Norwegian dégringole de 21% en Bourse : IAG n'est plus candidat au rachat

 |   |  249  mots
(Crédits : TT News Agency)
Le groupe IAG (British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling, Level) a annoncé ce jeudi qu'il renonçait à faire offre une offre sur la compagnie norvégienne.

Moins d'un an après avoir manifesté son intérêt pour acheter la compagnie low-cost Norwegian, le groupe IAG (British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling, Level) a annoncé ce jeudi qu'il renonçait à faire offre une offre sur la compagnie norvégienne et qu'il vendait sa participation de 3,93 % acquise l'an dernier.

Si l'annonce a légèrement fait progresser l'action de IAG de 0,32%, elle a en revanche entraîné la dégringolade de celle du groupe norvégien de 21,65%.

Plus de 3 milliards d'euros de dettes

En effet, le départ de IAG retire une bouée de sauvetage potentielle de Norwegian en cas de difficultés financières.

« La prime de risque est plus élevée », explique un analyste.

Norwegian, troisième compagnie à bas coût en Europe derrière Ryanair et Easyjet, ploie sous une dette extrêmement élevée (30 milliards de couronnes norvégiennes, soit 3,1 milliards d'euros), qui inquiète les investisseurs, dans un marché très concurrentiel qui pèse sur la rentabilité du secteur.

Norwegian, qui a développé très rapidement une activité low-cost long-courrier, avait dit au mois de mai 2018 avoir reçu deux propositions conditionnelles en vue d'une prise de contrôle total par IAG, ajoutant qu'elles sous-évaluaient la compagnie et qu'elle les avait donc rejetées.
Le directeur général d'IAG, Willie Walsh, avait exclu l'an dernier de lancer une offre hostile sur Norwegian et ajouté qu'il ne se laisserait pas entraîner dans une bataille d'enchères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2019 à 15:24 :
Hé oui, mon bon FG... "sic transit gloria..."
a écrit le 25/01/2019 à 12:06 :
AirFrance-KLM aurait bien besoin de participer à la restructuration du marché européen... mais n'en a semble-t-il pas les moyens (et peut-être même pas la volonté, notamment de ses pilotes!)
Je crains que, même si la valeur de Norwegian chutait encore de 50%, AF-KLM reste encore sur le bord du chemin a regarder sans réagir le développement de LuftHansa et autre IAG !!!
AirFrance avait déjà loupé le rachat d'Easyjet en son temps, en sera-t-il toujours de même?
De toutes façons, il faudrait que le SNPL accepte qu'en rachetant une compagnie étrangère, AF-KLM maintienne les conditions sociales et salariales de la compagnie rachetée, sauf à la couler immédiatement : après avoir vu les bâtons dans les roues mis par le SNPL face à la création de bases Transavia en Europe, cela augure mal de capacité de développement externe !
Toutefois, si AF envisage de monter en gamme, cela implique nécessairement la création d'une offre plus éco (appelée en anglais 'LowCost' !!!) ... Bon courage à Ben SMITH pour trouver la solution !
a écrit le 24/01/2019 à 20:35 :
"qu'il renonçait à faire offre une offre sur "
"qu'il renonçait à faire une offre sur " ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :