Des contrats d'assurance pour mieux supporter la dépendance

Le coût de la dépendance peut être très élevé pour les classes moyennes et populaires dont les retraites s'amenuisent alors que la durée de vie augmente. En plus des assurances collectives, les compagnies proposent des contrats individuels offrant des prestations à l'assuré comme à ses proches.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Malgré les campagnes d'information, la dépendance ne fait pas partie des thèmes au centre des préoccupations des Français. Pourtant, elle est appelée à concerner de plus en plus de monde. Selon les dernières projections effectuées par l'Insee, d'ici à 2040, le nombre de personnes dépendantes devrait augmenter de plus de 50% (soit 1200000 personnes, contre 800000 actuellement). Une situation au coût non négligeable. « Le logement dans une maison de retraite médicalisée coûte en moyenne 2300 euros par mois, le coût du maintien à domicile d'une personne dépendante étant sensiblement voisin, tandis que les retraites perçues sont en moyenne de 1200 euros par mois et que l'allocation d'aide personnalisée à l'autonomie [APA] versée sous condition de ressources s'élève au maximum à 500 euros par mois, il reste donc à trouver pour les personnes en situation de dépendance 600 euros par mois », indique Jean-François Ropelewski, directeur marketing d'AG2R La Mondiale.

Une mauvaise prise en charge collective

L'enjeu est tel, en termes de santé publique et de paupérisation des personnes âgées, qu'il interpelle les pouvoirs publics sans pour autant que cela ne se soit, pour l'instant, traduit par des mesures concrètes. Mais les particuliers ne sont tout de même pas totalement démunis face à cette situation, la dépendance peut être en effet prise en charge par une assurance. Celle-ci peut être collective et proposée par les entreprises à leurs salariés, mais aussi et surtout individuelle. « De nombreuses personnes sont couvertes par des contrats collectifs. Ces derniers ne proposent cependant qu'une rente très modeste de quelques dizaines d'euros par mois car il s'agit de contrats en inclusion c'est-à-dire de contrats proposant des garanties associées à un contrat de prévoyance ou à une mutuelle santé », précise Jérôme Grivet, directeur général de Crédit Agricole Assurances.
Selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) publiée en 2008 sur les contrats d'assurance dépendance, les contrats collectifs permettent d'obtenir au mieux une rente de 250 à 300 euros par mois pour une cotisation de 100 à 150 euros par mois dont la moitié est à la charge de l'employeur. Encore faut-il pour cela avoir cotisé suffisamment tôt et ne pas avoir changé d'employeur car ces contrats ne sont pas transférables. Pour être certain d'être couvert, mieux vaut opter pour un contrat individuel. Les principaux intervenants dans ce domaine sont AG2R La Mondiale, le Crédit agricole via sa filiale d'assurance. Le Crédit agricole a lancé au mois de septembre une nouvelle campagne à ce sujet. « Nous venons de créer "Vers l'autonomie", une offre innovante pour prendre en charge la dépendance. Elle comporte une garantie financière, une offre d'assistance et de répit et un volet prévention. C'est une offre intergénérationnelle, car elle propose des prestations pour l'assuré, mais aussi pour ses proches et, enfin, elle couvre à la fois la dépendance partielle et la dépendance lourde. Avec "Vers l'autonomie", nous évaluons le niveau de dépendance à travers la capacité de l'assuré à réaliser cinq actes de la vie quotidienne, faciles à constater, comme l'impossibilité de s'habiller ou de se laver. La garantie financière se déclenche si deux ou trois actes ne sont plus réalisés. On considérera alors le souscripteur comme partiellement dépendant. Lorsque quatre, voire les cinq actes ne sont plus réalisés, il s'agit d'une dépendance totale », précise Jérôme Grivet.
Cette approche se substitue à celle des grilles d'évaluation (GIR 1 à 6) qui servent notamment pour la fixation de l'APA mais peuvent parfois donner lieu à contestation. En cas de dépendance, une rente est versée au souscripteur. « Un souscripteur qui a 50 ans et qui verse 50 euros par mois peut se voir verser en cas de dépendance une rente de 700 euros par mois », indique Jérôme Grivet. Un service d'assistance pour rechercher des professionnels, entamer des démarches administratives est également fourni ainsi qu'un site d'information et de prévention afin de retarder l'entrée en dépendance. Par ailleurs, un capital peut également être versé à l'assuré qui souhaite rester à son domicile afin d'équiper son habitation. Enfin, le souscripteur qui a un parent dépendant peut recevoir un capital de 1000 euros pour embaucher ponctuellement une personne qui puisse prendre le relais. Ce produit prend en charge la dépendance dans son intégralité; d'autres acteurs proposent le même type de services mais dans des produits différents ou avec options.

Des moyens pour éviter de cotiser à fonds perdus

AG2R La Mondiale propose deux produits : un produit classique à tiroirs avec différentes options et un produit d'épargne. Le premier consiste à prélever une cotisation mensuelle et à verser une rente en cas de dépendance comprise, selon les cotisations choisies et l'âge des premiers versements, entre 300 et 4000 euros. « La plupart des rentes versées sont comprises entre 600 et 800 euros par mois », précise Jean-François Ropelewski. Des options sont également possibles. « On peut ajouter en option le versement d'un capital pour équiper le domicile et un service d'assistance pour la recherche des intervenants », poursuit Jean-François Ropelewski. AG2R propose aussi un produit qui combine épargne et garantie dépendance. « Certaines personnes ne souhaitent pas cotiser à fonds perdus, nous proposons donc un contrat qui peut se transformer en produit d'épargne. À 85 ans, si la personne n'est pas entrée en dépendance, elle peut choisir de rester garantie et de percevoir en plus une partie de son effort d'épargne ou de ne pas recevoir cette épargne et de doubler sa rente en cas de dépendance », indique Jean-François Ropelewski. Enfin, le groupe a lancé l'an dernier une offre en direction des aidants, à savoir un site communautaire d'échange ainsi qu'une couverture en cas d'hospitalisation de l'aidant : la personne dépendante sera alors prise en charge par un tiers pendant quinze jours. La dépendance devient de plus en plus un problème intergénérationnel.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.