French Blue lance le low-cost long courrier à 149 euros TTC ! (l'aller simple)

 |   |  925  mots
French blue va permettre de créer 400 postes en deux ans.
French blue va permettre de créer 400 postes en deux ans. (Crédits : DR)
La compagnie a annoncé ce mardi sa grille tarifaire pour sa première ligne, Paris (Orly)-Punta Cana qu'elle ouvrira le 10 septembre prochain. La République dominicaine est l'un des axes forts du développement de la compagnie sœur d'Air Caraïbes au sein du groupe Dubreuil.

Parole tenue. Les tarifs de French Blue, la low-cost long-courrier du groupe Dubreuil (également propriétaire d'Air Caraïbes), sont très attractifs. Ils débutent à 149 euros TTC l'aller simple sur les vols Paris (Orly)-Punta Cana (en République dominicaine) qui ouvriront le 10 septembre prochain.  Un prix d'appel encore plus bas que celui annoncé par Norwegian entre Paris et New York. Un tarif dit "Basic" qui n'inclut qu'un bagage cabine de 12 kilos maximum sans repas à bord gratuit. Ce mardi matin, le meilleur tarif trouvé sur d'autres compagnies desservant Punta Cana était de 275 euros mais il intègre un bagage en soute et un repas chaud. Néanmoins, même avec ce type de billets, French Blue est moins cher.

Pour 149 euros, seul le bagage cabine est compris

La compagnie propose en effet deux offres tarifaires : une offre baptisée "Smart", à partir de 199 euros l'aller simple qui comprend un bagage en soute de 23 kilos maximum, un repas et un snack à bord ainsi qu'un kit confort, et une offre "Premium" à partir de 579 euros pour la classe du même nom. Une offre qui ressemble à celle d'Eurowings, la filiale de Lufthansa, qui exploite depuis l'hiver dernier des vols long-courriers low-cost.

Services payants

En plus de ces trois tarifs, French Blue propose toute une batterie de services payants à bord, notamment trois forfaits Wi-Fi (7 euros les 5 Mo, 19 euros les 15 Mo et 50 euros pour un forfait de 40 Mo).

La compagnie dirigée par Muriel Assouline et présidée par Marc Rochet propose aussi un accès prioritaire pour passer les formalités plus rapidement (15 euros), une livraison prioritaire des bagages (10 euros), d'un siège près de la porte pour débarquer plus rapidement (25 euros), ainsi que plusieurs repas à la carte, notamment un menu préparé par un Chef deux étoiles au Michelin.

"Nous sommes fiers d'offrir à nos passagers une proposition de voyage unique en France alliant des prix inédits sur le long-courrier, un confort de voyage qui devrait aller au-delà des espérances de nos clients et des services innovants comme le wifi à bord. French blue matérialise aussi notre ambition de développer le pavillon français avec une offre nouvelle et capable de faire croître de façon significative les marchés existants", a déclaré Marc Rochet dans un communiqué.

En mars, lors de l'annonce du lancement de French Blue, ce dernier avait promis des tarifs au moins inférieurs de 10% aux tarifs pratiqués aujourd'hui par les concurrents.

Le pari du confort

Les places seront commercialisées sur le site de la compagnie mais aussi par Air Caraïbes qui placera son code sur chacune des destinations assurées par French Blue. La compagnie mise sur le confort. Les sièges en classe économique sont ceux de Lufthansa et de Singapore Airlines. Tous disposeront d'un écran individuel de 25 centimètres (30 cm en Premium), d'une prise USB et pour PC.

Les cabines sont configurées en rangées de 9 sièges en classe économique (7 de front en Premium) avec un espacement entre les sièges de 32 pouces en classe économique et 36 pouces en Premium. L'inclinaison des sièges sera de 6,5 pouces contre un standard de 4 pouces pour l'industrie. Le wifi (payant donc) sera disponible sur toute la flotte.

"Nous nous sommes mis au top de l'industrie", déclarait en mars Marc Rochet.

Ce niveau de services permet d'éviter un écueil que rencontre une compagnie "no frills" (sans chichis) sur le long-courrier: ne pas arriver à vendre des billets au-delà du prix d'appel en raison d'un niveau de confort insuffisant par rapport à des concurrents.

Coûts allégés

Pour pouvoir baisser les prix et arriver à l'équilibre financier dès le deuxième exercice, French Blue compte sur la légèreté de sa structure de coûts. Celle-ci sera plus basse que celle d'Air Caraïbes, laquelle compagnie est déjà le transporteur français le plus compétitif aujourd'hui (XL Airways n'est pas loin).

"Tous les coûts sont revisités. Nous avons fait un balayage de tous les coûts liés à l'exploitation", expliquait Marc Rochet lors de l'annonce du lancement de French blue.

En partant d'une feuille blanche, la compagnie low-cost débutera en effet avec des règles d'utilisation et des conditions de travail pour le personnel dénuées de tout l'héritage d'accords d'entreprise qui pèse sur les compagnies historiques.

"Avec un mille-feuille d'accords d'entreprise (c'est ce qui plombe le transport aérien français), on ne peut pas disposer de quelque chose de moderne et d'efficace", déclarait Marc Rochet.

Le premier appareil, un Airbus A330-300 de 378 sièges (350 en classe économique et 28 en classe Premium) sera livré fin juin. Avant de commencer ses vols sur Punta Cana en septembre, il effectuera des vols cet été vers Pointe-à-Pitre pour le compte d'Air Caraïbes. French Blue nourrit de grosses ambitions en République dominicaine.

Paris-La Réunion en 2017

Par ailleurs, French Blue, va assurer pour le compte d'Air Caraïbes des vols vers Saint-Domingue (la capitale de la République dominicaine) et vers Port-au-Prince, la capitale de la République de Haïti (toute proche, les deux pays se partageant la même île).

Côté océan Indien, French Blue entend se poser à la Réunion avec des A350. En mars, Jean-Paul Dubreuil avait annoncé le lancement de vols entre Paris et La Réunion en mai 2017 mais aussi sur l'île Maurice, sous réserve de droits de trafic.

French blue va permettre de créer 400 postes en deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :