Performance thermique : des travaux à la pelle

 |   |  482  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Principal consommateur d'énergie et émetteur de gaz à effet de serre, le secteur du bâtiment français est aussi un gros employeur. Mais comment imposer et financer la rénovation du parc?

Le sujet de la performance thermique des bâtiments n?est pas né avec le débat sur la transition énergétique. Responsable d?un quart des émissions de gaz à effet de serre et de 43% de la consommation d?énergie, dont plus de 15 milliards d?euros de pétrole et de gaz importés par an, le bâtiment figurait déjà en bonne place du Grenelle de l?environnement. Le Plan bâtiment Grenelle de 2009, confié à l?avocat Philippe Pelletier, visait la rénovation de 400000 logements par an dès 2013 et une baisse de 38% de la consommation des bâtiments à l?horizon 2020. Le gouvernement a reconduit Philippe Pelletier à la tête d?un Plan bâtiment durable. Avec un objectif relevé à 500000 logements neufs et autant de rénovations chaque année. Une gageure, sachant qu?on ne compte que 160000 rénovations par an.
Les idées ne manquent pas pour changer de braquet : accompagner les ménages via des guichets uniques de la rénovation et des informations pédagogiques sur les factures; instaurer progressivement une obligation de rénovation sur certains types de logements et à certaines occasions, dont les mutations; labelliser des artisans regroupés en filières, capables d?ajouter un volet performance thermique à toutes sortes de travaux; durcir la réglementation, réformer le diagnostic de performance énergétique (DPE); mettre en place un observatoire des prix (matériaux et main-d??uvre) de la rénovation?Côté financement, s?ils plaident pour le renforcement des dispositifs existants (crédit d?impôt développement durable, écoprêt à taux zéro), les experts s?évertuent à résoudre une équation simple : les investissements de rénovation bénéfiques à la collectivité ne sont rentables qu?à long terme. Trop lourd pour un particulier et inacceptable pour les banques.
Les propositions se multiplient : verdissement de toute la fiscalité liée au logement, expérimentation du tiers investissement (qui utilise les économies futures pour se financer), instauration de nouvelles recettes, par exemple en autorisant la construction d?étages supplémentaires dont la vente fournirait à la copropriété de quoi financer ses travaux?Surtout, un accès à des liquidités à longue maturité et coût faible s?impose qui pourrait prendre la forme d?un outil de refinancement public-privé. Plébiscité par le Plan bâtiment durable et par Terra Nova, il bénéficierait d?un amorçage public avant de basculer dans le privé. Ce fonds serait alimenté par la Caisse des dépôts, les fonds de retraite, les produits d?épargne, des contributions des énergéticiens et d?autres acteurs privés de la filière BTP. Surtout, il devrait mobiliser des fonds de la banque européenne d?investissement (BEI). Dotée de 60 milliards (dont 9 pour la France) pour relancer la croissance, celle-ci a identifié l?efficacité énergétique comme l?un des sujets prioritaires pouvant y contribuer?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2013 à 23:17 :
Le plus simple et le moins cher est la brave subvention de l'ANAH, Agence nationale pour la Rénovation de l'Habitat.
Les emprunts plafonnés ne permettent pas grand chose, mais coûtent fort cher.
Réponse de le 26/11/2015 à 12:32 :
LES RUSSES LEUR ONT FAIT MAL....

DÉMISSION DU GOUVERNEMENT!!!
a écrit le 28/03/2013 à 19:13 :
Chez nous c'est toujours la meme comédie: des débats à n'en plus finir pour aboutir à rien. Si l'énergie n'est pas taxée pour financer la Transition énergétique (rénovation batiments + ENR), elle n'aura tout simplement pas lieu. En Allemagne ça marche par ce que le gouvernement taxes toutes les énergies pour financer la banque KFw qui fait des prets à tx zéro à toute la population pour rénover les batiments et investir dans les enr, avec des résultats concrets: consommation d'électrcité en baisse de 2% par an depuis 5 ans. 100 fois plus de logement rénovés qu'en France. En France le pétrole et le gaz étant déjà bien taxés ça passerai pas bien d'augmenter encore ces taxes sans toucher à l'électricité. Probleme: pas touche à notre "électrcité radioactive nationale pas cher, pas polluante et pas dangereuse". Défit: il faut briser le deal infernal dans lequel le lobby nuc enferme toute la population comme des drogués: gavage d'électricité bon marché. Mais les petits soldats du Corps des Mines veillent au grain et combattent toute atteinte au dogme. Autant dire que c'est pas demain la veille que ça va changer.
a écrit le 28/03/2013 à 15:01 :
Financer les travaux de rénovation thermique est une chose, les faciliter en est une autre !
Par exemple, lorsqu' une maison est à l' alignement sur rue, il n'est pas possible d' isoler par l'extérieur sans déborder sur le domaine public.
a écrit le 28/03/2013 à 14:45 :
Et l'on continue à bâtir en béton et parpaings, éléments énergivores à outrance !
Que fait le Go verne meuh ? Lobby or not lobby ?
Réponse de le 01/12/2015 à 7:05 :
Quelle vision humaniste de nos vies ...
a écrit le 28/03/2013 à 8:59 :
Vu le nombre de zozos plus ou moins incompétents qui ont défilé à la maison depuis 3 ou 4 ans pour tenter de me fourguer des solutions plus ou moins incohérentes avec ma maison, les devis à la louche complétement irréalistes, et ma dépense réelle (somme toute limitée et ne pouvant être réduite que d'un faible pourcentage) en chauffage, je pense que ce secteur doit faire un grand ménage dans ses intervenants pour tenter de (re)gagner un peu de crédibilité. Pour ma part, il est urgent d'attendre.
Réponse de le 04/04/2013 à 14:25 :
Analyse tout à fait cohérente, si je passe par un artisan, l'économie sur ma facture d'électricité ne le sera qu'au bout de 15 ans et encore.
Ca ne peut avoir d'intérêt que si l'état prenait en compte une rénovation faite par un particulier en fonction des matériaux achetés.
et la l'économie serait sur 2 ou 3 ans, comme le pc que je viens de monter avec les nouvelles puces intel qui consomme moins de 50w à puissance égale que mon ancien et 450w.
A quoi ça sert d'être passés aux 35h si on fait faire les travaux par d'autres!
a écrit le 28/03/2013 à 8:29 :
Petit exemple perso, après quelques calculs, nous n'avons pas d?intérêt à rénover nos appartements.
Pour un de nos appartements, la rénovation auprès d'artisans, (pas de black) a été chiffrée à 25 000?, nous pouvions l'amortir en 16 ans via une augmentation de loyer.

Mais la crise actuelle nous montre que le nombre de personne prête à payer plus cher un logement est de moins en moins fréquent.
Réponse de le 28/03/2013 à 8:54 :
Eh oui ! Notre gouvernement a toujours beaucoup d'idées pour dépenser et peu pour rentabiliser !
a écrit le 28/03/2013 à 7:59 :
Vous pouvez chercher pendant longtemps,la solution consiste à mettre une taxe sur l'énergie pour financer les charges sociales;l'énergie sera plus chère,mais le pouvoir d'achat sera maintenu.Et en plus,vous diminuez le chomage,vous améliorez la compétitivité des entreprises,vous réduirez la dette...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :