Un poids lourd du transport aérien déboule au capital d'Aigle Azur

 |   |  783  mots
Pour Aigle Azur, une page se tourne avec la sortie du capital du groupe Weaving (ex-Gofast), dirigé jusqu'au début des années 2010 par son fondateur, Arezki Idjerouidene (décédé l'an dernier), puis par son fils Mezziane.
Pour Aigle Azur, une page se tourne avec la sortie du capital du groupe Weaving (ex-Gofast), dirigé jusqu'au début des années 2010 par son fondateur, Arezki Idjerouidene (décédé l'an dernier), puis par son fils Mezziane. (Crédits : REUTERS/Jacky Naegelen.)
Selon nos informations, David Neeleman, très connu dans le secteur pour avoir fondé et dirigé Jetblue, Westjet et Azul, a racheté les 30% du capital que détenait encore le groupe Weaving (ex-Gofast). Avec le géant chinois HNA, actionnaire depuis 2012, la compagnie dispose de moyens colossaux pour se développer.

Changement capitalistique d'envergure au sein de la compagnie française Aigle Azur. Selon nos informations, le groupe Weaving, anciennement Gofast, qui avait racheté Aigle Azur en 2001, a cédé sa participation de 30% qu'il détenait encore dans le capital de la compagnie à David Neeleman, une figure du transport aérien mondial.

Fondateur de nombreuses compagnies

En effet, cet entrepreneur américano-brésilien de 58 ans qui a acquis en 2017 la nationalité chypriote est le fondateur de Morris Air dans les années 80, une compagnie charter rachetée dans les années 90 par Southwest, la première low-cost américaine, mais aussi et surtout de Westjet, une low-cost canadienne partenaire d'Air France sur le Canada, de JetBlue la deuxième compagnie low-cost américaine créée en 2002 et d'Azul Airlines, une compagnie à bas coûts brésilienne lancée en 2007. David Neeleman a non seulement lancé toutes ces compagnies, il les a le plus souvent également dirigées et connaît parfaitement ce secteur. Il est aujourd'hui président d'Azul, et fait également partie du consortium qui a repris TAP Portugal en 2013.

Interrogé, un porte-parole du groupe Weaving n'a pas souhaité faire de commentaire.

Deux gros actionnaires

David Neeleman sera donc le plus gros actionnaire d'Aigle Azur après le groupe chinois HNA (48%) et l'entreprise française Lu Azur, qui avait acheté 20% du capital de Weawing en 2016. Arrivé avec beaucoup d'ambition dans le capital d'Aigle Azur en 2012, HNA qui a plutôt fait office de « sleeping partner » depuis cette date avec l'échec de son projet de relier la France à la Chine en raison des obstacles mis par les Russes pour le survol de la Sibérie. HNA n'a en effet plus remis un centime depuis son entrée dans le capital. Pour autant, selon nos sources, HNA qui ne cesse de racheter des entreprises dans le monde du transport aérien, du tourisme, et de l'aéronautique, entend rester au capital. Sur le papier en tout cas, Aigle Azur appartient à des actionnaires aux moyens colossaux. Dans tous les cas, selon plusieurs observateurs, ils devront remettre au pot pour développer la compagnie, aujourd'hui déficitaire.

Développement du long-courrier

Ce changement d'actionnaires intervient alors qu'un nouveau PDG, Franz Yvelin, fondateur de L'Avion et de La Compagnie, a pris les commandes cet été et prépare un nouveau plan stratégique pour relancer une compagnie qui sera "légèrement" en pertes cette année, selon ses propos tenus fin septembre lors d'un entretien avec La Tribune.

Ce plan passe notamment par le développement d'une activité long-courrier : la compagnie n'assure aujourd'hui qu'une activité moyen-courrier avec des Airbus A319et A320. Alors qu'Aigle Aur s'était contenté de dire qu'elle regardait « à l'ouest, au sud et à l'est », cette dernière étudierait notamment le lancement de vols vers la côte ouest des Etats-Unis (Los Angeles, San Francisco) mais aussi des destinations en Extrême-Orient (Hongkong). La compagnie française lorgnerait des Airbus A330-200 de feu Air Berlin, aujourd'hui dans les mains de leurs propriétaires, des sociétés de leasing. Reste à voir, si le nouvel actionnaire a pris part ou pas à ce plan stratégique.

Une page se tourne

Pour Aigle Azur, une page se tourne avec la sortie du capital du groupe Weaving (ex-Gofast), dirigé jusqu'au début des années 2010 par son fondateur, Arezki Idjerouidene (décédé l'an dernier), puis par son fils Meziane. A son arrivée à la tête d'Aigle Azur en 2001, cantonnée jusque-là aux vols charter, ces derniers ont spécialisé la compagnie sur des marchés de niche en lançant des vols réguliers vers l'Algérie. Aujourd'hui la compagnie dessert aussi le Portugal, le Mali, le Sénégal, le Liban mais également l'Allemagne et prochainement la Russie (à partir de décembre 2017) au départ de 6 villes françaises. Aigle Azur transporte chaque année près de 2 millions de passagers.

| Lire Aigle Azur : itinéraire d'un PDG qui a commencé avec 10.000 francs

Partenariat avec Corsair

L'arrivée de Davide Neeleman intervient alors qu'Aigle Azur a annoncé ce mardi un rapprochement avec Corsair (qui cherche un actionnaire) sous la forme d'un accord de code-share sur la ligne Paris-Bamako à partir du 30 janvier 2018 et sur les villes en correspondance avec la mutualisation de la gestion des escales de de Bamako et de Dakar et la commercialisation des vols au Mali et au Sénégal. Par ailleurs,

L'agence d'Aigle Azur située place de la République à Paris doit accueillera très prochainement un corner Corsair afin d'assurer la vente des vols de cette dernière. Enfin, les clients de classe affaires d'Aigle Azur auront très prochainement accès au nouveau salon business Corsair à Orly.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :