Transavia, la low-cost d'Air France, va changer de PDG

 |   |  341  mots
Ce changement de têtes intervient également au moment où Air France-KLM souhaite accorder plus d'autonomie à ses filiales low-cost.
Ce changement de têtes intervient également au moment où Air France-KLM souhaite accorder plus d'autonomie à ses filiales low-cost. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Selon nos informations, Antoine Pussiau, le Pdg de la filiale low-cost d'Air France sera remplacé le 1er février prochain par Nathalie Stubler, directrice du cabinet du Pdg d'Air France-KLM et secrétaire du comité exécutif du groupe.

Changement de têtes à Transavia France, la filiale low-cost d'Air France. Selon nos informations, son PDG, Antoine Pussiau, qui arrivait à la fin de son mandat de trois ans en janvier, va quitter ses fonctions le 31 janvier 2016. Il va devenir grand patron de l'Asie d'Air France-KLM (il sera Senior Vice President Asie Pacifique), à la place de Patrick Roux, lequel devrait prendre le poste de directeur des alliances d'Air France occupé par Etienne Rachou qui va faire valoir ses droits à la retraite.

Une quadra qui a beaucoup d'expérience

Antoine Pussiau sera remplacé le 1er février par Nathalie Stubler, directrice du cabinet d'Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, et secrétaire du comité exécutif du groupe depuis 2014. Avant d'occuper ces fonctions, Nathalie Stubler était directrice générale adjointe "revenue management et programme" au sein d'Air France. Cette quadragénaire, diplômée de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussée est entrée dans le transport aérien en 1992 en intégrant Air Inter qui fusionnera en 1997 avec Air France.

Ce changement de tête intervient au moment où Transavia, sous l'impulsion d'Antoine Pussiau, a enclenché un fort développement à Orly, et cherche, avec Air France, à arracher un accord avec les pilotes d'Air France pour se développer à l'étranger en ouvrant des bases opérationnelles en Europe, à l'instar de sa sœur Transavia Holland.

Développement en Europe

Ce changement de têtes intervient également au moment où Air France-KLM souhaite accorder plus d'autonomie à ses filiales low-cost. Nathalie Stubler connaît très bien la compagnie. Elle avait travaillé l'an dernier sur le dossier Transavia Europe qui a été retiré pendant la grève des pilotes d'Air France.

Les défis sont donc multiples. Notamment sur le plan financier puisque Transavia n'a jamais été bénéficiaire depuis sa création en 2007. Mais aussi sur le plan social, avec les très fortes tensions qui existent entre le SNPL d'Air France et de Transavia, lequel a décidé lundi de «lever la paix sociale».



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2015 à 10:41 :
Si Transavia n'a jamais été bénéficiaire, et depuis 2007 ,alors autant arrêter son développement en France tout du moins, parce que si voler est un plaisir et surtout une passion pour les pilotes alors il reste les aéro clubs.
Réponse de le 06/12/2015 à 20:54 :
21% de développement en un an, ça entraine forcément des couts de lancement ! En effet, l'investissement colossal qu'une telle rapidité de développement implique, explique peut être cela...
Par contre, l'extrême concentration de Transavia France à Orly va lui être préjudiciable si un rééquilibre vers la province n'a pas lieu rapidement...
A LYS, au printemps prochain, Easyjet va rajouter à sa flotte déjà basée à Lyon, plus d'appareils que n'en a Transavia !
Réponse de le 07/12/2015 à 1:23 :
@gerardc27 :
Sur les 9 premiers mois de l'année, les comptes du groupe Air France-KLM font apparaitre un résultat d'exploitation positif !
Certes modeste (2,000,000 €), mais néanmoins positif ! ET pour une compagnie avec une telle croissance, les démarrages à perte sont forcément à prévoir : combien de lignes ont été rentables dès le début ??!
a écrit le 05/12/2015 à 3:51 :
Les pilotes du SNPL d'AirFrance n'ont pas fait X-ponts, et n'ont jamais géré le moindre centre de profits (bien au contraire, grâce à leurs grèves, ils créent surtout des pertes!).
E pourtant, ça ne les empêche pas de vouloir diriger Air France, et même Transavia, puisqu'ils vont jusqu'à s'octroyer des privilèges chez Transavia, sur le dos des pilots de Transavia !
Alors laissez donc cette nouvelle dirigeante essayer d'ôter des griffes du SNPL Air France , cette pauvre compagnie Transavia France et ses méritants salariés qui se font actuellement tondre par le SNPL Air France !!!
a écrit le 04/12/2015 à 19:00 :
donc les pilotes avaient eu raison de faire grève en 2014.Air france achète , avec de l'argent français, des avions américains et embauche des allemands pour les utiliser ! Ils veulent vraiment délocaliser l'emploi...avec la bénédiction d'un gouvernement de gauche !
Réponse de le 05/12/2015 à 7:06 :
Il va falloir revoir les fondamentaux de l'économie ... et probablement l'exemplarité.
- vous n'achetez que français ? Retournez votre smartphone et lisez la marque en tout petit, je suis prêt à rire avec vous
- laissons effectivement Ryanair et Easyjet pulluler partout en Europe ... pour achever Air France en France définitivement dans quelques années
a écrit le 04/12/2015 à 8:32 :
Magnifique ! Une X-Ponts qui n'a jamais eu la gestion d un centre de profit...
Mixité oui, diversité certainement pas...
Réponse de le 05/12/2015 à 3:58 :
@Gabaon :
Rentrée dans l'aérien depuis 1992, ça fait 23 ans d'expérience du secteur !
Directrice de cabinet et secrétaire de comité exécutif, ça ne veut pas dire qu'elle est sténo-dactylo, mais bien dirigeante !
AirFrance n'est pas vraiment un centre de profit, mais ça, c'est plutôt du côté des grèves suicidaires du SNPL qu'il faut regarder !!!
En tout cas, votre misogynie et vos procès d'intention sont lamentables !!
Réponse de le 05/12/2015 à 7:00 :
Ca y est, encore un frenchouillard pleurnicheur. Et pas très malin ... lisez bien attentivement, deux trois fois s'il le faut l'article : anciennement responsable du revenue management. Vous le trouverez bien votre "centre de profit" recherch é...
Réponse de le 05/12/2015 à 11:34 :
@ Laurent
Et vous croyez que c'est une réussite le revenue management d'Air France ?
Il y a beaucoup à dire dessus, des lignes rentables fermées des lignes non rentables qui restes ouvertes et jeter un œil du côté fret et regarder ou il en est, là ou passe les dirigeante les catastrophes en pagailles arrivent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :