« La protection de l'environnement se doit d'être rentable »

Bertrand Piccard explique que son projet d'avion solaire illustre la difficulté « d'économiser l'énergie tout en produisant de l'énergie propre ».

4 mn

(Crédits : REUTERS)

Au travers de votre projet quel est le message que vous souhaitez transmettre ?

Mon message est très clair, c'est que les technologies que nous utilisons pour Solar Impulse ne sont pas des technologies futuristes et que tout le monde peut les utiliser. Ces technologies nous permettent de voler de jour comme de nuit sans carburant. Si elles étaient appliquées de façon générale dans nos sociétés, elles nous permettraient d'économiser immédiatement 50 % de la consommation d'énergies fossiles et de produire la moitié de ce qui reste avec des énergies renouvelables. J'ai initié le projet Solar Impulse pour démontrer que les solutions énergétiques, les solutions respectueuses pour l'environnement, les solutions politiques pour un monde meilleur sont des solutions optimistes, enthousiasmantes et motivantes, qui permettent de sortir du pessimisme ambiant. J'ai choisi l'aviation parce que l'aviation fait rêver, draine des passions.

Il y a donc, selon vous, un lien entre économie d'énergie et production d'énergie verte ?

Solar Impulse en est la parfaite illustration concrète puisque l'avion produit sa propre énergie avec du solaire mais ne fonctionnerait pas s'il était gourmand en énergie. Cet avion met donc en évidence cette dualité qui implique la nécessité impérative d'économiser l'énergie tout en produisant dans le même temps de l'énergie propre.

L'exemple de Solar Impulse est-il transposable au niveau d'un pays ?

Je ne cesse d'entendre que les énergies renouvelables ne pourront jamais compenser les énergies fossiles et qu'elles sont trop chères. Ces arguments sont faux. Tant qu'on gaspillera de l'énergie, les renouvelables ne pourront compenser ce gaspillage. Il faut donc d'abord économiser en isolant les bâtiments, en modernisant les systèmes de chauffage, en utilisant des systèmes d'éclairage sobres, en mettant des moteurs hybrides ou électriques dans les voitures... Procéder ainsi, c'est créer de nouveaux emplois, des nouveaux produits, donc de nouveaux marchés, le tout permettant d'améliorer le niveau de vie, de donner du pouvoir d'achat. Et surtout, in fine, d'améliorer nos balances commerciales puisque chaque euro qui n'est pas dépensé à l'étranger pour acheter du pétrole, du gaz ou du charbon peut être investi chez nous dans les technologies vertes.

Cependant les énergies respectueuses de l'environnement sont plus chères que les énergies fossiles...

Aujourd'hui, le prix du solaire ou de l'éolien est momentanément plus cher que celui des énergies fossiles. Mais pas leur coût. Parce que, lorsque vous payez le prix du solaire ou de l'éolien, vous payez l'intégralité du coût. Alors que, lorsque vous achetez du gaz, du charbon ou encore du pétrole, vous ne payez pas la charge environnementale de ces industries. Pas plus que vous ne payez le changement climatique, les marées noires, les guerres pour se procurer du pétrole... Et vous payez encore moins les 200 millions d'années qu'il a fallu pour constituer le stock.

Comment, selon vous, pouvons-nous allier économie et écologie ?

Économie et écologie vont de pair. Il faut faire en sorte que la protection de l'environnement soit rentable. Comment ? En conjuguant toutes les technologies propres qui, mobilisées ensemble, permettent de se passer des énergies fossiles, de protéger l'environnement et de réaliser des bénéfices.

Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, êtes-vous favorable à des mesures autoritaires voire coercitives ?

Pourquoi aujourd'hui n'isole-t-on pas assez les bâtiments ? Pourquoi ne propose-t-on pas des gammes entières de voitures hybrides ? Pourquoi les constructeurs automobiles ne font-ils pas tous des voitures électriques ? Tout simplement parce qu'ils ne sont pas obligés de le faire. C'est pourquoi, de mon point de vue, il convient de mettre en place des législations qui imposent par exemple aux constructeurs un délai de cinq ans pour mettre au point des voitures sobres en carburant. Idem pour les bâtiments dont la construction devra être soumise à des normes énergétiques draconiennes. Ce faisant, vous forcez les gens à utiliser les technologies propres et c'est également la meilleure manière de sauver nos économies et nos industries. Si General Motors avait été contraint, il y a dix ans, de produire des voitures sobres en carburant, l'entreprise n'aurait pas fait faillite.

Que pensez-vous du moratoire sur le photovoltaïque ?

La France a lancé un programme très ambitieux de tarifs de rachat qui a favorisé des investissements et permis l'émergence d'un marché prometteur. Mais aujourd'hui, ce mouvement est stoppé net par les décisions qui ont été prises. À tel point que les Américains avec Firstsolar qui prévoyaient la construction d'une usine de panneaux en France font désormais marche arrière. Les tarifs de rachat sont à mes yeux la meilleure manière de lutter contre la crise financière et économique actuelle.

Propos recueillis par Rémy Janin

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/02/2011 à 7:10
Signaler
tout ça je veux bien ...il a raison mais 3 bémols : 1 attention aux plus modestes ...ils vont pas s'en sortir et il faut trouver des solutions pour qu"ils ne payent pas de green ou le dit green .2 EDF ( ils se disent ) cherche des surfaces de toitur...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.