuba le 9 décembre se traduit par des remplissages prometteurs. "Les vols se remplissent très bien", indique Marc Rochet.

Des bénéfices avant l'heure

French Blue pourrait même dégager des bénéfices avant l'heure. Alors que la direction visait l'équilibre financier au bout du deuxième exercice, cet objectif pourrait être atteint dès 2017, en raison du prix du baril de pétrole qui reste inférieur aux prévisions. "Aujourd'hui, nous sommes un peu en avance", fait remarquer Marc Rochet.

Après la montée en puissance sur Punta Cana atteinte, French Blue s'attaquera à l'Océan indien l'an prochain. La compagnie entend ouvrir Paris-La Réunion et a demandé des droits de trafic pour desservir L'Île Maurice.

La livraison des A350 légèrement décalée

La desserte de la Réunion, dont la date d'ouverture n'est pas encore calée, sera assurée en Airbus A350.

Prévues initialement fin décembre 2016 et en février 2017, les livraisons des deux premiers A350 du groupe Dubreuil sont décalées d'un mois en raison des difficultés d'Airbus à monter en cadence. Le premier exemplaire sera livré en février 2017, le deuxième en mars. Du coup, pour assurer, le pic de trafic des fêtes de fin d'année, le groupe affrètera un A330 d'Air Transat comme l'an dernier. Deux autres A350 sont prévus d'ici à l'été 2018. A ce moment-là, le groupe Dubreuil comptera 10 gros-porteurs contre 6 aujourd'hui. L'année 2019 sera vierge en livraison d'avion avant la prise de livraison du premier A350-1000 en 2020. Mais, en fonction de la conjoncture, le groupe Dubreuil se réserve la possibilité de conserver certains A330 qui devaient sortir de la flotte. "Nous verrons à ce moment là si nous accélèrerons ou pas", indique Marc Rochet.

*Graphique réalisé par Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2016 à 0:25 :
Logiquement AIR FRANCE ne devrait pas assister son concurrent pour qu'ensuite ce dernier lui prenne des parts de marché, c'est une question de bon sens me semble-t-il ?
Pourquoi donnerait elle le bâton pour se faire battre ?
a écrit le 13/09/2016 à 7:44 :
Salaires des journalistes dans le monde :

Bangladesh ------
Inde ------
Burundi ---
Pakistan ----
...
France -----------------------------------------------------------------------------------------

source Statisca
a écrit le 12/09/2016 à 19:32 :
Il faut Taxer l'Energie : classement à l'appui. Multiplier par 5 le prix unitaire de tous les types d'Energie, par TAXATION.
a écrit le 12/09/2016 à 18:45 :
En espérant Faillite d'A.F, et rachat de A.F liquidée, par le Groupe Vendéen Dubreuil AVEC SON PERSONNEL.
Ce comm va etre censuré, de TOUTE EVIDENCE. A.F ne vaudra plus rien. Le P.D.G déclare ne plus avoir les moyens de renouveler les appareils. C'est une " folie" ou " inconséquence" de réserver et payer un vol sur A.G ( Air Grève, Air France pour les naifs)
a écrit le 12/09/2016 à 16:46 :
Bonjour,
Je me pose une question, est-ce que quelqu'un peut m'éclairer ?
Parlons d'abord des faits.
Je constate une forte baisse de l'action AIR FRANCE aujourd'hui lundi 12 septembre 2016.
La raison semble être l'ouverture des vols ce week-end sur les vols longs courriers de la nouvelle compagnie low cost," FRENCH BLUE " du groupe Dubreuil.
Cette nouvelle compagnie recherche environ 70 techniciens avions payés également en low cost depuis cette été pour entretenir sa flotte.
Ne trouvant pas de volontaires possédant une qualification A330 pour un salaire mensuel de 1600 euros mensuel, la compagnie FRENCH BLUE a demandé à AIR FRANCE d'effectuer l'entretient de sa flotte en attendant que le groupe Dubreuil trouve une solution.
AIR FRANCE effectue donc depuis le mois de juillet l'assistance technique pour la nouvelle compagnie FRENH BLUE.
Je trouve paradoxal qu'une entreprise soutienne son concurrent (même moyennant finances), pour voir aujourd'hui la valeur de sa propre entreprise baisser en bourse ?
Je me demande quel est l'intérêt pour AIR FRANCE à part qu'à court terme cela permet de facturer plein pot la maintenance à son concurrent ?
Réponse de le 13/09/2016 à 19:44 :
AF offre le meme service a pleins d'autres compagnies aeriennes (dont la concurrence est d'ailleurs bien plus feroce que French Blue), au nom de quoi devrait-elle refuser ce service a French Blue?...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :