Buzzcar veut développer l'autopartage entre particuliers

 |   |  517  mots
Copyright Reuters
Robin Chase, créatrice du réseau Zipcar, tente une nouvelle aventure en France avec Mobivia Groupe (ex. Norauto)

La France est en avance question solutions de mobilité écologique et innovante (rassemblées sous le terme générique d'écomobilité). Robin Chase, fondatrice américaine en 2000 du plus grand réseau d'autopartage au monde, Zipcar, en est si convaincue qu'elle vient de s'installer à Paris. Associée au groupe Mobivia, elle lance le mois prochain le premier réseau d'autopartage entre particuliers à grande échelle. Buzzcar, c'est son nom, est né de la rencontre entre cette spécialiste reconnue de la mobilité et des réseaux sociaux (conseillère auprès de l'administration Obama) et le groupe français propriétaire des marques Norauto et Midas, rebaptisé Mobivia il y a un an en signe de son virage vers la mobilité de demain.

Buzzcar permet à des propriétaires de louer leur voiture à des « conducteurs » pour quelques heures ou quelques jours. A condition d'être équipé d'un smartphone, il suffit à un abonné (20 euros/an) de quelques minutes pour localiser les véhicules disponibles à proximité, entrer en contact avec le propriétaire de son choix et récupérer les clés. Le smartphone sert aussi à présenter des photos du véhicule, du kilométrage et le cas échéant de la facture du plein d'essence. « Grâce à la technologie de Buzzcar, et l'expérience d'autopartage largement éprouvée dans Zipcar, nous pouvons garantir une opération très simple, rapide, et sans aucun risque pour les propriétaires », affirme Robin Chase. L'assurance est en effet prise en charge par Buzzcar. Sans risque non plus pour l'entreprise. A l'inverse de l'autopartage traditionnel dans lequel l'entreprise n'investit dans des véhicules qu'après avoir vérifié le potentiel local d'un marché, l'autopartage entre particuliers se développera partout où des propriétaires et des conducteurs seront prêts à s'entendre. « Inutile d'attendre le bon vouloir des pouvoirs publics [comme pour Autolib à Paris, Ndlr] », souligne Robin Chase.

Un tarif horaire de 7 euros

Financièrement, le système permet aux conducteurs occasionnels de réaliser des économies substantielles, et aux propriétaires, d'amortir une partie de leur investissement (le coût annuel moyen de possession d'un véhicule est estimé à près de 6 .000 euros). Estimés de 200 à 500 euros par an pour un seul conducteur régulier de leur véhicule, les revenus pourraient, pour les voitures les plus demandées, atteindre les 10 .000 euros par an ! Le tarif horaire est d'environ 7 euros ou 70 euros par jour, dont 36 reviennent au propriétaire, déduction faite des frais d'assurance et de la commission de Buzzcar. Sur le plan environnemental, l'autopartage est synonyme de moins de voitures, moins de places de parking et même moins de kilomètres parcourus. « Quand les gens paient en fonction de l'usage, ils parcourent 80 % de distance de moins que lorsqu'ils possèdent un véhicule », soulignent Robin Chase et Bénédicte Barbry, directrice de la communication et du développement durable de Mobivia. Et pourtant, on compte parmi les partenaires de Buzzcar des entreprises comme Michelin, dont on pourrait s'étonner de l'intérêt pour un tel modèle... La France serait-elle effectivement en avance sur ces sujets ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2013 à 19:11 :
Bonjour,
Je suis proprio sur Buzzcar. Je suis bien content d'avoir un staff aussi attentif des propriétaire et de locataire. Ils ont une réactivité exceptionnelle.
Par contre, leur commission n'est pas 30%, mais 34.37%.
En effet, lorsque vous louez ma voiture, si vous payez "carburant inclus", c'est le proprio qui doit faire le plein (ou vous rembourser si vous faite un plein à sa place).
Et Buzzcar applique les 30% de commission sur le tarif de la location "carburant inclus".
Conséquence? Le proprio ne se fait pas rembourser intégralement son plein de gasoil car 4.37% de son plein est prélevés par Buzzcar.
Pour des petites locations, rien à dire, cela repésente quelques euros.
Pour que grosse location, cela peut faire 15 ou 20?.
J'ai prévenu Buzzcar il y a 10 minutes. J'attend une réponse.

Sinon, super principe. Me dépanne bien. 15 locations et tout va bien.
a écrit le 16/08/2011 à 3:58 :
L'AVENIR DE PARTAGE DE VOITURE PEER-TO-PEER

Les propriétaires de voitures ne veulent pas payer une commission de louer leurs voitures si elles n'ont pas d'. Par exemple, fournit des listes RentMyCar.com GRATUIT. C'est pourquoi des sites comme Craigslist sont devenus autant de succès. Les propriétaires de voitures ne voulons pas non d'installer des équipements keycard dans leurs voitures qui peuvent être piratés par un scanner de poche tandis que la carte magnétique est dans la poche de quelqu'un. En outre, ces entreprises sont l'auto-partage omettant d'informer les propriétaires de voitures qu'ils ne pouvaient être tenus responsables pour homicide involontaire si leur locataire a un accident dû à un défaut dans la voiture qui aurait pu être découverts et soignés (c'est la loi).

Lorsque toutes ces sociétés, enfin le comprendre, l'aspect final de la peer to peer modèle d'entreprise d'autopartage ressemblera davantage le modèle d'eBay. Par exemple, il contiendra à la fois une section petites annonces et d'enchères. Beaucoup de modèles de voitures seront en pénurie contrairement au marché de location de voitures conventionnelles. La demande va sortir passer l'approvisionnement. Les locataires soumettre des offres pour louer des voitures. L'offre finale gagnante sera fixé le taux de location. Toutes les autres voitures moins populaires seront énumérés dans la section des annonces classées.

Il y aura beaucoup de pair à pair de voiture où les gens peuvent garer leur voiture gratuitement et de les avoir loués quand ils ne les utilisez pas (C'est une installation pour un modèle de franchise).

Il y aura des gestionnaires voiture individuelle qui gèrent et louent des groupes de voitures de leurs voisins en échange d'une redevance (Peer-to-Peer courtiers de voitures).

Il n'y aura que les propriétaires de l'espace pour le peer to peer de partage de voiture et ils vont l'utiliser comme une incitation à louer leurs appartements.

Il y aura une carte d'accès maître qui travaille avec plusieurs compagnies de covoiturage.

Il y aura un autocollant véhicule virtuel de location (VVRS) attaché au pare-brise de voiture. L'autocollant contiendra un code barre QR et il permettra aux locataires de les scanner avec leurs smartphones pour remonter les informations de location, réserver la voiture et de payer pour la location où jamais la voiture est garée.

Il y aura un moteur de recherche, ou une fonction de recherche de Google qui permettra de consolider et d'afficher une carte montrant résultat voitures garées dans la rue plusieurs endroits de différentes compagnies de l'auto-partage et leurs prix avec un lien vers la page de réservation de ce site web.

Il y aura autopartage alimente où les locataires peuvent recevoir des alertes quand un voitures particulières sont répertoriés à proximité de leur lieu de leur donner une première option de venir premier loyer.

Je peux continuer encore et encore. C'est l'avenir pour le peer to peer modèle d'entreprise d'autopartage. Les entreprises, comme modèle de frais et de Relayrides Getaround ont employé aujourd'hui va échouer. Parce qu'il y aura pair libre à dévisager les sites d'inscription.


David
RentMyCar
a écrit le 31/03/2011 à 13:48 :
Bravo à Robin Chase pour cette excellente initiative! Un beau projet où tout le monde gagne, même l'environnement. Voilà qui va sérieusement mettre en question les Rent a Cars traditionnels puisque non seulement on économise de l'argent mais aussi du temps dans les démarches. Je pense que l'avenir de la distribution en général et de l'automobile en particulier sera marqué par l'aspect social et la force de l'achat groupé. L'auto devient une simple marchandise et ce phénomène sera accentué avec l'arrivée des véhicules électriques où le prix de la batterie (qui sera louée) représentera 30% de la valeur du véhicule. Si vous aditionnez cela aux autres 30% de frais de distribution il ne reste que 40% de valeur pour votre auto. Les gens vont finir par acheter de la mobilité, ce qui compte c'est combien va leur coûter leur mobilité à l'année, jusqu'à 6000.- euros, comme vous avez bien dit. Chez Autoreduc, grâce à l'achat groupé, on pourra bientôt acheter un véhicule à un prix qui nous permettra de rouler gratuitement quelques mois et de le revendre d'occasion au même prix. Bravo Robin et Buzzcar!
Jose Luis Senent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :