Gaz de schiste : le gouvernement ne tranche pas... définitivement

La rencontre ce mardi matin des huit ONG ayant participé au Grenelle de l'Environnement avec le Premier ministre et la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, n'a pas permis d'éclaircir la position officielle du gouvernement sur ce dossier épineux. D'autant que que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, promet "un débat à la rentrée".

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

D'une même voix, les ONG, qui ont rencontré ce mardi Jean-Marc Ayrault et sa ministre en charge de l'Ecologie dans la perspective de la Conférence environenmentale de septembre, se sont déclarées "satisfaites, sauf sur les gaz de schiste". Satisfaites d'abord par le principe de rencontre avec un Premier ministre, lequel, selon l'engagement du candidat François Hollande, doit être le garant de la cohérence du gouvernement en matière d'environnement. Dans le cadre du Grenelle, les ONG avaient des contacts directs avec le président, mais pas avec le Premier ministre auquel il revient en principe d'effectuer les arbitrages interministériels. Comme l'a expliqué Jean-Marc Ayrault aux ONG, chaque ministère recevra désormais une lettre de cadrage environnemental sur le principe de la lettre de cadrage budgétaire déjà bien ancrée dans les habitudes.

Inclure l'écologie aux réflexions fiscale et sociale

"Le gouvernement semble ouvert au dialogue, convaincu que la transition écologique peut être compatible, et même, représenter une piste de sortie possible, à la crise économique actuelle", se réjouit Cécile Ostria, directrice de la Fondation pour la Nature et l'Homme (FNH) créée et présidée par Nicolas Hulot. En revanche, si les ONG ont obtenu de participer au chantier du "redressement productif", ni le calendrier, ni les modalités de cette participation n'ont été précisées. "Le principe d'une Conférence environnementale (programmée les 14 et 15 septembre prochains) ouverte par le président et clôturée par le Premier Ministre est une étape majeure, affirme Cécile Ostria. Mais nous regrettons l'absence de lien avec la Conférence sociale". De la même façon, si la fiscalité environnementale est inscrite à l'ordre du jour, "il ne faudrait pas que le sujet soit traité en parallèle de la réflexion plus globale prévue sur la fiscalité".

Evaluer le potentiel

Il semblerait que le Premier ministre ait beaucoup insisté sur l'importance de la participation citoyenne, notamment lors du débat sur la transition énergétique, qui doit s'ouvrir cet automne pour déboucher sur une proposition de loi au deuxième trimestre 2013. Le sujet des gaz de schiste devrait y être largement débattu. Pour l'heure, conformément à la volonté de la précédente ministre de l'Environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, la technique de la fracturation hydraulique, décriée pour les dégâts sur l'environnement qu'elle est susceptible de provoquer comme le montrent plusieurs cas aux Etats-Unis, est interdite par la loi en France. Problème, il faudrait en passer par là, ne serait-ce que pour confirmer le potentiel de notre sous-sol. La Pologne vient de découvrir que ses ressources étaient deux fois moins importantes qu'attendu.

Pour l'heure, la France est présentée comme l'un des pays européens les plus prometteurs. Et l'exemple américain ne se limite pas aux dégâts écologiques. L'accès à une énergie abondante et à bas coût contribue à relancer l'économie des Etats-Unis, en y créant des emplois et même en provoquant la relocalisation de pans entiers de l'industrie, telles que celle du cracking (opération consistant à casser les molécules pour les besoins de la pétrochimie).

Si une nouvelle technique était mise au point...

On comprend bien ce qu'une telle perspective peut avoir de tentant pour le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et sa volonté, exprimée la semaine dernière, de "regarder le dossier". Les entreprises européennes très énergétivores et en concurrence directe avec des entreprises américaines ayant accès à une énergie très bon marché sont particulièrement concernées. Delphine Batho avait rétorqué en réaffirmant l'opposition du gouvernement à la fracturation hydraulique, et en confirmant la prochaine refonte du code minier, pour le rendre plus conforme à la Charte de l'Environnement. Ce mardi, Jean-Marc Ayrault a confirmé que le sujet se traitait chez elle (et non au ministère de l'Industrie). Les ONG n'en ont pas moins regretté une "position attentiste du gouvernement".

En résumé : non à la fracturation hydraulique mais ouverture d'un "vrai débat démocratique si une nouvelle technique était mise au point". Pour l'heure, de l'aveu même des industriels, une telle technique n'existe pas. Gageons que le sujet sera bel et bien sur la table des débats à la rentrée. Le gouvernement saura-t-il trouver une position commune ou le sujet risque-t-il de s'envenimer à l'image du différend concernant les forages pétroliers en Guyane, qui s'était finalement conclu par l'éviction de Nicole Bricq du ministère de l'Ecologie ? En tout cas, Arnaud Montebourg, ne compte pas lâcher prise. "Un débat sur le gaz de schiste, auquel seront associées les deux chambres, aura lieu à la rentrée", a-t-il indiqué mardi devant les sénateurs de la commission des affaires économiques.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 25/07/2012 à 14:15
Signaler
L'actualité tombe plutôt bien ce mois-ci : tous ceux qui veulent se faire une opinion éclairée et dépassionnée sur le sujet des gaz de schiste peuvent se reporter au dernier numéro de Science et pseudo-sciences, de l'association française pour l'info...

à écrit le 25/07/2012 à 13:08
Signaler
Excellente idée, surtout ne décidons rien : soit le retour dans les autres pays sera un désastre, et au moins on y aura échappé, soit c'est le contraire et il sera toujours temps de nous y mettre. De toute façon, çà ne presse pas, ces réserves éventu...

le 25/07/2012 à 23:21
Signaler
Le prix du gaz n'a baissé aux Etats-Unis qu'essentiellement avec la crise, le gaz de schiste est à un prix, exploitation totale comprise, relativement élevé en moyenne et selon les puits et la situation n'est pas identique en Europe beaucoup plus den...

à écrit le 25/07/2012 à 12:06
Signaler
Il y a beaucoup de charbon en France relançons l'exploitation des mines avec une technologie du 21e siècle!!

à écrit le 25/07/2012 à 11:44
Signaler
Nous n'avons pas besoin d'emplois, d'exportations et de rentrées fiscales! Alors pas de recherche sur ce gaz de schiste! Le gaz russe est cher, mais c'est le consommateur qui paye, donc, aucune importance. Les politiques, eux, ont leurs frais pâtes.....

le 25/07/2012 à 23:15
Signaler
Raisonnement court terme "boulot popotte" superficiel et stupide n'intégrant pas tous les paramètres ! La densité de population et la situation des nappes phréatiques en Europe, parmi les problèmes à intégrer, n'est pas la même que celle des Etats-Un...

le 28/07/2012 à 23:14
Signaler
quand on sait que 2l d huile moteur sont capable de polluer une surface d un hectar que va donner sur les nappes freatiques le cocktail solvant plus eaux polluees sur les dites nappes APRES exploitation qui va payer pour toutes les nuisances quand le...

à écrit le 25/07/2012 à 10:05
Signaler
Notre économie peine alors que nous avons un trésor sous nos pieds. Si le gouvernement reste prisonnier des écologistes il fera le malheur du pays. Soyons raisonnable et étudions les moyens nous permettant d'utiliser ce trésor, le gaz de schiste, en ...

le 25/07/2012 à 11:27
Signaler
Les dégâts sur l'environnement sont prouvés donc renseignez-vous au préalable

le 25/07/2012 à 11:46
Signaler
Absolument faux! C'était autrefois.

le 25/07/2012 à 16:20
Signaler
Rouge à raison les technique évoluent. Il ne faut pas rester en arrière

le 25/07/2012 à 23:10
Signaler
Et c'est quoi les techniques ? : Gasfrac, très cher et n'empêche les problèmes des multiples produits chimiques utilisés de même que les migrations des polluants dans le temps, l'eau, l'air, les sols, ni la pollution du gaz de schiste lui même au bil...

le 25/07/2012 à 23:10
Signaler
Et c'est quoi les techniques ? : Gasfrac, très cher et n'empêche les problèmes des multiples produits chimiques utilisés de même que les migrations des polluants dans le temps, l'eau, l'air, les sols, ni la pollution du gaz de schiste lui même au bil...

à écrit le 25/07/2012 à 9:17
Signaler
Si ils ont un doute qu'ils prennent une pelle et une pioche et qu'il aillent creusés eux-mêmes, ont leur plantera une tente sur place avec un masque à gaz pour qu'ils économisent sur les frais de transport payés par les contribuables et économiser au...

à écrit le 25/07/2012 à 9:01
Signaler
certes la fabrication des bougies avec de la cire naturelle permet sans problème d''éclairer la France. Il serait bon de mettre en place des ateliers subventionné dans les écoles pour enseigner les secrets de fabrication de la bougie a la cire natur...

le 25/07/2012 à 23:00
Signaler
N'importe quoi, comme si l'indépendance énergétique dépendait du gaz de schiste lol !

à écrit le 25/07/2012 à 8:55
Signaler
En espérant qu'un débat "démocratique" ne se réduira pas qu'à recevoir des ONG et ne sera pas qu'à charge contre le gaz de schiste.

à écrit le 25/07/2012 à 8:41
Signaler
Bien sur on est encore a penser que il faut de la croissance industrielle (entreprise énergivore... ministère du redressement productif....) Ben non car tout le monde sait que l'on est déjà rentré dans le mur de la triste réalité de notre civilisatio...

à écrit le 25/07/2012 à 7:14
Signaler
Maintenant les présidentielles passées ou en est le dossier GAZ DE SCHISTE : Par Marc DUGENDRE Mirabel ARDECHE ???JUILLET 2012 Voila tout d abord la mise en ligne des permis de recherche : La carte des demandes et des permis attribués ou en court d?...

à écrit le 25/07/2012 à 1:39
Signaler
Les données des gaz de schistes sont chaque fois surévaluées comme le groupe Exxon lui même l'a encore constaté, pourtant en Pologne. Aux Etats-Unis entre autres l'exploitation se heurte au manque d'eau et le coût et bilan sont déplorables, surtout p...

à écrit le 25/07/2012 à 0:41
Signaler
Il y a certainement un grand potentiel à utiliser, et il serait dommage que la France passe à côte de cette chance qui lui permettrait de faire ravaler leurs prétentions aux états pétroliers et à la russie. Les pays qui se sont lancés à fond dans cet...

à écrit le 25/07/2012 à 0:26
Signaler
Continuer à vider la terre de toutes ses ressources pour faire rouler des bagnoles et produire majoritairement de l'électricité pour chauffer et climatiser, avec pour point d'orgue une pollution de l'air qui va la rendre invivable n'est pas un proje...

à écrit le 24/07/2012 à 22:27
Signaler
et le gaz de shit c'est pour quand ?!

le 25/07/2012 à 9:38
Signaler
@plop: ma belle-mère en produit déjà :-)

à écrit le 24/07/2012 à 19:43
Signaler
Je vois mal comment on peut se passer d'une énergie très peu chère dans une économie ouverte. Déjà les USA l'utilise et cela leur donne déjà un avantage compétitif majeur. Or nous n'avons que peu de réserves de gaz ou pétrole conventionnel, les ENR s...

le 24/07/2012 à 20:06
Signaler
Clair que les US sont un "modèle"... Arrêtez de dreamer, vous entamez la falaise.

le 24/07/2012 à 21:00
Signaler
Je ne prend pas les USA en modèle, la Chine aussi s'y met. Je veux bien croire au génie français mais là va falloir mettre les bouchées double s'y on veut rester compétitif sans gaz de schiste face a ces deux géants. Montebourg semble l'avoir compri...

le 24/07/2012 à 23:19
Signaler
Il est affligeant de voir que certains sont dans le court terme! Pour satisfaire un besoin de consommation immédiat, ils sont prêt à tout saccager, et après eux le chaos, ils s'en moquent. La dette financière est peu être grave mais rien à coté de ce...

le 25/07/2012 à 1:29
Signaler
Moi pour tout vous dire, je ne sais pas si le gaz de schiste est bien ou pas bien, s'il pollue ou pas - et ne me parler de ce fameux doc qui tourne en boucle partout -, s'il y a des techniques moins polluantes en voie de développement ou pas. Mais ce...

le 25/07/2012 à 1:48
Signaler
On ne peut pas évaluer correctement beaucoup de ces réserves. Plusieurs exemples ont montré que les données fournies par les opérateurs sont volontairement surévaluées pour tenter d'obtenir des autorisations de fracturation et faire fi de l'environne...

le 25/07/2012 à 8:40
Signaler
@Jean : et bien faisons cela en France et si c'est le même la chose qu'en Pologne, le débat serait clos une bonne fois pour toute.

le 27/07/2012 à 2:50
Signaler
Comme indiqué le problème est que l'on ne connait réellement les réserves exactes pour la majorité des puits que lorsque on exploite ! Exxon qui connaît pourtant le sujet est ainsi mal tombé en Pologne. Par ailleurs en Europe on se heurte à la densit...

à écrit le 24/07/2012 à 18:43
Signaler
Le gouvernement devrait pourtant constater que la gouvernance des plus riches est en train de s'effondrer... Une désolidarisation ne serait pas forcément une hérésie. Bien au contraire... Alors, qu'il plaise au Roy.

à écrit le 24/07/2012 à 17:42
Signaler
Un débat démocratique sur une nouvelle technique que personne ne peut essayer puisque la loi l'interdit ? Pourquoi pas un débat sur la composition de l'air ? Les comiques ! Au passage, on note que NKM était bien une militante socialiste, préfigurant ...

à écrit le 24/07/2012 à 17:35
Signaler
il faut bien faire plaisir a son electorat d ecologistes...!! du moins faire semblant..une minorite

le 24/07/2012 à 19:16
Signaler
Les "écologistes" sont au centre. Soit, ils veulent profiter du système, c'est tout.

le 24/07/2012 à 20:08
Signaler
Effectivement, les écologistes sont au centre... de la contestation. A part râler contre le grand capital, ils ne sont pas capables de faire grand chose. En particulier, on n'a jamais vu un écologiste créer une entreprise et embaucher des milliers de...

le 24/07/2012 à 21:22
Signaler
@oui et toi, t'as créé quoi ? Non, je déconne, j'ai bien vu que j'avais affaire à un grand penseur qui a dû créer plein de trucs dans sa vie ! Tu penses, les génies comme toi qui ont le sens de la formule, ça se respecte !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.