Luxembourg : 889 millions d'euros au km2

 |   |  1837  mots
Palais du Luxembourg / Reuters
<b>LE CONTEXTE - </b>Confrontée à l'avalanche de réglementations qui déferle sur l'industrie fi nancière européenne, la place de Luxembourg doit réa° rmer son rôle et défendre sa singularité.<br /> <b>L'ENJEU - </b>Le grand-duché veut élargir sa clientèle d'investisseurs et de grandes fortunes vers l'Asie, le Moyen-Orient et l'Amérique latine.

«Il y aurait un livre à écrire sur les idées fausses qui courent à propos du Luxembourg. » Cette remarque amusée d'un banquier luxembourgeois traduit assez bien le sentiment général des milieux financiers du grand-duché, celui de n'être pas toujours reconnu comme l'une des grandes places financières européennes.
Avec 512.000 habitants, dont près de la moitié sont étrangers, une population active de 358.000?personnes, frontaliers compris, le Luxembourg ne boxe pas dans la même catégorie que ses grands voisins et partenaires de la zone euro. Le principal employeur du grand-duché est le groupe ArcelorMittal (5.960?salariés), juste devant le groupe BNP Paribas, qui contrôle la première banque du Luxembourg, BGL (4.110 salariés). Car, avant de devenir une place fi nancière, le Luxembourg était un pays de mineurs et de sidérurgistes.
Dans la crise de la zone euro, à un moment où l'on évoque de plus en plus la perspective d'une supervision des banques européennes par la BCE, alors que la taxe sur les transactions financières a les meilleures chances d'entrer en vigueur - au moins dans certains pays de l'Union européenne - et que l'échange d'informations fiscales entre pays membres...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :