Consolidation à marche forcée dans le recyclage en France

 |   |  918  mots
Copyright Reuters
L'année 2011 aura été marquée par la poursuite du mouvement de consolidation du secteur du recyclage en France. Beaucoup de petits recycleurs locaux ou régionaux ont vu leur marge opérationnelle éreintée par la crise de 2008-2009, certains ont dû déposer le bilan, d'autres sont en grandes difficultés. Une aubaine pour les groupes désireux de se renforcer, et notamment Guy Dauphin Environnement (GDE) et Paprec, les deux entreprises ayant réalisé le plus grand nombre d'acquisitions en 2011 (quatre chacun) comme en atteste le recensement de GreenUnivers.

GDE est aujourd'hui une filiale du groupe néerlandais Ecore (3 millions de tonnes recyclés et 1,3 Mds ? de chiffre d'affaires attendu en 2011). Basé à Rocquancourt (Calvados), GDE est présent sur de nombreux segments (ferreux, non ferreux, plastique, papier carton, batteries...), avec une cinquantaine de sites, 2,3 millions de tonnes vendus en 2010 pour un chiffre d'affaires de 720 M? et un résultat net de 10 M?.
De son côté, le groupe Paprec, fondé et dirigé par Jean-Luc Petithuguenin, s'est construit par la croissance externe. Il compte 80 sites et visait plus de 600 M? de chiffre d'affaires en 2011 (contre 567 millions en 2010 pour 3,5 millions de tonnes de déchets recyclés). Acteur indépendant, il a annoncé son intention d'entrer en Bourse en 2012.

Voici un récapitulatif des principales acquisitions recensées par GreenUnivers dans le recyclage en France en 2011 :
- Décembre : Sita Méditerranée (Sita, groupe Suez Environnement), acquiert Provence Recyclage, une société de Salon de Provence (Bouches-du-Rhône). L'entreprise, qui réalise environ 20 millions de chiffre d'affaires, était auparavant détenue par le groupe Calvière (Fos-Sur-Mer) spécialisé sur l'environnement.
- Décembre : Paprec fait sa première acquisition dans le secteur des déchets verts en s'emparant d'AES, une PME de Dordogne spécialisée dans le recyclage des déchets verts et du bois, la collecte et la valorisation des boues des stations de traitement des eaux. La société a également une activité de recyclage des déchets industriels et ménagers. AES réalise un chiffre d'affaires de 8 M? et emploie une cinquantaine de salariés.
- Décembre : Le géant néerlandais Ecore (propriétaire de Guy Dauphin Environnement) s'empare de Recylux, une entreprise basée au Luxembourg mais qui compte de nombreuses implantations dans l'est de la France. Fondé en 1972, Recylux est spécialisé dans la valorisation des déchets métalliques et le recyclage du matériel électronique. L'entreprise emploie 350 salariés et compte quinze sites en Europe. Elle traite plus d'1 million de tonnes de déchets par an pour un chiffre d'affaires de près de 300 millions d'euros.
- Décembre : Le groupe Guy Dauphin Environnement (GDE), filiale d'Ecore, intègre Genestier, une société de Macôn (Saône-et-Loire) qui récupère, traite et élimine traitement les déchets industriels banals (DIB) ou spéciaux (DIS), gravats, plastique, bois, carton, batteries et reprend aussi les véhicules hors d'usages (VHU). Son activité génère 15 000 tonnes de ferreux, 2000 tonnes de non ferreux et 1000 tonnes de DIB par an.
- Novembre : Le groupe Guy Dauphin Environnement (GDE), reprend l'entreprise alsacienne Metalifer, spécialisée dans la récupération et le recyclage de fers et de métaux. Entreprise familiale, Metalifer, installée à Strasbourg (Bas-Rhin), a été fondée en 1988 par Michel Massart. Avec ses filiales, elle traite 400 000 tonnes de métaux par an pour un chiffre d'affaires d'environ 150 M?.
- Septembre : Paprec met la main sur les installations de ERI (Exploitation Ressources Internationales), une usine de recyclage des plastiques agricoles de la banlieue de Cahors (Lot), appartenant à un groupe chinois et placée en redressement judiciaire en 2010. Il compte investir 5 millions d'euros pour y créer une toute nouvelle unité de démantèlement et de valorisation des D3E (déchets d'équipements électriques et électroniques) et plus particulièrement des petits appareils ménagers. La production de ce nouveau site, qui devrait être opérationnel au premier trimestre 2012, sera d'environ 7 000 tonnes par an.
- Juillet : Le groupe Aurea reprend les actifs mobiliers et immobiliers de l'entreprise Ecka Poudmet, basée à Sénécourt (Oise) et positionnée dans le recyclage du cuivre et la production d'alliages. Le montant de la transaction, validée par le tribunal de commerce de Beauvais, s'élève à 900 000 euros. La société, en dépôt de bilan depuis janvier 2011, a traité environ 3 600 tonnes de cuivre en 2010.
- Juin : Guy Dauphin Environnement (GDE) acquiert SNT (Société Nouvelle de Transformation), localisée près de Valenciennes (Nord) et spécialisée dans le traitement, le négoce et les prestations de sous-produits sidérurgiques (scraps d?acier, scraps de fonte?). SNT, via deux sites dans le Nord, recycle près de 300 000 tonnes par an.
- Mars : Paprec s'empare de Bro Gen (Broyage Génération), un spécialiste du recyclage des plastiques, en particulier du PVC, qui était en dépôt de bilan. Fondée en 1997, la société installée à Guitalens, près de Castres, (Tarn) compte une dizaine de salariés.
- Mars : Guy Dauphin Environnement (GDE) acquiert la société Guillet SAS, implantée près de Grenoble (Isère), spécialisée dans le recyclage des fers et métaux qui a réalisé 7,3 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010.
- Février : Paprec reprend la société marseillaise Sophed-Santiard, un multi-spécialiste du recyclage qui intervient sur plusieurs segments (déchets d?équipements électriques et électroniques, déchets du bâtiment, déchets industriels dangereux...). Sophed-Santiard réalise un chiffre d'affaires de 6,6 millions d'euros avec 63 personnes. La société avait été reprise en 2006 par un ancien cadre de Paprec, Pascal Mettey, qui la revend finalement à son ancien employeur qu'il réintègre à cette occasion.
- Février : Aurea met la main sur Bolton Lego (renommé M Lego), spécialiste du recyclage du cuivre et de la production d'alliages cuivreux, installé à La Ferté-Bernard (Sarthe). Cette société traite 6 000 tonnes de déchets par an pour un chiffre d'affaires de 32 millions d'euros en 2010.

 


Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :