Le transport aérien français en deuil avec le décès de l'ancien PDG d'Aigle Azur Arezki Idjerouidene

 |   |  607  mots
Pour permettre le développement d'Aigle Azur, Arezki Idjerouidene a vendu 48% du capital d'Aigle Azur au groupe chinois HNA en octobre 2012.
Pour permettre le développement d'Aigle Azur, Arezki Idjerouidene a vendu 48% du capital d'Aigle Azur au groupe chinois HNA en octobre 2012. (Crédits : Aero Icarus)
Arezki Idjerouidene, le fondateur du groupe Gofast, maison-mère d'Aigle Azur qu'il avait rachetée en 2001 avant d'en vendre 48% à un groupe chinois, est décédé.

Le transport aérien français est en deuil. Arezki Idjerouidene, le fondateur franco-algérien du groupe logistique Gofast en 1983, maison-mère de la compagnie aérienne Aigle Azur, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Paris, à l'âge de 60 ans des suites d'une très longue maladie. Arezki comme tout le monde l'appelait, même ceux qui ne le connaissaient pas, était l'une des figures les plus respectées du transport aérien français. Il s'était mis en retrait ces dernières années en confiant les rênes du groupe à son fils Meziane en 2014. Depuis il vivait au Portugal.

Création de Gofast en 1983

Né en 1955 en Algérie, Arezki Idjerouidene est arrivé à Paris en 1977 à l'âge de 22 ans. Il trouve un emploi dans une agence de voyages à Montreuil, où il participe à la création d'une succursale spécialisée dans le transport de fret de la clientèle maghrébine qui trouvait là un moyen moins cher pour expédier leurs colis dans leur pays d'origine que de payer des excédents de bagages avec un billet d'avion.

Dans cette agence il lui arrivera même de vendre des Paris-Moscou-Bamako sur Aeroflot, avait-il confié à La Tribune. En effet la règlementation de l'époque permettait aux agents de voyages de vendre à la fois des assurances et de faire du transport de fret. En 1983, ce ne sera plus le cas. Il faudra séparer les deux activités.

Avec un associé, il crée Gofast en 1983, une entreprise au capital de départ de 20.000 francs (un peu moins de 3.000 euros).

Capital de départ : 10.000 francs

Pour apporter sa part de 10.000 francs, Arezki Idjerouidene a emprunté la totalité de ce montant à l'émigration algérienne. Il va notamment spécialiser le groupe dans le transport de la presse arabe de plusieurs pays du Moyen-Orient vers la France. En 1993, après la guerre du Golfe, tout s'écroule et Arezki Idjerouidene rachète la part de son associé pour 250.000 francs et devient par conséquent  propriétaire à 100% de Gofast.

Il s'oriente dans le transport d'équipements industriels vers l'Algérie et arrache le contrat d'affrètement des avions d'Air Algérie. Aujourd'hui le groupe est présent dans la maintenance aéronautique, la sûreté aéroportuaire, le tourisme et le transport aérien avec Aigle Azur rachetée en 2001. Créée en 1946, cette compagnie est la plus ancienne compagnie aérienne privée française. A partir de ce moment là, Aigle Azur monte en puissance.

Vente de 48% d'Aigle Azur à des Chinois

Cantonnée dans les vols charters moyen-courriers, la compagnie se spécialise sur des marchés de niche en lançant des vols réguliers vers l'Algérie. Cherchant également à se faire une place sur des destinations sensibles mais à fort potentiel, Aigle Azur avait prévu de se poser à Bagdad (un premier vol avait été réalisé en 2010) puis à Tripoli en 2012, deux projets qui n'ont pas abouti.

Pour permettre le développement d'Aigle Azur, Arezki Idjerouidene a vendu 48% du capital d'Aigle Azur au groupe chinois HNA en octobre 2012. Le prix n'a pas été communiqué. A l'époque, certains analystes valorisaient la compagnie française à près de 190 millions d'euros.

Mais le développement vers la Chine a échoué en raison notamment du refus de la Russie de respecter l'accord avec l'Union européenne sur l'abandon des droits de survol de la Sibérie.

Depuis, la compagnie pâtit également du blocage d'une partie de ses recettes (une trentaine de millions) en Algérie.

Lire ici : Fonds bloqués en Algérie, Aigle Azur en danger. Que fait la France?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2016 à 12:02 :
Toutes mes condoléances à Bettina qui nous a toujours accompagnée lors de nos vols sur Hassi Messaoud.
Je suis profondément désolé.
a écrit le 26/04/2016 à 18:18 :
Toutes mes condoléances et respect à ce grand monsieur
a écrit le 26/04/2016 à 2:59 :
Arezki Idjerouden un chef d'industrie qui a percé dans un domaine extrémmement concurrentiel qu'est le sécteur aérien civile et quel qu'un qui n'a jamais oublié d'ou il venait et qui a sa façon porté les valeur d'Afrique du nord Amazigh
a écrit le 25/04/2016 à 16:36 :
J'adresse toutes mes condoléances à la famille IDJEROUDENE et notamment à son fils Meziane et à son épouse - Et que DIEU accorde le Paradis à Arezki.
Concernant Arezki, je peux témoigner d'une chose, en plus de ses qualités humaines, c'est sa capacité extraordinaire de travailleur infatigable : il n'avait aucune réserve pour effectuer toute tâche, même insignifiante ou aparament ingrate.
La société AIGLE AZUR vient de perdre un très grand bosseur et chef d'entreprise. J'espère que son fils MEZIANE assurera, avec succès, l'essor de cette entreprise.
Je lui souhaite une très bonne succession, et dans l'immédiat beaucoup de courage pour faire face à ce malheur.
a écrit le 25/04/2016 à 7:49 :
Un très beau parcours d'un autodidacte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :