Eoliennes offshore : la bataille des fabricants

Ils sont une quinzaine d'industriels européens, américains et asiatiques à fourbir leurs armes pour la grande bataille de l'éolien offshore : la multiplication des parcs, y compris en France où l'appel d'offres pour 3 GW vient enfin d'être lancé, aiguise tous les appétits. Qui est en lice, et qui est en tête ? Et qui est le mieux placé pour équiper les parcs français ?
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : reuters)

Quinze fabricants sur sont les rangs de l'éolien offshore, mais trois trustent le marché pour le moment, selon les statistiques de l?EWEA (Association européenne de l?éolien) : durant les 6 premiers mois de 2010, sur les 118 turbines installées en mer en Europe, l?allemand Siemens a fourni la majorité (55%), suivi du danois Vestas (36%) et de l?allemand REpower (9%) (filiale de l?indien Suzlon).
Mais tout l?enjeu des années qui viennent résidera dans les très grandes turbines, de plus de 5 MW, que ne fabriquent pas actuellement Siemens et Vestas. Pour l?instant, seuls trois fabricants livrent déjà ces gigantesques machines: le français Areva, l?allemand REpower et son compatriote Bard Engeneering. Areva et REpower sont pour l'instant co-leaders du marché.
Or la situation se modifiera très vite puisque la plupart de leurs rivaux travaillent eux aussi à sortir des éoliennes géantes dans les prochains mois, y compris les groupes chinois. Il est vrai que selon Emerging Energy Research, le marché mondial de l?éolien offshore atteindra 37,5 milliards de dollars en 2025.

Petit récapitulatif des combattants mondiaux et le trio des plus ambitieux en France
- L?allemand Siemens propose une turbine de 3,6 MW et a installé plus de 1.000 éoliennes en mer, en particulier dans les eaux britanniques où il revendique 40% des capacités installées.
- Le danois Vestas, qui est leader mondial de l?éolien terrestre, et qui propose une turbine de 3 MW.
- L?allemand REpower, filiale de l?indien Suzlon, autre pionnier, propose déjà des éoliennes offshore de 5 MW et de 6 MW, installées notamment sur le parc d?Alpha Ventus, au large de l?Allemagne.
- Le français Areva, avec sa filiale Areva Wind (ex Multibrid), un pionnier, propose déjà une turbine de 5 MW qui équipe aussi le parc d?Alpha Ventus, au large de l?Allemagne. Le groupe y a d?ailleurs connu des déboires techniques.
- L?allemand Bard propose une turbine de 6 MW et l?a installée dans ses parcs de mer du Nord.
- Le français Alstom, avec sa filiale Ecotecnia propose une turbine de 2,5 MW mais prépare un modèle de 6 MW imminent.
- General Electric qui a racheté en 2009 le norvégien Scanwind, spécialiste des éoliennes offshore, prépare une éolienne de 6 MW.
- Mitsubishi prépare une éolienne de 5 MW.
- L?allemand Nordex propose une turbine de 2,5 MW.
- Le chinois Sinovel, propose 3 MW et a installé son premier parc offshore en 2010.
- Le chinois Goldwind prépare une éolienne de 5 MW.
- Le britannique Rolls Royce propose une éolienne de 5 MW.
- L?allemand Enercon prépare une turbine de 6 MW.
- Le sud-coréen Hyundai Heavy Industries (HHI), premier constructeur naval mondial, prépare pour fin 2011 une éolienne de 5 MW, en partenariat avec l?autrichien Windtec.
- L?espagnol Gamesa, qui a conclu un accord avec le groupe militaire américain Northop-Grumman, vise le marché britannique.
Sur les rangs également, les coréens Samsung et Doosan, sans oublier le britannique Clipper qui planche sur une éolienne géante de 10 MW.
A noter que Siemens a annoncé vouloir réserver un tiers de ses capacités de construction éolienne aux modèles pour l?offshore. Siemens domine le marché de l?offshore jusqu?à présent, avec son modèle de 3,6 MW et grâce aussi à une alliance en 2008 avec le danois Dong Energy qui s?est engagé à lui commander 500 turbines offshore pour ses parcs en mer du Nord. Siemens Energy fournira notamment 175 unités de sa SWT-3.6-107 (3.6 MW) pour le parc du London Array, détenu par Dong Energy, E.ON et Masdar. Siemens développe actuellement une éolienne de 3,6 MW à transmission directe, moins coûteuse en maintenance.

Les plus ambitieux en France
- Areva Wind, qui regroupe la filiale d?éoliennes Multibrid, rachetée en 2007-2009 et une filiale de rotors, PN Rotor, rachetée en 2009, vise 25% du marché offshore européen et compte dégager un revenu de 5 milliards d?euros d?ici à 2012. Le groupe totalise 600 MW programmés dans les grands parcs européens en construction : il a signé un contrat avec Wetfeet Offshore Windenergy pour la fourniture de 80 turbines de 5 MW (M5000) pour plus de 800 million d?euros pour le parc éolien offshore Global Tech 1, ainsi qu?un MoU pour la fourniture de 40 éoliennes pour le parc Borkum West II (200 MW), deuxième phase du parc Alpha Ventus. Enfin, le groupe a été sélectionné pour construire un projet offshore en France, au large de la Côte d'Albâtre (105 MW).
- Alstom a de grandes ambitions dans l?éolien offshore, un secteur où comme Areva il a débarqué en rachetant un fabricant en 2007, l?espagnol Ecotecnia. Alstom prépare une turbine de 6 MW et vient de signer une alliance avec EDF EN pour devenir fournisseur attitré de ses futurs parcs offshore avec cette future turbine géante, damant le pion à Areva.
- REpower France craint un ralentissement dans l?éolien terrestre et nous a confié qu?il fondait de grands espoirs sur le marché des parcs offshore français, fort de son avance technique puisque le groupe allemand est l?un des seuls pour l?instant à fournir des turbines de 5 à 6 MW.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 03/02/2011 à 11:10
Signaler
EOLIENNES MARITIMES : participation équitable et systématique NATURESTREAM-FOUNDATION sui generis Calais, le 27 Janvier 2011 Au Peuple Français, à tous les Élus de la Nation, à toutes les Autorités Françaises, Françaises, Français, Che...

à écrit le 27/01/2011 à 13:53
Signaler
qu'ils se battent car aprés ça sera la bataille contre le riverains et acteurs économiques qui vont subir l'industrialisation et la banalisation de leur bien !!!!

le 27/01/2011 à 18:48
Signaler
C'est sûr qu'à Saint Nazaire, à la Pallice, au Tréport, à Dunkerque, Paimboeuf, Donges etc l'éolien va impacter la beauté des sites de terminaux pétroliers, gaziers, d'incinérateurs, de frêt maritimes etc que l'Unesco devrait protéger ;o)))

le 09/03/2011 à 10:16
Signaler
ce que vous oubliez Zezette c'est qu'en matière d'offshore c'est devant que ça se passe !!!! donc ces régions auront des usines derrières , sur le côté et devant !!! a se demandé si vous avez vous déja été au Tréport ? que ces industriels , qui bé...

à écrit le 26/01/2011 à 22:22
Signaler
Venez tous, en France les pigeons sont bien dressés....c'est sans risque, les clients EDF paieront. L'éolien, c'est l'appauvrissement de la population.

le 26/01/2011 à 22:49
Signaler
Vous faîtes erreur, la pénurie d'uranium commence en 2015 donc son prix qui a déjà largement augmenté va s'accroître bien plus encore et l'éolien coûte moins cher en construction que le nucléaire. Si ce n'était pas le cas pourquoi d'ailleurs tant de ...

le 27/01/2011 à 16:55
Signaler
essayer de ramer dans l'air ..;vous verrez où est l'absurdité !!!! seul le gigantisme peut en capter un peu d'énergie ...mais pas tout le temps et souvent produit quand on en a le moins besoins ...exportable a prix dérisoire !!! machine qui ont envi...

le 27/01/2011 à 18:44
Signaler
Vous écrivez des clichés pour plusieurs inexacts. Regardez bien les chiffres de production des différents pays sur la durée, le Danemark, l'Espagne, l'Allemagne etc ont des données très claires, celà n'a rien de bidon, s'intègre très bien au réseau y...

à écrit le 25/01/2011 à 20:55
Signaler
Mais ou est le petit poucet Vergnet (+11% a la bourse de Paris ce jour) leader mondial des eoliennes rabatables ... ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.