Présidentielle 2012 : les candidats probables soumis au "stress test" de Greenpeace

 |   |  481  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Greenpeace, qui entend mettre les problématiques vertes au cœur du débat pour la présidentielle de 2012, a noté les engagements dans le développement durable des futurs candidats. Un classement forcément subjectif.

Alors que les débats présidentiels sont à leurs prémices, Greenpeace lance son « stress test des candidats à la présidentielle ». Objectif ? Eclairer les ambitions « vertes » des candidats probables. L?outil de mesure de l?ONG, lancé lundi, tient compte des points de vue des candidats mis en avant jusqu'à présent que ce soit sous forme de programme officiellement publié ou relatif à des prises de positions publiques.

Pour compléter son analyse, Greenpeace leur a adressé un questionnaire qui comporte un volet sur le nucléaire, un autre relatif à la dépendance aux énergies fossiles et un dernier qui pose la question du développement des alternatives. Des questions précises telles que l?abandon du projet d?EPR a Flamanville leur sont adressées.

Parmi les bons élèves, tous sont de gauche. En tête de liste figurent Martine Aubry, Eva Joly et Philippe Poutou du nouveau parti anticapitaliste. Leur point commun : ils se sont engagés pour une sortie prochaine du nucléaire en France. D?autres demeurent plus mesurés, Greenpeace les classe parmi les attentistes. Ségolène Royal, Manuel Valls, Dominique de Villepin et François Hollande en font partie. Ils envisagent la question de la sortie du nucléaire comme une alternative mais aucun n?adopte un parti pris définitif sur la question. « La question de l?abandon plus rapide du nucléaire devrait être posée lors d?un référendum », a fait valoir Dominique de Villepin dans sa réponse à Greenpeace.

Nicolas Sarkozy qui avait déclaré que « sortir du nucléaire reviendrait à "se couper un bras" », dans le monde le 28 avril 2011, se classe parmi les « rétrogrades ». Le rapport précise toutefois que « les personnalités qui n?auraient pas apporté de réponses, sont classées, dans l?attente de leur réaction, dans la catégorie rétrograde ». Les centristes François Bayrou et Jean Louis Borloo n?ont pas non plus adressé de réponse à l?ONG. Le rapport de Greenpeace a désapprouvé le silence radio de l?ancien ministre de l?environnement qui déclarait sur RMC le 31 mai 2011, « On paye une énergie moins chère (le nucléaire), l'évolution ne peut être que lente ».

Concernant la réduction de la part  du nucléaire en France certains envisagent une réduction progressive avec un « objectif un maximum de 50 % de notre production électrique assurée par le nucléaire dans 20 ans », comme l?a spécifié Dominique de Villepin à Greenpeace. Martine Aubry estime quant à elle que la réduction de la part de l?énergie nucléaire dans la consommation des français prendra 20 ou 30 ans. Mais d?autres, comme François Bayrou, doutent de la viabilité des alternatives et suggèrent un renforcement de la sécurité dans les centrales, faute de mieux.

Accéder aux résultats des stress tests

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2011 à 14:35 :
Je soutiens Greenpeace quand ils défendend les animaux en péril d´extinction comme les baleines, quand ils sensibilisent les gens sur la pollution, sur les problémes écologiques, sur les risques du nucléaire et sur la nécessité de renforcer leur sécurité.

Par contre je ne les soutiens plus quand ils affichent leurs convictions politiques.

Ce classement est stupide.
En plus, il n´a aucun fondamental scientifique: ils appelle ça une analyse... il suffit d´aller au bistrot du coin pour avoir quelque chose de plus rigoureux (et un bon demi bien mousseux).
a écrit le 01/09/2011 à 12:41 :
Je trouve ce test un peu réducteur puisqu'en lisant l'article on a l'impression qu'il porte essentiellement sur le nucléaire. Non pas que cette source d'énergie ne constitue pas un enjeu de taille dans une perspectives de développement soutenable et propre, mais il est loin d'être le seul ! Si un candidat considéré comme 'bon élève' par Greenpeace est un candidat promettant la sortie du nucléaire sans proposer de stratégie alternative viable et qu'il n'aborde pas non plus les autres enjeux environnementaux et sociaux, ce classement me parait alors bien peu cohérent.
Réponse de le 06/05/2013 à 6:55 :
Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt.

La "stratégie alternative" c'est de brûler du charbon et du gaz (importés).

Pour le coté "viable", ça dépend du point de vue; pour la limitation des émissions de CO2 ce n'est pas "viable", mais les Verts-Greenpeace ont clairement montré qu'ils mettaient ce problème bien derrière le problème du minuscule risque d'accident nucléaire grave.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :