Pierre Cardin veut-il couler Venise ?

 |   |  865  mots
Né dans la province de Trévise, à une vingtaine de kilomètres de Venise, le couturier français revient au pays avec un projet architectural qui divise. [TIZIANA FABI / AFP]
Né dans la province de Trévise, à une vingtaine de kilomètres de Venise, le couturier français revient au pays avec un projet architectural qui divise. [TIZIANA FABI / AFP]
Une tour de 250 m de haut érigée en bordure de la cité des Doges. Pour les uns, le projet du couturier Pierre Cardin pose la question de la coexistence d'une cité historique avec un édifice moderne. Pour les autres, c'est une occasion inespérée de relancer la vie économique et de sortir de la monoculture touristique.

Aucun doge n'a jamais eu une telle audace. À 90 ans, le couturier français d'origine italienne Pierre Cardin sème depuis quelques semaines le trouble dans la lagune en projetant d'ériger un gratte-ciel de 250 mètres de hauteur à l'entrée de Venise et d'offrir ainsi à la Sérénissime un dégagement vertical sans commune mesure avec les clochers des églises locales ou l'imposante coupole de « la Salute » à l'entrée du Grand Canal. « Je veux offrir à Venise un grand jardin pour l'éternité », a expliqué le styliste venu présenter, voici quelques semaines en Italie, son projet de tour ultramoderne et écologique. La mairie a déjà donné son accord. Mais dans les cafés vénitiens, l'idée provoque perplexité, critiques et interrogations.

« On ne la verra pas depuis Venise »

Depuis longtemps, l'Arsenal, poumon économique de la cité, qui pendant des siècles a fourni à la République maritime des navires performants capables de défier les tempêtes et d'aborder les côtes les plus hostiles et reculées, a fermé ses portes. Et la modernité n'a plus vraiment droit de cité dans ce fragile ensemble urbanistique et artistique unique au monde. Au siècle dernier, l'activité industrielle et...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2012 à 10:03 :
Vraiment à gerber !
Quelque part dans la Vénétie, à la limite, on peut y réfléchir. Mais là, juste en bordure de Venise...
a écrit le 25/09/2012 à 15:01 :
Un grand jardin, c'est surtout du fer, du verre et du béton d'après ce que je vois de l'illustration qui doit être certainement "non contractuelle" je suppose...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :