SNCF lance l'outil qui facilitera le voyage de "porte-à-porte"

 |   |  1197  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La SNCF lance IDpass, une application et une carte qui regroupent les billets de différents modes de transport et qui permet de passer de l'un à l'autre sans contrainte. L'entreprise lance aussi des forfaits qui permettent d'accéder de manière illimitée à une multitude de modes de transport.

Avec la révolution de la mobilité, qui s'accélère en raison de la montée en puissance du covoiturage, demain de la location de voiture entre particuliers et du transport en autocar, de l'agressivité des compagnies aériennes sur le réseau intérieur comme Hop Air France, Easyjet ou Volotea, et des velléités des géants du net, comme Google, de proposer des offres de transport multimodales, l'environnement concurrentiel de la SNCF se durcit considérablement.

"Porte-à-porte"

Pour résister à tous ces chocs concurrentiels (auquel il faudra ajouter l'ouverture à la concurrence ferroviaire sur le marché intérieur du transport de passagers au cours de la prochaine décennie), la SNCF accélère la mise en place de sa stratégie : être un transporteur à la pointe de la technologie, présent à la fois dans le train, les bus, les métros, les tramways, coopérant avec tous les acteurs capables d'amener les voyageurs jusqu'aux gares et au-delà des gares, que ce soit la voiture et le vélo libre-service, les VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur). Ce projet a un nom : le «porte-à-porte». Il est au cœur du projet d'entreprise « Excellence 2020 » de Guillaume Pepy, son président. L'idée : proposer des billets du point de départ du voyageur à son point d'arrivée et non plus d'une gare à une autre. Et ce dans le transport du quotidien, majoritairement composé de petits trajets, mais aussi dans celui de la longue distance.

Partenariat avec Zip Car

Les services les plus importants sont connus : Wattmobile, un service de location de véhicules électriques dans les grandes gares (scooters Peugeot e-Vivacity, Renault Twizy), IDvroom, sa filiale de covoiturage de courte distance, ou encore IDCab, un service de réservation de taxis ou de VTC à prix fixes pour lequel la SNCF vise 900.000 utilisateurs au cours des prochaines années, soit 10 fois plus qu'aujourd'hui. S'ajoute l'autopartage avec l'offre de voitures en libre-service Zip Car, la filiale d'Avis, annoncée ce jeudi 16 avril.
Mais pour réussir le «porte-à-porte» et le contrôler, la SNCF manquait jusqu'ici d'un levier technologique capable de rassembler l'offre des différents opérateurs pour faciliter l'intermodalité.

IDPass, "le sésame de la mobilité"

Ce sera le cas en juin avec le lancement d'IDPass. Il s'agit à la fois d'une application (pour réserver notamment) et d'une carte qui permettra de combiner le billet de train et l'accès à d'autres modes de transport ainsi que l'accès à des parkings. Avec la même carte, le voyageur pourra ainsi, non seulement prendre son train, mais aussi déverrouiller un vélo en libre service, accéder à des parkings, prendre un véhicule en libre-service... Bref, effectuer l'ensemble de son trajet de bout-en-bout. Cet IDPass regroupera par ailleurs la carte d'abonnés, de fidélité et le billet électronique du trajet en train.

«IDPass devient le sésame de la mobilité, un intégrateur de mobilités », a déclaré ce jeudi Barbara Dalibard, la directrice générale de SNCF Voyageurs.

La prochaine étape le NFC

La prochaine étape sera celle du NFC (Near Field Communication, une technologie qui permet l'échange de données sans contact) sur Smartphone. Ce sera en 2016. La SNCF travaille sur le sujet avec Orange, Gemalto et la RATP. Quand cette possibilité sera effective, toutes les données aujourd'hui disponibles sur la carte le seront sur Smartphone. «Le voyageur pourra passer les portillons avec son mobile », a expliqué Barbara Dalibard, qui récemment déclarait que «le NFC est au cœur la stratégie digitale de la SNCF » et que, «en sous-jacent de ce porte-à-porte, il y a du NFC partout ». Pouvant contenir 16 billets différents, une carte NFC pourra à terme à proposer des billets d'avion, la carte d'abonnement d'une ville...

A terme, les services IDPass seront disponibles dans toutes les gares internationales desservies en TGV. Un jour, il pourrait aussi s'étendre aux billets d'avion des passagers utilisant le TGV pour se rendre à Roissy Charles-de-Gaulle dans le cadre de TGV Air
Bref, IDPass illustre à lui seul l'accélération des services digitaux de la SNCF pour ses clients.

La SNCF la RATP, Orange et Gemalto poussent la Commission européenne à la mise en place d'une norme NFC européenne.

Des forfaits comme dans la téléphonie mobile

Mais pour faciliter l'usage de ces mobilités, la SNCF étend le système de paiements au forfait comme elle l'a expérimenté sur ID TGV ou à Rennes où depuis octobre dernier, les étudiants dispose d'un accès illimité à une offre multimodale (vélo et voiture en libre service, transports en commun...) pour 29,90 euros par mois. La SNCF va donc développer ces packs mobilités. Un à destination des entreprises est en cours de préparation.

Au total, 120 millions d'euros sont investis au cours des trois prochaines années pour développer les services digitaux dans le cadre de la stratégie de porte-à-porte. "S'il faut en mettre plus, nous en mettrons plus", a indiqué Barbara Dalibard.

______

TROIS QUESTIONS A BARBARA DALIBARD, directrice générale de SNCF Voyageurs

LA TRIBUNE - Comment SNCF s'inscrit-elle dans l'évolution des usages de mobilité ?

Barbara Dalibard - Notre ambition, c'est de simplifier la mobilité en intégrant la multiplicité des moyens de se déplacer. Le train constitue l'épine dorsale de la mobilité de demain, mais nous avons à y associer des modes complémentaires.

Nous devons les intégrer de manière à ce que la « mobilité partagée » soit aussi simple pour les gens que l'usage de la voiture individuelle. La « mobilité partagée » représente 15 % des déplacements et notre objectif, c'est qu'elle atteigne 30 % d'ici à 2030.

Comment comptez-vous faire ?

Nous lançons deux applications sur les smartphones. L'application « SNCF », qui permet au voyageur d'obtenir toutes les informations sur son trajet (et sur laquelle se greffera demain une application de ventes de billets) et IDPass, un service composé d'une application et d'une carte physique qui regroupe l'ensemble des billets nécessaires pour effectuer le trajet, quel que soit le mode de transport.

Enfin, nous allons regrouper l'ensemble de nos solutions de transports dans des packs mobilités que nous commercialiserons sous forme de forfaits mensuels. Nous investissons 120 millions d'euros pour la mise en place de ces outils.

Le trafic voyageurs stagne depuis quelques années. L'usage du train peut-il baisser structurellement ?

Non, il n'y a pas de risque. Même si en effet le trafic stagne en raison de la crise. Mais celle-ci touche tous les modes  de transport. Avec l'émergence de conurbations de plus en plus denses, et des flux de trafic très forts entre les grandes villes, le train est à la fois le plus efficace et le plus écologique. Le train a un bel avenir. Mais il n'est plus seul. La « mobilité partagée » a un grand rôle à jouer. Si l'on regarde les prix unitaires des différents moyens de transport, la mobilité partagée peut diviser par deux ou par trois les quelque 8 000 euros que coûte annuellement une voiture particulière de moyenne gamme. Pour SNCF, l'enjeu est de rendre cette mobilité partagée plus simple.

Propos recueillis par Fabrice Gliszczynski

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2016 à 3:19 :
Comme disaient mes parents, anciens salariés de la RATP, lorsqu'on leur demandait le moyen le plus simple et le plus rapide de relier Noisy à Créteil en transports en commun : "Oh ben non ! On prend la voiture. Vu le cirque dans les transports en commun, il faut deux heures pour aller de Noisy à Créteil. En voiture, il faut 30 minutes max et c'est plus pratique. Sinon, on ne peut pas arriver à l'heure au boulot !"
a écrit le 16/04/2015 à 20:42 :
Tout ça, c'est bien gentil, mais ça serait déjà bien si sur une même appli on pouvait avoir à la fois des billets TGV et IDTGV (aujourd'hui, il faut deux applis différentes)...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :