La SNCF prépare un TER low-cost pour contrer un éventuel Easyjet du Rail

 |   |  596  mots
Environ 7.000 trains et 1.300 cars TER transportent chaque jour 900.000 passagers.
Environ 7.000 trains et 1.300 cars TER transportent chaque jour 900.000 passagers. (Crédits : Flickr/ Patrick Janicek CC License by)
La SNCF qui voit son trafic TER baisser et ses coûts augmenter a dévoilé son "plan TER 2020 visant à vendre moins cher aux régions l'exploitation de ses trains avant l'ouverture de ce marché à la concurrence d'ici à 2023.

La SNCF a dévoilé jeudi son "plan TER 2020" qui vise à "vendre moins cher aux régions" l'exploitation des trains, pour "attirer plus de voyageurs" et se placer "en pole position" avant l'ouverture de ce marché à la concurrence, en 2023 au plus tard. Avec un trafic en baisse et des coûts en hausse, "l'équation économique est en danger", a déclaré Franck Lacroix, directeur des TER au sein de SNCF Mobilités, lors d'une conférence de presse.

Baisse du trafic

Environ 7.000 trains et 1.300 cars TER transportent chaque jour 900.000 passagers, dont une moitié d'abonnés. Après un bond de 50% en dix ans, le nombre de voyageurs a baissé de 4,4% entre 2012 et 2015 et "la tendance se poursuit" cette année, conséquence d'un "défaut d'attractivité de notre offre", a-t-il reconnu.

Le montant facturé aux régions a pourtant continué d'augmenter, malgré les "plans de performance" de la SNCF et une inflation quasi nulle. Sur 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 2,9 milliards proviennent désormais des régions, tandis que "la part des recettes directes ne cesse de diminuer".

"Nous sortirons de l'impasse", a-t-il affirmé, s'engageant à "vendre moins cher aux régions" et à "partir à la conquête de nos nouveaux clients".

Trois concepts

La SNCF va pour cela "revisiter en profondeur [son] offre" de transport régional, déclinée en trois "concepts": TER Chrono pour "des liaisons rapides entre grands pôles régionaux" (Dijon-Besançon), TER Citi dans les "territoires métropolitains denses" (Rennes-Vitré) et TER Proxi pour "une desserte plus fine des territoires moins denses" (Toulouse-Rodez).

En parallèle, "on va s'attacher à réduire nos coûts de structure (...) en conservant notre expertise", a ajouté Franck Lacroix, qui prévient qu'il "ne remplacera probablement pas tous les départs à la retraite" d'ici 2020.

La branche TER va aussi "ajuster le parc de matériels roulants à [ses] besoins", notamment en réduisant le nombre de ses trains diesel et en adaptant ses lignes à la nouvelle carte des régions.

En juin, Guillaume Pepy avait déjà révélé le projet, devant les journalistes de l'AJEF, l'association des journalistes économiques financiers.

"Nous avons déjà trois produits dans la gamme "OUI" avec Ouigo, Ouibus et Ouicar (location de voitures entre particuliers, ndlr), et nous réfléchissons à étendre la gamme "OUI" aux trains Intercités (encore appelés Corail par les Français) et TER", avait indiqué Guillaume Pepy.

Eviter la concurrence d'un "Easyjet du rail"

Pour ce dernier, le développement d'une offre low-cost est au cœur de la stratégie de la SNCF pour contrer l'arrivée de la concurrence sur le marché ferroviaire français.

"Il y a deux ans, nous avons décidé de développer une gamme low-cost pour que nos futurs concurrents aient des difficultés à se positionner sur le créneau low-cost. Sur ce segment de marché, ils nous trouveront face à eux. Nous essayons de tirer les leçons de l'expérience d'Air France. Il faut faire Transavia dès le début pour éviter qu'un futur « Easyjet du Rail » vienne nous balayer. Le choix du low-cost est un choix stratégique important", avait-t-il précisé..

Il avait ajouté : "Ce qui m'obsède, voire m'angoisse aujourd'hui, c'est de penser à ce qu'on me reprochera dans 10 ans. Ce type n'a pas vu arriver telle chose ou ce type n'a pas mesurer que telle chose aller bouleverser les choses. C'est pour cela que je suis assez obsédé par le low-cost parce que je suis persuadé que le low-cost va être un très grand succès dans le ferroviaire."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2016 à 9:03 :
Avec mon argent, ton argent, notre argent votre argent, mais pas leur argent!
a écrit le 17/09/2016 à 9:03 :
quand on lit la liste des mesures , on se demande si l'on ne rève pas ! pourquoi attendre d'etre à l'agonie pour les prendre ? et quand on voit que , sur 4 milliards d'euro de chiffre d'affaire , 2,9 milliards sont des subventions , ce qui en clair veut dire que les usagers n'ont assurés , en achetant leurs billets , que 30 % du chiffre d'affaire , on peut effectivement se poser des questions , et ont ne peut que conclure que , la liberalisation des cars et le " debranchement " de la sncf etait ineluctable .
a écrit le 16/09/2016 à 22:55 :
Avant de penser aux low cost il faudrait que les trains fonctionnent; qu'ils ne soient pas annulés, qu'ils soient à l'heure en bon état et que l'on puisse voyager sans être les nés collés contre les portes. La SNCF est la honte de la France, les français subissent son incompétence et les touristes se moquent des nos moyens de transport primitifs...
a écrit le 16/09/2016 à 14:28 :
La SNCF prépare une sortie low-cost définitive des rails français contré par Easyjet du Rail et Deutsche Ban ! Voilà le scénario et bye bye ! la sncf et sa didacture et ses cheminots paresseux aux services calamiteux champion du monde des grèves à répétition. Que du pur bonheur pour le client contribuable français et son portefeuille !!!
Réponse de le 10/01/2017 à 13:18 :
Nous, cheminots, sommes paresseux, je vous invite à venir travailler de nuit de faire des astreintes de travailler à Noël et jour de l'an.
Je pense que depuis le temps vous n'avez toujours pas compris qu'il y a plus de personnel dans les bureaux et moins sur le terrain, mais ça vous vous en foutez.
Réponse de le 10/01/2017 à 13:31 :
Des grèves à répétition, est-ce que vous savez qu'il y a eu des restructurations, des emplois supprimés, cette année 18 jours de grèves contre la réforme ferroviaire et la loi du travail, que soi disant 70% des français sont contre.
En ce moment les cheminots anglais en sont à 33 jours de grèves et ce sont des cheminots du privé, si nous sommes les champions du monde , eux ce sont les champions de l'univers.
Au lieu de vous en prendre à ceux qui travaillent sur le terrain, prenez vous à ceux qui nous dirigent.
Vous devez faire parti des gens qui disent que nous sommes des preneurs d'otages et des terroristes, alors demandez à nous mettre en prison.
a écrit le 16/09/2016 à 13:32 :
Dette de 70 milliards d'eur, que l'Etat a prévu de reprendre à son compte. C.G.T-S.U.D-F.O toujours plus gatés : ils revendiqueront en conséq 70 Milliards de nouveaux PLUS !
a écrit le 16/09/2016 à 13:02 :
On veut rendre agile le mammouth engraissé par les milliards des contribuables.
J' aimerai qu' on m' explique pourquoi un Paris-Orly Faro en lowcost privé est à 120 euros aller retour réservation 3 semaines à l' avance pour 2000 Km et un Paris-GareLyon Valence (Drôme) AR est au même prix (le meilleur trouvé ) pour 500 km et 3 semaines à l' avance ?
Est la concurrence dans l' aérien, la gestion privé, le statut cheminot qui fait la différence Qu'on m' explique.
Réponse de le 16/09/2016 à 17:02 :
Et pourquoi y a-t-il des Paris Nevers de 19 à 43 euros en 2 ème et de 22 à 52 en 1ère? Sur le site voyagesncf, ils proposent même un retour Nevers Paris via Dijon et TGV !!! ou via St Pierre des corps et TGV?
si vous aviez demandé un train de nuit, ils vous font passer via chambéry !!!
a écrit le 16/09/2016 à 11:28 :
La concurrence à quand même du bon : remettre sur la table la structure de coûts et ne pas la subir en disant que c'est le contribuable qui paiera pour les sur-couts !! Elle amènera sans doute aussi la SNCF à avoir un nombre d'employés plus restreint et plus efficaces.
a écrit le 16/09/2016 à 11:11 :
Comme quoi la concurrence, ça a du bon.

"TER Chrono pour "des liaisons rapides entre grands pôles régionaux" (Dijon-Besançon), TER Citi dans les "territoires métropolitains denses" (Rennes-Vitré) et TER Proxi pour "une desserte plus fine des territoires moins denses" (Toulouse-Rodez)."
Je propose, TER Aleure, un TER qui part et arrive à l'heure prévue. Un concept révolutionnaire pour la SNCF !
a écrit le 16/09/2016 à 9:52 :
il serai temps de supprimer des postes de cadre et surtout les cadres sup a paris qui ne cessent d augmenter. .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :