Supprimer certaines lignes aériennes au profit du train : pas si simple

 |   |  830  mots
(Crédits : Reuters)
Pour réduire les émissions de CO2, le député de la Somme, François Ruffin (La France Insoumise), va présenter une proposition de loi visant à interdire de nombreuses lignes aériennes entre des villes régionales et Paris.

Voici une proposition de loi qui illustre bien la nécessité de prendre en compte tous les paramètres quand on appréhende la question environnementale du transport aérien. François Ruffin, député de la Somme (La France Insoumise), a déposé une proposition visant à interdire l'avion sur toutes les routes sur lesquelles le train "permet un temps de trajet équivalent au temps de trajet de l'avion + 2h30".

Sont ainsi concernées, dans une liste « non exhaustive », les lignes Paris-Bruxelles (55 minutes en train), Paris-Marseille (3h05), Paris-Rennes (1h25), Paris-Lyon (2h), Paris-Nantes (2h), Paris-Brest (3h25), Paris-Bordeaux (2h), Paris-Montpellier (3h09) Paris-Bâle-Mulhouse (2h40), Paris (en fait Beauvais)-Béziers (4h), Paris-Agen (3h13), Paris-Clermont-Ferrand (3h17), Paris-Lorient (2h57). Curieusement, la ligne Paris-Londres (2 heures) n'est pas concernée. Notons que ces temps de parcours en train correspondent au meilleur temps de parcours dans la journée qui, parfois, ne concernent que quelques trains. Ainsi, selon le site Ouisncf, seuls deux des 16 TGV entre Paris et Marseille proposent une durée du trajet de 3h05 mentionnée dans la proposition de loi. La formule retenue par les députés mériterait d'en tenir compte. Sans le dire, même si cela occulte le rôle d'Orly dans l'aménagement du territoire, elle semble reconnaître néanmoins l'intérêt de l'aviation pour les territoires puisqu'elle exclut les lignes transversales (région-région) sur lesquelles les voyages en train sont très longs.

Les passagers iront prendre leur vol long-courrier ailleurs en Europe

Au-delà, plusieurs lignes posent question dans cette liste. Il s'agit de Marseille, de Lyon, de Nantes et de Bordeaux. Non pas parce que le train n'est pas pertinent sur ces axes-là. Bien au contraire. Il l'a prouvé en raflant une part importante du trafic, d'autant plus élevée d'ailleurs que la durée du voyage est courte. Ces lignes interpellent parce que le projet de loi oublie certaines caractéristiques élémentaires du transport aérien, à savoir que le trafic de passagers est composé d'un trafic dit de « point-à-point » et d'un trafic de correspondance. Autrement dit, ces lignes aériennes drainent non seulement des passagers qui se rendent à Paris, mais aussi des passagers qui se rendent à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle pour prendre ensuite une correspondance long-courrier. Le tiers de l'offre d'Air France entre Paris et Marseille concerne Roissy (6 sur 19), dont une partie transporte des passagers en correspondance.

Or, si les passagers aériens de point-à-point basculeront de facto vers le train, il est loin d'être acquis qu'ils feront un tel choix pour aller à Roissy pour transiter sur un vol long-courrier. Certains risquent tout simplement de prendre des avions de Lufthansa, British Airways et d'autres pour aller prendre leur vol long-courrier au départ de Francfort, Munich, Londres, Madrid... Ce phénomène n'est pas nouveau, mais il serait évidemment accentué en cas de suppression des lignes d'Air France entre Paris à Marseille, Lyon, Nantes ou Bordeaux ou Montpellier (avec des conséquences sur l'emploi à Air France et dans les aéroports). Ces plateformes aéroportuaires sont en effet desservies par des compagnies étrangères pouvant rabattre les passagers vers d'autres hubs européens. Ce qui n'est pas le cas de toutes les autres inscrites dans ce projet de loi.

Sans ligne aérienne vers Paris, le siège social de Michelin menacé ?

Autre cas qui peut susciter débat, celui de Clermont-Ferrand. La capitale auvergnate est reliée à Paris à raison de 6 vols par jours avec un temps de vol de moins d'une heure, quand la SNCF assure 9 liaisons quotidiennes directes avec des trains Intercités en 3h17 pour le meilleur temps de parcours quand il n'est pas en retard, ce qui est très fréquent sur cette ligne et exaspère bon nombre d'utilisateurs.

Ce nombre relativement élevé de vols entre les deux villes s'explique moins par le volume du trafic sur cette route que par la présence de Michelin à Clermont-Ferrand, non seulement de son usine, mais aussi de son siège social. En effet, tous les vols entre Clermont-Ferrand et Paris permettent aux dirigeants et aux cadres de l'entreprise de se rendre à Paris rapidement, mais aussi de se rendre facilement aux quatre coins du globe via Roissy. Même chose pour tous les dirigeants et cadres des divisions du groupe basées à l'étranger ou des  fournisseurs et partenaires étrangers, qui viennent rencontrer la direction du groupe.

Et par conséquent, une suppression de cette ligne serait évidemment préjudiciable pour Michelin qui, rappelons-le, est la seule entreprise du CAC 40 à avoir son siège social en région, et par ricochet pour l'économie clermontoise. Forcément le maintien des organes de décision et d'un certain nombre d'activités de Michelin à Clermont-Ferrand se poserait. "Le maintien du siège de Michelin à Clermont-Ferrand ne se justifie que par la présence d'une offre aérienne vers Paris conséquente", assure un expert aérien. Surtout, avec un train aussi peu performant sur cette ligne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2019 à 10:34 :
A croire que tous les vols sont à l'heure d'après les commentaires.Bizarre que l'on ne parle que des trains en retard. Il serait souhaitable que les mêmes statistiques existent pour l'avion.
a écrit le 31/05/2019 à 23:02 :
Si on commençait à éliminer les subventions á l'aérien? Un Paris-Bruxelles en avion est exempté de TVA - on se demande bien pourquoi au pays de l'acte unique - le Thalys paie la TVA. Sinon, on peut certes réfléchir à supprimer l'avion si le train est assez performant, Lufthansa l'a fait sur Francfort-Cologne. Il est vrai que le train, qui met 50 minutes pour 160 km, y est plus rapide que l'avion et il y a une gare sous l'aéroport de Francfort, double hub donc, ferroviaire et aérien. Mais Lufthansa ne l'a pas fait pour Francfort-Dusseldorf, 40 kilomètres plus long et également desservi par le train. KLM s'était aussi engagé dans le ferroviaire, pour pouvoir "basculer sur rail" les liaisons ultra-courtes entre Schiphol et Bruxelles, mais la chose a pris dix ans de retard. Ces quelques expériences montrent qu'une des conditions essentielles au transfert sur rail est que le prestataire ferroviaire maintienne une qualité suffisante, en matière de ponctualité, confort, ajustement des horaires pour donner correspondance dans les plages du "hub", etc.. Là, la SNCF est loin du compte, et malheureusement, elle s'arroge toujours le monopole de faire rouler des trains sur les LGV.
a écrit le 31/05/2019 à 0:45 :
Vue la représentativité, cette proposition de loi va se heurter à une... RUFfin de non recevoir. Le problème de passer par des hubs, est connu; et résolu. Tans qu'il n'y aura pas de marché pour des liaisons directes province/long courrier, avec des avions remplis à 85% tout au long de l'exploitation de la ligne, on continuera à passer par des hubs; qu'on souhaite attrayants. Et tant qu'il n'y aura pas de liaison train province/CDG (pour Orly, on oublie...), cela se fera en avion. Lequel ne sera pas "électrifié" avant des générations. Donc le train "pour l'avion", ce n'est pas gagné. Le train en soi, on peut trouver ça pertinent de le promouvoir. Mais expliquer à un Toulousain qu'il va devoir passer par Agen/Bordeaux/Poitiers/Tours avant de rejoindre Paris... alors qu'aux heures de pointe on lui offre un avion tous les 15mn... ça va pa l'faire !
Comme il y a qq années, on peut penser qu'il nous fait une "Ruffin-ade".
a écrit le 30/05/2019 à 15:18 :
SNCF va être encore plus über alles ?
a écrit le 30/05/2019 à 15:10 :
Les choses ne sont jamais simples lorsqu'on les complique à souhait….retirez les intérêts politiques et personnels et tout devient simple. Le reste n'est que pataquès au royaume des hommes.
Réponse de le 31/05/2019 à 10:16 :
oui! et puis les intérêts économiques, régionaux aussi! Plus d'intérêts, plus de sujet! C'est une variation des principes shadocks.... Merci de votre participation.
a écrit le 30/05/2019 à 15:02 :
Sur des lignes en concurrence la SNCF a pris des parts de marchés conséquentes. Quand je vais de Bordeaux à Paris le train est globalement le plus intéressant. Quand je voyage à l'international le train devient une galère.
Irrespect des horaires, valises a transporter moi même (la gare TGV de Roissy est tout sauf fonctionnelle et le transfert vers les différents terminaux mal assuré).
Le train sera compétitif quand je ne prendrai qu'un billet Bordeaux - XXX avec enregistrement à la gare TGV de départ, transfert de mes bagages etc. Et j'ai la chance d'avoir 7 liaison par jour, ce qui n'est pas le cas de tous.

Le principe du y a qu'a est beau, mais pour être crédible il faut être apte à prendre l'ensemble d'un problème pour apporter une solution crédible. Sinon ça reste du niveau café du commerce. Une habitude de Mr Ruffin.

Si
a écrit le 30/05/2019 à 14:40 :
Je crois que l’auteur de cet article n’a pas compris ce que signifiait un réchauffement climatique global de plus 5 degrés Celsius si on continu à polluer comme des ahuris... on s’en fou complètement du temps de trajet des cadres de Michelin comparé fait air que toute l’humanité roule à 350 km/h droit vers un mur !!!
Réponse de le 31/05/2019 à 12:36 :
On s'en fou des autres, hein ...
Mais au lieu de vouloir imposer des efforts aux autres, voyons de votre côté ! Annulez-vous tout déplacement motorisé autres qu'indispensables ? (plus de 5 km sinon à pied ou en vélo, pas de déplacement de loisirs motorisés -ni congés, ni pour se rendre sur des loisirs sportifs, culturels ou autres-...)
Achats uniquement de produits locaux ? pas de fruits exotiques ni de produits nécessitant un transport par cargos, encore moins par avion, ni même de camions : pas de pollution par procuration !
Pas de matériel technologique fabriqués en chine, entrainant surexploitation des terres rares, exploitation de main-d'oeuvre local et pollution des transports ?
Bien sûr, pas de dépenses inutiles vestimentaires (perso, j'utilise encore des tee-shirts achetés il y a plus de 20 ans: démodés, mais pas abimés!) et encore moins de suivi de la mode, source de pollution inutile particulièrement polluante et entrainant un énorme gaspillage ?
ah ouais mais non, là ce serai à vous de faire des efforts au lieu de vous contenter de donner des leçons ??? ah mais ça va pas alors ...!!!!?
Réponse de le 31/05/2019 à 13:10 :
Je coche bien au delà pffff : 90% bio et végétarien, je vais au travail à pied, la voiture c’est juste pour s’evader le week end. Je n’ai pas pris l’avion depuis 5 ans pour motifs perso. Couche Lavable, nous fabriquons nous meme la lessive et avons fait exprès d’acheter Un petit frigo À+++ . Tarif heures pleine et creuse on fait tourner tte les grosses machines et le ballon d’eau la nuit. La garde robe ? Je m’en Carre totalement et achète le strict nécessaire... j’essaie d’éviter les marques à problèmes mais là je suis un peu limité... Mon bilan carbone demeure élevé à environs 4 tco2 /an mais bien meilleur que la moyenne française 7tco2 de mémoire ?) ! En tout cas la cohérence est effectivement un soucis que j’essaie d’appliquer. Et on est de plus en plus nombreux.
a écrit le 30/05/2019 à 12:47 :
... et si on commençait par supprimer tous les avantages aux députés, ministres et sénateurs, sur les vols en Europe !! qu'ils prennent le train et donnent l'exemple, et on en reparle !
a écrit le 30/05/2019 à 12:44 :
De toutes façons, ceux qui s'opposent aux liaisons aériennes sont majoritairement ceux qui ne prennent pas l'avion... pour des questions de moyens uniquement, et qui jalousent ceux qui partent !
je parie que 99.9% de ceux-là, si on leur annonce qu'ils ont gagné un vol pour la destination de leur choix avec un avion le plus polluant qui soit, ne renonceront dans ce cas, en aucune façon, à partir !!! On parie ???
NB Je ne parle même pas des Nicolas Hulot qui vole en hélico (le transport aérien le plus polluant qui soit!) et qui donnent des leçons aux autres ...!
a écrit le 30/05/2019 à 12:24 :
Perso, j'avais vu d'un bon oeil l'étude par AirFrance de mettre en place des lignes TGV-AirFrance entre lyon et CDG : suivi des bagages et responsabilité de la compagnie d'un bout à l'autre de mon trajet, surtout en cas de vol manqué à cause du retard de train. Dans ces conditions, pas de problème pour moi !
Malheureusement, AirFrance a abandonné ce projet.
Mais devoir me faire emmener en centre ville pour prendre le train (très en avance, en cas de bouchons), être obligé de prévoir un retard de la SNCF et m'imposer de prévoir une arrivée très très en Avance à Paris au cas où, trimballer mes bagages dans le train, sur la gare et jusqu'à la station de métro, prendre le métro parisien (avec sa réputation de proposer des trajets particulièrement sûrs et agréables -sic- !) jusqu'à Roissy, en amplifiant bien évidemment le temps de trajet AU CAS OU !!, procéder à un enregistrement des bagages sur CDG plutôt qu'en province (je préfère créer des emplois en province plutôt que sur la région parisienne, c'est ma façon de lutter contre la désertification des provinces, et contre la pollution parisienne engendrée par l'hyperconcentration !!)... ce calvaire, très peu pour moi !
Pour ce qui est des taxes sur le kerosène, si les vols intérieurs deviennent trop chers, pas de problème : le temps de trajet depuis Lyon vers Amsterdam, Rome, Madrid ou Francfort (en UE), vers Londres (bientôt hors UE) voire Marakech (hors UE) restera le même pour moi, et n'entrainera aucun surcoût avec une taxe franco-française voire une taxe intra-européenne !! Bon, peut-être des emplois en moins à Paris-CDG pour le personnel au sol, des recettes en moins pour les achats et repas sur paris, et pour les recettes pour l'état induites pour ce transit et mes dépenses annexes, des emplois en moins liés au vol long courrier AirFrance que je ne prendrait plus, mais voyons le côté positif : ça créera des emplois chez KLM, Lufthansa, Iberia, British Airways ou Alitalia, et les taxes et dépenses induites (moindres) par mon voyage profiteront à nos voisins !!!
Les avions consomment 25% de carburant de moins que leur équivalent de la génération précédente, et l'évolution continue dans ce sens, à tel point que l'aviation est le SEUL secteur d'activité qui s'est engagé à réduire son impact écologique malgré l'augmentation d'activité...
Mr Canfin serait bien inspiré de s'attaquer aux hyper-polluants que sont les supercargo maritime : que ceux qui veulent taxer le transport aérien (ce sont en général des gens qui ... ne prennent pas l'avion, et qui jalouse intérieurement ceux qui partent !!) commence par n'acheter QUE local : plus de vêtements importés mais une couturière local devrait limiter drastiquement la pollution des Cargos, camions et autres pollueurs, plus de fruits exotiques qui viennent souvent ...par avion ! et bien sur, plus de smartphone, TV et autres informatiques venant de l'autre bout de la terre et produits avec des terres rares dans des conditions hyperpolluantes !!
Avant de regarder la paille dans l'oeil du voisin... !
a écrit le 30/05/2019 à 9:42 :
à la lecture de certains,les enjeux climatiques mais également économiques n'ont pas encore compris !
Outre l'impact environnemental du transport aérien lié à des émissions en haute altitude , c'est également la consommation d'une matière fossile à 100% importée qui devrait nous interpeller !
La consommation énergétique d'un train est extrêmement faible eu égard son poids mais également grâce à non pas 1 source d'énergie (le fuel) mais plusieurs grâce à l'électricité extrêmement decarbonee en France (nucléaire et ENr).
Chaque baril de pétrole importé en Europe et en France contribue à nous appauvrir.
L'enjeu n'est pas donc uniquement climatique mais également financier pour nos sociétés !
a écrit le 30/05/2019 à 9:29 :
Avant l'interdiction pure et simple qui ne présage rien de bon pour la liberté de circulation des particuliers (rien d'étonnant que ce genre de propositions viennent d'un parti qui lorgne du côté des dictatures russe ou sud américaine), on pourrait commencer par agir par le biais des taxes (le kérosène n'est aujourd'hui pas taxé) et de la psychologie (certaines personnes commencent à limiter leurs déplacements avion sans qu'on leur impose quoi que ce soit).
a écrit le 30/05/2019 à 0:39 :
Une fois ces lignes aériennes supprimées, le train, à son tour deviendra le plus polluant... il faudra donc le supprimer également... Pourquoi ne pas faire plus court, en interdisant tous les déplacements!
Réponse de le 30/05/2019 à 10:34 :
Nos politiques n'ont rien compris puisqu'ils sont à fond sur le grand Paris. Créer une mégalopole nécessite des milliards de trajets quotidiens coûteux en énergie pour l'alimenter et la faire vivre. Il ne s'agit pas de tout interdire, mais que les grands trajets redevienne un luxe coûteux pour ceux qui y font appel.
a écrit le 29/05/2019 à 19:26 :
Et si on rentabilisait la fonction publique ? Idée par ex moins de formulaires et plus de digitilization , là oui que l on eletterait moins de Co2 . Quant à celui ci faudrait arrêter de penser
Réponse de le 29/05/2019 à 19:52 :
...si c'est pour pondre des trucs genre ANTS pour les cartes grises rien ne presse !
Réponse de le 29/05/2019 à 22:26 :
La digitalisation en émet pas mal de co2...
a écrit le 29/05/2019 à 19:01 :
Et si on rentabilisait la fonction publique ? Idée par ex moins de formulaires et plus de digitilization , là oui que l on eletterait moins de Co2 . Quant à celui ci faudrait arrêter de penser que notre petit territoire soit le nombril du monde et que ce genre de pensées sauveront ... quoi ... ? On sait plus quoi et dans quelle mesure ? Ah c est toujours bien de se faire mousser sur une belle vague ecolo.
a écrit le 29/05/2019 à 17:10 :
Il faut arreter de tout regarder sous le prisme de la rentabilité.Quand vous allez a l'opéra,on ne rémunère pas l'orchestre avec le simple prix des places.Les lignes déficitaires doivent etre maintenues avec l'appui financier des collectivités locales et des CCI,comme c'est la cas a Quimper .Tout est simple,mais tout est sujet a mélodrame dans ce pays!
Réponse de le 30/05/2019 à 11:01 :
Et vous vous chargez d'expliquer aux contribuables et autres Gilets Jaunes qu'il va falloir augmenter leurs impôts et diminuer leurs prestations sociales?
a écrit le 29/05/2019 à 17:09 :
Il y a 8 vols (A/R) quotidiens entre Clermont et Paris (4 Orly et 4 Roissy) et non 6.
Michelin a sa propre compagnie aérienne (3 Falcon qui effectuent plusieurs rotations par jour).
Le train est certes un peu plus lent (quoi que HopAirFrance a une facheuse tendance à annuler ses vols) car les investissements sont faibles depuis longtemps. Est-ce une raison pour laquelle Michelin déplacerait son siège social? pas sûr.
Réponse de le 30/05/2019 à 11:54 :
A priori, les propositions pour casser les vols intérieurs ne s'appliqueraient pas qu'à Airfrance !!! Michelin serait AUSSI touché avec ses propres avions !!
Réponse de le 30/05/2019 à 14:59 :
La compagnie MAS (Michelin Air Service) effectue une grande partie de ses vols vers l'Europe (plutôt que vers la France).
Des soucis concernant MAS sembleront dérisoires à Michelin par rapport aux problèmes environnementaux et financiers causés à son cœur de métier.
a écrit le 29/05/2019 à 15:22 :
Le problème avec les n'yàqu'à idéologique, c'est qu'ils transforment toujours les problèmes multidimensionnels en un problème monoparamètre théorique de niveau lycée.Ils ne font jamais une étude d'impact chiffrée et exhaustive.Si l'on appliquait de tels méthodes dans l'industrie, tout serait en faillite depuis longtemps.
a écrit le 29/05/2019 à 14:50 :
Ce crypto marxiste pourrait aussi nous interdire de prendre l'avion mais cette fois ci pour nous empêcher de quitter le territoire national comme dans l'ex regretté bloc de l'est.
a écrit le 29/05/2019 à 13:30 :
La France, ce pays ou l'on marche sur la tete.
Réponse de le 29/05/2019 à 16:39 :
Francois Ruffin est un député LFI, qui est loin d'être majoritaire à l'assemblée.
Nous sommes une démocratie représentative, son idée se heurte effectivemetn à certaines réalités, et ne sera pas mise en oeuvre.
Donc la France une démocratie représentative qui fonctionne , des idées nouvelles peuvent être proposées, discutées, et quand elles ne sont pas pertinentes abandonnées.
Le sujet de la pollution du transport aérien est un vrai sujet, mais c'est vrai, la solution n'est pas aisée.
Vive la France !
Réponse de le 30/05/2019 à 9:15 :
La democratie de chantage des gilets jaunes? Viva la France.
a écrit le 29/05/2019 à 13:23 :
Le délire Suédo-Aspergien-adolescent commence a contaminer la Gauchiardie Française. Affligeant !
a écrit le 29/05/2019 à 13:17 :
Encore un qui ne prend jamais l'avion.

Pour l'international, l'aeroport CDG est tres mal connecte, il faut des dessertes fiables et rapides a partir de la province. Alors supprimer des liaisons vers Paris dans ces conditions !

Mon dernier voyage: 4h00 d'attente a CDG car il ya deja trop peu de connexions (vols pleins): bref 8 heures de transport au total pour 1:30 de vol a partir de CDG.
Le train n'aide pas du tout car il impose de grosses marges pour palier aux problemes de retards et bouchons (gare vers aeroports)/taxis. J'ai rate mon vol recemment malgre 2:45 de marge entre l'arrivee a la gare montparnasse et le depart du vol. A La France Imbecile qui vit gracieusement de mes impots auxquels je cotise grace a ces nombreux voyages, sachez que je suis heureux de vos resultats minables aux dernieres elections.

Deja que on leur a donne raison pour le future de l'ouest de la france avec un amenagement chaotique (de fait mpossible) post NDDL. Marre de la dictacture des incompetents qui dictent leurs lois a ceux qui cherchent simplement a travailler dans des conditions decentes.
Réponse de le 29/05/2019 à 16:47 :
Pas très claire votre contribution : en gros vous déconseillez de prendre l'avion parce que ce sont des incompétents ?
En train, vous seriez peut-être arrivé à l'heure...
a écrit le 29/05/2019 à 11:39 :
Cette proposition de loi ignore le temps requis pour rejoindre une gare généralement située en centre-ville !

PS: cela vaudrait la peine de corriger les nombreuses fautes d'orthographe/mots manquants de cet article…
Réponse de le 29/05/2019 à 13:20 :
et l'aéroport, il ne faut pas le rejoindre peut-être ?
a écrit le 29/05/2019 à 11:31 :
Tuer les compagnies aériennes privées au profit du monstre tentaculaire SNCF : qu'elle est bien bonne cette idée . . .
Réponse de le 29/05/2019 à 16:44 :
Le monstre SNCF est plutôt rachitique, en manque d'argent, avec des lignes qui disparaissent tous les mois. Difficile de faire 30km en avion...
L'aérien semble au contraire un particulièrement subventionné au regard du coût environnemental
Réponse de le 29/05/2019 à 20:04 :
Le transport aérien subventionné?!!! Faudrait peut être se renseigner avant d’ecrire de telles âneries...
Réponse de le 29/05/2019 à 22:49 :
En réponse à "la blague", oui, ce secteur est subventionné grâce à vos impôts :
- Lignes OSP (obligation de service publique, nombreuses en 🇫🇷)
- Non taxation du kérosène (c'est une distorsion de concurrence pour les autres moyens de transport), sans parler des conséquences climatiques de son utilisation
- Subventions des low cost par les collectivités locales ( sous formes d'aide à la promotion touristique)
- Maintient en activité d'aérodromes français par les élus locaux non rentables

Ces subventions sont peut-être utiles, mais ne pas croire que ce secteur doit être moins considéré qu'un autre.
a écrit le 29/05/2019 à 11:22 :
Des avions à hélices type ATR, pour tout trajet (y compris l'étranger) de moins de 1000 km et des trains pendulaires pour toute la France!
a écrit le 29/05/2019 à 11:21 :
C'est extraordinaire ces gauchistes qui veulent tout interdire. On nous aurait menti, dans l'inconscient collectif les castrateurs sont les "conservateurs" de droite, la gauche cool et force de progrès voulant interdire d'interdire.
a écrit le 29/05/2019 à 11:20 :
L’idée n’est pas parfaite mais mérite d’être posée.
Tant qu’on sera dans un modèle de libéralisme acharné, les gens trouveront toujours des défauts à cette proposition.
C’est notre modèle de vie/consommation qu’il faut revoir si on veut contenir le réchauffement climatique mais ça c’est très difficile à se l’appliquer à soit même.
Réponse de le 29/05/2019 à 14:02 :
Tout à fait d'accord, il faut revoir notre mode de consommation. Mais je pense que la meilleure façon est de convaincre plutôt que d'interdire. Exemple : taxe carbone sur le carburant. L'avion sera moins compétitif, le train le sera plus, la transition se fera naturellement. Revenus de taxes réinvestis dans l'infrastructure (et pas dans le déficit des retraites de la sncf, et pas dans son inefficacité générant les déficits). La meilleure force est celle du marché, l'État doit se contenter de réglementer ce marché pour "l'aider'' à aller là où il veut aller.
a écrit le 29/05/2019 à 11:03 :
Il faut dire à Mr Ruffîn qu’il n’y a pas besoin d’une loi pour en arriver à ce résultat. C’est juste une question de temps passé, de prix, et de saturation, sur lesquels une entreprise de transport est tout à fait en mesure d’arbitrer si elle doit faire des offres ou pas !!! Par contre il y a des moments et heures de la semaine où il est très difficile de trouver une place dans un Paris-Lyon ou Lyon-Paris en train.....
a écrit le 29/05/2019 à 10:54 :
Encore une idée de communiste.
Réponse de le 29/05/2019 à 11:59 :
Un atavisme en faveur de la SNCF controlée par la CGT.
a écrit le 29/05/2019 à 10:04 :
Encore une idée d'un élu déconnecté de la réalité.

Il faut arrêter de regarder le temps de transport de gare à gare ou d’aéroport à aéroport.

Sauf si votre client, vos amis, votre famille habite à coté de la gare d'arrivée, et que vous même vous viviez à coté de la gare de départ, il faut inclure ce temps de transport, pour voir le temps de trajet global.

J'utilise régulièrement la ligne Paris->Bordeaux.
Lors de l'arrivée du train, ma société nous a imposé d'utiliser le train, pour des raisons "écologiques" et "Economiques"... Au bout de 3 mois, le train a été abandonné au profit de l'avion... Et oui, le temps de trajet global était plus important avec le train... d'ou une perte économique, car le temps c'est de l'argent.

Oui, au maintien des lignes entre les aéroports de régions et paris, il est peut être intéressant de voir les fréquences, le module d'avion...

Mais le train et l'avion sont complémentaires.
Réponse de le 30/05/2019 à 11:41 :
Tout dépend d'où l'on habite et où on se rend: durant 5 ans j'ai travaillé à Bdx tout en habitant le WE à Paris. C'était pourtant l'époque où la durée du trajet TGV était de 3 h (et +). J'utilisais le train car je pouvais arriver 10 mn en avance, j'ai 20 mn de métro pour rejoindre Montparnasse. Pas de temps pour récupérer mes bagages, le temps pour rejoindre Orly est extrêmement aléatoire en taxi (surtout au retour). Je ne serai pas favorable à la suppression de l'avion sur les lignes intérieures car de nombreux passagers de ces lignes viennent ou se rendent hors de France. Les ruptures de charge sont trop contraignantes pour ces provinciaux.
a écrit le 29/05/2019 à 9:57 :
La premiere chose à faire et de taxer le kérosène comme les voitures LES états unis le font ce qui n'empêche mr MACRON de critiquer TRUMP qui ne signe pas la cop 21 ,,,,,,??PUIS le gouvernement en campagne permanente peut aussi prendre le train ON s'impose pas ses compétences !!!!!!!
Réponse de le 29/05/2019 à 11:08 :
Aux USA ce sont uniquement les vols intérieurs qui sont taxés.
Réponse de le 30/05/2019 à 11:48 :
Contrairement aux états-unis, la taille de l'Europe permet facilement de modifier son lieu de transit avant un long courrier ! Taxez le kerosène sur Lyon-Paris, et pour me rendre en Afrique du sud, je choisirai des vols vi Amsterdam ou via Francfort ! Taxez le kerosène au niveau de l'union européenne, et je transiterai par Londres, voire marakech !!!
Il serait plus efficace de pousser les constructeurs a travailler par exemple sur une motorisation à l'hydrogène, peut-être ??!
Réponse de le 31/05/2019 à 0:28 :
@lyonnais... euh... la RSA c'est au sud !!! Ecologiquement, il vaudrait sans doute mieux passer par Madrid.
a écrit le 29/05/2019 à 8:50 :
Analyse faible.

La suppression de l'avion sur les lignes intérieures est une évidence. Bien sur il faut inclure Paris-Londres et bien sur il faut supprimer ces liaisons pour toutes les compagnies aériennes. Et bien sur il faut travailler l'infrastructure pour accélérer les liaisons trop lentes. Il faut bien entendu avancer dans ce sens rapidement et challenger les constructeurs aéronautiques sur d'autres solutions de propulsion.
Réponse de le 29/05/2019 à 10:10 :
Ya qua, faut quon...
Réponse de le 29/05/2019 à 10:18 :
Vous n'avez pas lu l'article apparemment. "L'analyse faible" c'est d'affirmer avec aplomb que "La suppression de l'avion sur les lignes intérieures est une évidence" sans le moindre argument. L'analyse de M. Gliszczynski est pertinente et détaillée comme à chacun de ses articles, ne vous en déplaise. C'est le meilleur journaliste pour les questions sur l'aérien. A lire attentivement pour qui veut s'informer au delà des préjugés.
Réponse de le 29/05/2019 à 11:43 :
votre analyse est d'un vide...., quelle est votre réponse pour la problématique des hubs? merci La Tribune pour cet article
Réponse de le 29/05/2019 à 16:23 :
@Ya qua, faut quon...

Il vaut mieux un bon ya-ka-faut-qu-on qu'un éternel faut-pas-toucher

Et j'oubliais: il conviendrait pour accélérer tous ces chantiers, de surtaxer le kérosène sur les lignes intérieures.

N'en déplaise aux lobbys du hub
Réponse de le 30/05/2019 à 11:44 :
@Frank : "surtaxer le kerosène sur les lignes intérieures" ... donc pour mes vols vers l'Afrique du sud, vous me conseillez de boycotter Air France via CDG, et de privilégier les transits par Amsterdam, Londres ou Francfort ???
Vous êtes pour le développement économique français, apparemment !!!
Réponse de le 30/05/2019 à 18:58 :
@lyonnnais

"Ecology and Economy are the two faces of the same coin" a dit le pdg de Volvo il y a à peu près 25 ans.

En clair, jouez à pile ou face avec cette pièce ne mène à rien car elle tombera toujours sur la tranche.

Donc, cher lyonnais, votre problème de correspondance n'intéresse personne à l'échelle du problème planétaire. Résolvez-le avec un jeu de contraintes un peu moins individualiste.

Et, by the way, je vous rappelle que vous êtes aussi un européen.
a écrit le 29/05/2019 à 8:40 :
La compromission entre politiciens et lobby pétrolier ont mené nos élus à massacrer le train ces dernières décennies, il est bien évident qu'après ce long sabotage calculé il ne va pas être simple, contre en plus des politiciens aux bottes d'un puissant lobby, de retrouver de la sérénité dans la mobilité.

Mais ce serait indispensable, du coup qui va gagner entre la compromission et le bon sens ? Vu notre religion néolibérale appliquée je suis inquiet...
Réponse de le 29/05/2019 à 14:11 :
Risible. La SNCF s'est planté elle même dans le décor. Grèves à répétition, service commercial déplorable, retards, annulation, pas de place assise dans les intercités, politique commerciale illisible. Avez vous déjà essayé d'expliquer à un étranger la différence entre un Ouigo, InOui, preum's, TER, TGV, intercités, certains achetables en gare, d'autre seulement en ligne et d'autre encore sur les bornes bleues régionales, certains avec ou sans réservation? Le tout proposé par une compagnie unique ayant le monopole? La sncf est là où elle est partie elle même, pas la peine de reprocher aux compagnies aériennes d'êtres meilleures commerciales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :