à Lyon, le marché est prêt à repartir

 |   |  408  mots
Lyon n'a pas échappé à la déprime du marché de l'immobilier d'entreprise, mais a bien résisté.

La demande placée en 2009 (164.000 m2) est en recul de 30 % par rapport à 2008 qui avait été une très bonne année après le record toute catégorie de 2007 (287.000 m2 commercialisés et 1,13 milliard d'euros investis). En réalité, l'année de crise 2009 se situe au niveau de 2004 : « C'est une année moyenne pour le marché lyonnais », estime Didier Terrier, président de la FNAIM Entreprise.

L'un des faits marquants reste la pôle position prise par le nouveau quartier Confluence. Avec 30.000 m2 placés environ, il a dépassé La Part-Dieu et se pose désormais en challenger du quartier d'affaires « historique » de Lyon. Autres caractéristiques, on note une réduction des surfaces supérieures à 5.000 m2 (14 % des transactions contre 22 % en 2008). Côté utilisateurs, les secteurs public-para-public et les services aux entreprises ont soutenu la demande, tandis que les clients traditionnels banques/assurance et industries pharmaceutiques s'effondraient à 4.000 m2 (45.000 m2 en 2008). Enfin, DTZ note que l'offre de bureaux disponibles (363.000 m2) et le taux de vacances (6 à 7 %) ont conduit à « des valeurs locatives en baisse légère, entre 2 et 5 % ». L'investissement en baisse de 44 % (450 millions d'euros, dont 62 % hors de France) a aussi fortement subi l'impact de la crise économique.

 

Demande en hausse

2010 s'annonce sous des auspices plus favorables, selon les professionnels. Déjà, le deuxième semeste 2009 avait terminé très fort avec une nette hausse de la demande placée et des investissements. « Depuis cinq mois, on a enregistré une quarantaine de demandes supérieures à 1.000 m2 équivalent à 200.000 m2 environ », précise Laurent Vallas, directeur de Jones Lang LaSalle Lyon. Idem pour les investissements : « On a 100 millions d'euros de propositions d'investisseurs », calcul-t-il, optimiste. 95 % de la production à l'horizon 2013 (185.314 m2) sera livrée en 2010 et il prévoit même « une paralysie du marché et des tensions dans les secteurs Confluence, Part-Dieu, Vaise et Nord-Ouest ».

L'année en cours devrait donc voir une reprise d'activité pour répondre à un « équilibre maîtrisé » entre l'offre neuve et la demande d'ici à 2013. En attendant, comme le symbole d'un marché dynamique retrouvé, Lyon va inaugurer le 2 juin la Tour Oxygène (28.000 m2 de bureaux plus 11.000 m2 de commerces) développée par Sogelym Steiner. Et au Mipim, le Grand Lyon présentera ses trois pôles immobiliers phares : La Part-Dieu, avec la livraison confirmée en 2013 de la nouvelle tour Incity (40.000 m2 de bureaux), la plus haute de la ville (200 mètres) ; Confluence à Lyon (170.000 m2 de bureaux) et Le Carré de Soie à Vaulx-en-Velin (environ 500.000 m2 de tertiaire).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :