Droite, dévaluation, dette grecque, contre-vérités, régimes fiscaux...

 |  | 427 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters. Nicolas Sarkozy, comme la plupart des dirigeants de droite, se réclamait du libéralisme. Mais n'a pas hésité à s'en détourner.
Copyright Reuters. Nicolas Sarkozy, comme la plupart des dirigeants de droite, se réclamait du libéralisme. Mais n'a pas hésité à s'en détourner. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les doctrines économiques et leur application restent un grand sujet de débat. C'est pourquoi l'économiste Serge Schweitzer regrette que la droite française se soit détournée du libéralisme par manque de courage. Le courage, c'est justement ce que prône un autre économiste, Jean-Luc Gréau, pour sortir de la crise, avec une solution jusqu'à présent rejetée : la dévaluation de l'euro. A moins qu'un nouvel effacement de la dette grecque, que l'Expansion appelle de ses voeux, évite d'en arriver là...

Chaque jour, La Tribune propose une liste de liens qui réunit les articles qu'elle juge les plus pertinents sur la Toile pour éclairer l'actualité.

La droite française est-t-elle vraiment libérale ? Serge Schweitzer, un économiste français professeur à St-Cyr, analyse sur le site Contrepoints pourquoi la droite s'est progressivement détournée du libéralisme.

"La dévaluation est le préalable à toute solution de sortie de crise". A l'occasion de la sortie de son livre "La Grande...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :