Ennesys transforme le CO2 en pétrole vert

 |   |  411  mots
Copyright Reuters
La start-up valorise et transforme les eaux usées en énergie et en pétrole vert.

Filiale de l'américain OriginOil et du britannique PJC,la start-up Ennesys (Environmental Energy Systems) développe sur le territoire français un modèle d'affaires et un procédé technologique innovant qui pourraient se traduire bientôt par d'importants investissements. « Nous développons à l'échelle industrielle un procédé mis au point par OriginOil, fondé sur la transformation d'algues unicellulaires en biocarburants » explique Pierre Tauzinat. Le dirigeant de cette jeune société d'ingénierie vise le marché encore émergent des bâtiments à énergie positive. Cette technologie de régénération peut fonctionner à partir d'eaux usées, chargées en CO2 et en nitrates, à partir desquelles elle est en mesure de fournir près de 214 kilowattheures (kWh) par an et par mètre carré, pour des rendements et à un coût défiant toute concurrence, notamment celle du photovoltaïque. « Nous pouvons proposer ce process à des spécialistes de la gestion énergétique des immeubles », poursuit Pierre Tauzinat.

ambitieuse

La solution de transformation et d'extraction d'Ennesys - qui devrait compter une quinzaine de salariés d'ici à la fin de l'année - peut produire à partir des mêmes composants de départ quatre sources d'énergie renouvelable, lipides, hydrogène, eau et la biomasse. « Nous allons nous doter courant 2011 d'un pilote industriel dans une région française » affirme Pierre Tauzinat, trois collectivités régionales ayant fait part de leur intérêt pour ce projet. « Ce n'est pas un procédé expérimental » précise-t-il. En Australie, le groupe MBD Energy exploite ainsi une installation fondée sur ce process, qui produit chaque jour 50 barils de pétrole vert à partir de 80.000 mètres cubes d'eau chargée en nitrates. « Grâce à la valorisation de multiples produits, le procédé permet de ramener le coût du baril d'huile à 100 dollars, un niveau proche de celui du pétrole » soutient Pierre Tauzinat.

L'idée que caresse le responsable de cette start-up ambitieuse est de proposer la technologie aux exploitants de certaines raffineries françaises menacées de fermeture. « Cette production leur permettrait de réorienter au moins à court terme leur activité ». Une première approche a été effectuée avec un grand opérateur mais il est apparu au final que les coûts de transformation du site excédaient ceux générés... par la fermeture. Un deuxième projet est à l'étude indique Pierre Tauzinat et pourrait se traduire par un investissement compris entre 50 et 80 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :