STX France se diversifie dans l'éolien en mer

 |   |  484  mots
Copyright Reuters
Grâce aux solutions innovantes qu'il a développées, le chantier naval de Saint-Nazaire veut devenir un acteur de référence dans l'éolien offshore à côté de son activité de fabrication de paquebots.

Face à un carnet de commandes qui peine à se remplir, le fabricant de paquebots STX France engage une diversification dans les énergies marines renouvelables et plus précisément les éoliennes en mer. Le chantier naval, au travers de son bureau d'études filialisé STX Solutions et en collaboration avec des partenaires académiques (École centrale de Nantes) et industriels (NOV-BLM, Gestal), a conçu trois dispositifs complémentaires en vue de fournir des solutions innovantes pour implanter des structures au large des côtes françaises. « Leurs caractéristiques imposent des contraintes particulières et par conséquent nécessitent des réponses industrielles adaptées », explique Jacques Hardelay, directeur général de STX France (499 millions d'euros de chiffre d'affaires, 2.100 salariés).

S'il compte en particulier sur l'appel d'offres de l'État français pour des parcs totalisant 3.000 mégawatts, qui doit être bouclé d'ici la fin de l'année, il cible plus largement le marché européen où 7.200 éoliennes doivent être posées d'ici à 2020. « L'enjeu est de créer une filière industrielle compétitive créatrice d'emplois, en minimisant l'impact environnemental des éoliennes en mer et en maîtrisant le coût du kilowattheure en standardisant la production des structures », ajoute le dirigeant. Il annonce 100 millions d'euros d'investissements pour lancer cette filière, qui pourra générer 200 millions d'euros de chiffre d'affaires par an et créer à terme 600 emplois chez STX et ses sous-traitants.

L'entrée sur ce nouveau secteur a naturellement été opérée par le chantier via un navire de pose d'éoliennes. Poséole, c'est son nom, est capable de transporter l'éolienne avec ses fondations (plus de 1.000 tonnes) et de la poser à 45 mètres de fond grâce à un outil innovant de levage et de pose conçu par le fabricant NOV-BLM. « L'innovation consiste à transférer à terre des opérations qui se font aujourd'hui en mer », explique Jean-Rémy Villageois, responsable de la diversification chez STX France. « Ainsi, l'éolienne sur sa fondation est assemblée à quai avant d'être transportée sur le lieu d'ancrage. »

Sous-station électrique

Le deuxième projet est un système de fondation appelée « jackets », déjà utilisé pour les plates-formes pétrolières. Composée d'un tour treillis reposant sur quatre pieds ancrés par des pieux, la fondation en béton ou béton et acier a l'avantage d'être légère, adaptée aux grands fonds et transportable par « Poséole ».

Enfin, STX propose un dispositif de sous-station électrique permettant de concentrer l'électricité produite par les éoliennes puis de la renvoyer à terre par un câble unique. Chaque champ pourrait comporter deux à trois sous-stations Watteole.

À ce jour, STX Solutions a déjà engrangé trois commandes fermes pour étudier deux fondations destinées à deux champs éoliens en France et une sous-station. Ce qui a permis de créer dix emplois de techniciens et d'ingénieurs.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2013 à 16:22 :
Bonjour, oui cela semble bien beau sur le papier... Il me semble que l'importation d'une éolien terrestre nous coûte 3 millions d'euros... Alors si cela est viable et fonctionne pourquoi cela n'as pas été encore lancer... Après tout nous avons assez de fassade maritime dans notre pays.... Mais bon comme toujours je me pose des questions sur l'action du gouvernement... J'ai lus dernièrement d'une interdiction d'installation d'éolien en bais de somme... Sa commande bien pour la production d'une énergie renouvelable, pour donner du travail au français, et développer un savoir faire particulier dans notre pays.... Vive la France.
a écrit le 05/05/2013 à 16:22 :
Bonjour, oui cela semble bien beau sur le papier... Il me semble que l'importation d'une éolien terrestre nous coûte 3 millions d'euros... Alors si cela est viable et fonctionne pourquoi cela n'as pas été encore lancer... Après tout nous avons assez de fassade maritime dans notre pays.... Mais bon comme toujours je me pose des questions sur l'action du gouvernement... J'ai lus dernièrement d'une interdiction d'installation d'éolien en bais de somme... Sa commande bien pour la production d'une énergie renouvelable, pour donner du travail au français, et développer un savoir faire particulier dans notre pays.... Vive la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :