Hydrogène : après l'Allemagne et l'UE, la France se réveille enfin !

 |   |  1613  mots
(Crédits : DR)
Le président de la République et le Premier ministre n'ont qu'un mot à la bouche : l'hydrogène. Si les professionnels de la filière s'en félicitent, ils appellent Emmanuel Macron et Jean Castex à passer des paroles aux actes.

Il l'a répété trois fois. Lors de l'interview du 14-Juillet, le président de la République Emmanuel Macron a évoqué, à trois reprises, la filière hydrogène. De même, devant le Sénat le 16 juillet, le Premier ministre Jean Castex a promis d'investir dans les technologies vertes de demain, prenant l'hydrogène en exemple. Et ce après l'Union européenne qui a présenté le 8 juillet son plan de développement de l'hydrogène propre, et surtout après l'Allemagne qui a annoncé dès le 11 juin mettre 9 milliards d'euros sur la table dans ce domaine.

Autant dire que les déclarations des deux têtes de l'exécutif français satisfont les professionnels du secteur. Ainsi, le député (LREM) de Dordogne Michel Delpon, qui préside depuis avril 2019 le groupe d'études sur l'hydrogène à l'Assemblée nationale, ainsi que sa conseillère parlementaire Inès Loughraieb appellent à "donner une impulsion" à une filière "très dynamique". L'élu a d'ailleurs remis une note au chef de l'Etat ainsi qu'un rapport à Jean Castex dès la nomination de ce dernier à Matignon. Président de l'association française de l'hydrogène et de la pile à combustible (AFHYPAC, 190 membres), Philippe Boucly dit, lui, "attendre la fumée blanche". Autrement dit, des annonces plus concrètes d'ici à la fin du mois de juillet ou en septembre, comme le déblocage d'espèces sonnantes et trébuchantes.

D'énormes montants en jeu

Car depuis le 1er juin 2018 et le lancement du plan Hydrogène de 100 millions d'euros par l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, l'Etat n'a pas réinjecté de liquidités pour soutenir le chemin tracé par les industriels du secteur. Air Liquide et Toyota vont en effet multiplier par 6 le nombre de taxis Hype qui roulent à Paris d'ici à la fin de l'année, Michelin et Faurecia se sont alliés pour renforcer SymbioFCell, leader européen de la pile à combustible, et EDF a lancé sa filiale Hynamics avant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2020 à 10:24 :
Tant qu'il n'y aura pas une production à coût extrêmement bas d'hydrogène propre (c'est à dire par électrolyse avec de l'électricité renouvelable) plutôt que de l'hydrogène produit à partir du gaz naturel avec rejet de C02 comme la quasi totalité de sa production actuelle, il n'y aura aucun filière hydrogène viable en tant que vecteur d'énergie et surtout il sera incapable d'être plus performant que le tandem réseau électrique - batteries.
Il y a une vidéo en anglais assez claire sur la chaine YouTube REAL ENGINEERING sur le sujet. C'est on ne peut plus clair.
a écrit le 20/07/2020 à 3:38 :
Micron, c'est comme la cavalerie, quand il arrive c'est trop tard.
a écrit le 19/07/2020 à 19:44 :
Cette filière c’est du grand n’importe quoi comme la majorité des commentaires. Quelle est la durée de vie d’une pile à combustible ? Comment amène t on l’hydrogène dans les stations? Quelles pertes en électricité par rapport à la recharge directe d’une batterie? Quelle coût d’une pompe à hydrogène ?
Quand vous aurez trouvé ces informations vous comprendrez que l’hydrogène par rapport à la batterie n’a pas beaucoup d’avenir. Si on vous les cache, c’est à raison.
Pour la batterie, les réponses sont les suivantes: 1,6 millions de km, le réseau électrique existe déjà, dans toutes les maisons, une borne de recharge rapide coûte moins de 50k€
Réponse de le 20/07/2020 à 18:53 :
Vous devriez taper "pile à combustible" dans google. Ca vous éviterez de dire n'importe quoi sur ce forum... et de comparer une pile à hydrogène à une batterie de voiture ou a une pile alcaline ! A moins que vous ne soyez un troll ...
a écrit le 19/07/2020 à 17:47 :
L'hydrogène pour la voiture électrique est l'aboutissement de la voiture électrique. La voiture électrique à prise n'a pas d'avenir, pour la simple raison qu'il faudrait un nombre de prises invraisemblable , des files d'attentes dans les stations, tirer des lignes électriques et une production d'électricité importante voire incompatible avec l'arrêt des centrales nucléaires.
Les voitures électriques actuelles ne peuvent être fonctionnelles qu'avec une possibilité de recharge sur leur base, pour des parcours bien délimités et en aucun cas pour des utilisations polyvalentes comme le font la grande majorité des automobilistes.
a écrit le 19/07/2020 à 16:33 :
L'hydrogène, c'est bien, je suis pour. Il faut juste avoir conscience que son EROEI est bien inférieur à celui du fossile et pour l'hydrogène issu des ENR, de facto inférieur à celui des ENR. Cela signifie donc un coût de production supérieur et une baisse du PIB quand on remplace les énergie fossiles actuelles par l'hydrogène (pour rappel, notre PIB dépend de l'énergie consommée). Cette baisse de PIB ne me dérange pas, il faut juste savoir où l'on va pour anticiper les effets secondaires.
a écrit le 19/07/2020 à 16:15 :
Cela va faire pschitt comme leur iniative sur le Cloud ou le moteur de recherche européen qui devait concurrencer google ... On avait aussi eu Bull, qui devait concurrencer IBM ...C'est un problème de personnes ...et de capital.
a écrit le 19/07/2020 à 15:23 :
Oui vive l'hydrogène en France et en Europe. Vive l'economie decarbonee et une économie qui utilise le nucléaire pour produire de l'hydrogène et supprime les déchets nucléaires. À l'horizon 2050 il faudra développer des infrastructures autoroutières et routières pour plus de production d électricité et d' hydrogène en France. Le bon vieux pétrole et la dynastie dallas on le laissera à Trump et aux ricains. On aura plus besoin des monarchies du pétrole d'Arabie saoudite et du Qatar. Oui il nous faut une économie decarbonee qui ne pollue pas l'atmosphère et la planète. Vive l'hydrogène !
a écrit le 19/07/2020 à 13:48 :
Trolls ou ignorants ? 95% des commentaires sur cet article révèlent l'ignorance du grand public sur la réalité de l'hydrogène et le potentiel de cette technologie.
Ce vecteur permet tout simplement d'atteindre le bilan carbone le plus bas en s'appuyant sur les énergies renouvelables (maintenant 2 fois moins chères que du nucléaire).
De plus on peut construire des filières locales. Cela permet la relocalisation des emplois et l'autonomie énergétique des territoires.
Dans 5 ans le coût global sur toute leur durée de vie des véhicules hydrogène deviendra inférieur à celui d'un véhicule à combustion.
Pourquoi dénigrer une telle opportunité ?
Je ne vois que l'ignorance ou l'obscurantisme pour s'y opposer.
a écrit le 18/07/2020 à 14:28 :
C'est un peu comme LA solution pour les voitures, le Diesel ou LA solution pour avoir l’électricité bon marché et illimité, le Nucléaire. On va payer très cher ces choix.
Aujourd'hui l'hydrogène est LA solution pour tout le stockage d'électricité, ceci va mal finir et nous payerons le prix.
a écrit le 18/07/2020 à 10:36 :
Oui mais comment lier une telle innovation à la combustion gratuite avec la cupidité des actionnaires milliardaires ? On se doute que c'est sur ça que doit plancher notre consortium européen financier et dès qu’ils auront trouvé ils nous l'imposeront.

Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans même agonisant.
a écrit le 18/07/2020 à 8:51 :
L'hydrogène est propre , tout le monde applaudit. Et on le fabrique comment le dihydrogène ? C'est comme la voiture électrique, si la source d'énergie n'a pas un bilan carbone correct la voiture n'est pas propre. Après effectivement si tout ce qui intéresse les gens est que l'air des villes soit plus propre , oui c'est une solution, mais moi je parlais à l'échelle de la planète...
a écrit le 18/07/2020 à 8:05 :
Le monde dispose d'une quantité énorme de gaz naturel à consommer. Des entreprises utilisent déjà des piles à combustible au gaz naturel pour fabriquer leur électricité. Pas besoin de fabriquer de l'hydrogène car ce gaz doit être consommé pour éviter une catastrophe écologique s'il est un jour libéré dans l'atmosphère. Pour le transport, il n'y a rien de mieux que la batterie au niveau sécurité et facilité d'utilisation, surtout avec les progrès réalisés. Ce qui je pense dérange l'état et les lobbies, c'est qu'on puisse faire le plein chez soi...
Réponse de le 19/07/2020 à 12:18 :
Bien que la pile à combustible soit certainement une des meilleures solutions il faut quand même tenir compte de quelques données: rendement électrique ~ 30 à 40% rendement thermique ~ 50% en clair ça chauffe beaucoup et ça produit de l'électricité accessoirement. C'est donc une bonne solution pour une installation fixe (pourquoi pas centralisée) mais pour un véhicule, si la propulsion est uniquement électrique le rendement final ne sera pas meilleur qu'un thermique et l'on devra évacuer pas mal de chaleur....ou il faudra le coupler à une machine thermodynamique (un stirling par exemple) et on aura une usine à gaz au sens littéral du terme. Ce n'est donc pas gagné pour un véhicule. Par contre pourquoi ne pas utiliser ce même gaz dans une turbine à régime constant entraînant une chaîne génératrice/moteur électrique comme cela se fait déjà en matière ferroviaire...Ceci dit, ça reste un émetteur de CO2.
a écrit le 18/07/2020 à 7:15 :
Piste excessivement dangereuse!
Le risque est en effet énorme de voir tout cet hydrogène se combiner pour former du dioxyde d'hydrogéne, substance absolument mortelle pour l'être humain, puisqu'il suffit d'en respirer seulement quelques litres pour périr d'asphyxie!
Et il suffit de peu de chose, la moindre étincelle, pour déclencher la formation de ce composant mortel!
M. Macron le sait-il?
a écrit le 17/07/2020 à 22:32 :
L'hydro gène ! Mais ça va pas d'urée !
a écrit le 17/07/2020 à 22:24 :
La seule solution, c'est de refaire du nucléaire avec des centrales qui ne risquent pas d'exploser (ça existe maintenant) et de faire avec de l'hydrogène (ce qui permettrait d'améliorer grandement notre respiration).
a écrit le 17/07/2020 à 22:16 :
L' H2 est très certainement l'avenir à terme de tt transport électrique sur rte et dc la voiture électrique.
Au delà des pbs de stockage d'H2 embarqué et d'acheminement de ce vecteur énergétique et de sa distribution sur les lieux de consommation, la question la plus importante est sa production future de masse qui doit obligatoirement être decarbonee si on ne veut pas polluer les campagnes au profit des villes avec d'énormes sites de reformage de GN (analogues à des raffineries), à la fois energivores et produisant du CO2.
Car pour produire des qtites industrielles d'H2 analogues aux dérivés du pétrole nécessaires au transport thermique, les capacités naturelles de confinement du CO2 ne suffiront probablement pas, à moins de trouver à le piéger d'une manière économique ss forme de carbonates que l'on évacue au fond des mers.
H2 vert produit en masse par électrolyse (avec un faible rendement énergétique ) nécessitera de pléthoriques installations d'ENR aptes à défigurer d'immenses surfaces paysagères littorales ou rurales, à moins de relancer une filière électro nucléaire spécialement dédiée, un choix politique anti écolo mais crédible pour répondre au défi climatique.
a écrit le 17/07/2020 à 20:24 :
Actuellement l'hydrogène est produit par réformage d'hydrocarbures (gaz naturel).
a écrit le 17/07/2020 à 19:55 :
@churchill
Avec une Zoé donnée pour quasiment 400km, vous faites à l'aise 300km. Largement suffisant pour la plupart des déplacements.
Et il y a de plus en plus de bornes de recharge rapide. Quant à l'hydrogène, pour remplacer le pétrole, c'est la seule solution si on veut mettre un carburant dans un réservoir. Ce qui n'est pas sans danger si des quantités importantes doivent être embarquées, dans un avion par exemple.
Réponse de le 17/07/2020 à 22:25 :
Bravo ! Enfin des perspectives pour l'hydrogène....
Quand on voit ces gogos qui achètent des voitures électriques avec 200 KMS d'autonomie.
Ces mêmes gogos qui redoutaient de voir leurs enfants commander des Jouets à piles au Père Noel..
Bref, la batterie même chez Tesla n'a absolument rien de révolutionnaire....
Alors, on regrettera Rudolf Diesel et son magnifique moteur.
Je finirai ma vie sans voiture electrique je vous le jure mais si un moteur a hydrogène apparait dans les années à venir, alors je casserai pas tirelire.
All the best...
a écrit le 17/07/2020 à 19:34 :
Superbe escroquerie pour gogos . On en reparle d'ici 2 ans maximum
Réponse de le 17/07/2020 à 19:59 :
@ Léon
On en reparlera sûrement le jour où il n'y aura plus de pétrole, ce qui ne manquera pas d'arriver. La plupart des puits on atteint le pic de Hubbert et les pétroles non conventionnels dont ni en odeur de sainteté...ni rentable en dessous d'un certain seuil se l'hydrogène pourrait atteindre rapidement.
a écrit le 17/07/2020 à 18:37 :
les leaders mondiaux c'est Linde et air liquide
les allemands ont compris leur avantage, les francais ont pris le temps; mieux vaut tard que jamais
et ca sera certaienemnt plus ecolo et plus pratique que la voiture electrique qui a 100 km d'autonomie
Réponse de le 17/07/2020 à 19:52 :
Y a quelques années, j'avais lu qu'Air Liquide avait un contrat avec l'Allemagne pour installer des pompes à hydrogène dans les "stations service" allemandes, mais ça a peut-être été retardé, j'en ai pas vu l'an passé, depuis le temps ça aurait du avancer.
Stocker l'électricité en excès par électrolyse c'est attirant au lieu de la perdre (quand personne n'en veut il faut la détruire/consommer stérilement), et avec les véhicules à batteries, c'est intéressant tant qu'il y en a peu mais le jour où on veut recharger, ça ne prendra que 20-30 minutes sauf que si trois autres voitures attendent devant on repartira dans 1h30 au mieux. Peu de véhicules peu de bornes ça peut aller, plus de bornes mais dix(cent) fois plus de véhicules, aïe. Charger chez soi, ça va, y a le temps (nuit) mais ça réduit les longs voyages, ou faut pas être pressé. Usage plutôt local, les batteries. Vive H2 !! :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :