Echy capte la lumière du soleil pour éclairer l'intérieur des bâtiments

 |   |  699  mots
(Crédits : D.R)
Capter la lumière extérieure pour la diffuser à l'intérieur. A l’origine simple projet d’étude, le concept porté par la start-up Echy a été récompensé, fin avril, par le Prix EDF Pulse.

Sans grossir le trait, on peut affirmer que sa scolarité à l'école Polytechnique a changé l'existence de Florent Longa, co-fondateur d'Echy. Mais pas uniquement pour la qualité des enseignements délivrés. « Lors de notre cursus à l'école Polytechnique, nous avions souvent cours dans des salles sans fenêtre. La lumière était toujours allumée, même quand le soleil brillait dehors. » Nous sommes en 2010. Florent Longa et son associé Quentin Martin-Laval imaginent alors leur concept de lumière solaire pour les bâtiments.

La fibre optique pour acheminer la lumière

Dans sa version actuelle, leur système d'éclairage « Eschysse » se compose d'un module extérieur d'un mètre carré, disposant de 18 lentilles de Fresnel et placé sur un trackeur solaire. Son rôle est de capter la lumière du soleil pour la diffuser dans le bâtiment via des câbles de fibres optiques allant de 5 à 20 mètres. Et donc d'exploiter les 2000 heures d'ensoleillement constatés en moyenne chaque année en France. « Notre produit a été conçu pour éclairer de grandes pièces d'environ 100 mètres carrés. Il s'adresse donc aux immeubles tertiaires, centres commerciaux ou encore établissements de santé et scolaires. » L'association de huit panneaux permet ainsi l'éclairage hybride d'une salle de 100 mètres carrés. Lorsque le soleil brille, les pièces peu lumineuses sont éclairées sans consommation électrique. Le reste du temps, l'éclairage naturel est complété par un dispositif électrique traditionnel.

Une première installation à Vitrolles

Depuis octobre 2013, Eschysse équipe les locaux de la société d'ingénierie SETEC à Vitrolles. Entre démonstrateur et première réalisation commerciale, cette installation éclaire une salle de réunion, des zones de circulation et un espace de reprographie. Plusieurs modifications techniques ont été apportées depuis sa mise en place cet automne. « Les retours sont très favorables. Le concept est simple et les gens comprennent rapidement de quoi il s'agit. Il existe une véritable envie d'amener la lumière naturelle dans les bâtiments. » Selon les relevés de la start-up sur place, le flux lumineux transporté par son module d'un mètre carré équivaudrait à 14 ampoules de 40 W à incandescence.

Objectif numéro 1 : faire baisser les coûts

Malgré d'incontestables atouts (économies d'énergie, confort visuel, santé…), la lumière naturelle peine encore à convaincre dans le secteur du bâtiment. La faute à des problématiques techniques, mais surtout un coût très dissuasif. Dans sa version actuelle, comptez 20 000 euros (étude et installations compris) pour éclairer une salle de 100 mètres carrés. Un prix élevé qui explique d'ailleurs l'échec de la première génération de systèmes lumineux « naturels » dans les années 80. « L'époque a changé. Aujourd'hui le marché ne se base pas uniquement sur des critères économiques mais aussi sur la notion d'efficacité énergétique. Cela dit, nous sommes conscients que nous devons encore améliorer la performance de notre système. Nous visons un facteur 4 pour 2015 ». Soit un coût de 10 000 euros pour éclairer une salle de 200 mètres carrés. Pour atteindre cet objectif, les fondateurs d'Echy finalisent actuellement une levée de fonds. Un financement qui doit donc leur permettre de continuer leur travail de développement mais aussi préparer la commercialisation de leur produit prévue en 2015. Et pourquoi pas également accompagner l'installation d'un système à Polytechnique ? Pas impossible. Florent Longa avoue - sans s'engager sur un calendrier de réalisation - que la mise en place d'un système démonstratif sur le campus de Palaiseau est actuellement à l'étude.

---
Les étapes du projet Echy

  • 2010 : Projet scientifique à l'école Polytechnique ; Lauréat du concours « be.project » organisé par BearingPoint
  • 2011 : Intégration au sein du Laboratoire Navier de l'Ecole des Ponts ParisTech
  • 2012 : Intégration au sein de l'incubateur Descartes
  • 2013 : Réalisation du prototype et finalisation de l'étude de marché ; Première installation à Vitrolles (octobre)
  • 2014 : Lauréat du Prix EDF Pulse

---
Echy en bref…

  • Fondateurs : Quentin Martin Laval (Président), Florent Longa (Responsable de la R&D), Stéphanie Le Beuze (DAF)
  • Date de création : Octobre 2012
  • Effectif : 6 personnes
  • Siège social : Champs-sur-Marne
  • Objectif de chiffre d'affaires 2014 : 100 000 euros (5 installations)
  • Partenaires : Luxeri (luminaires)


Cleantech Republic

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2014 à 14:02 :
Je sens bien EDF venir y mettre son nez et trouver un voire DES mensonges quelconques pour :
1) empêcher le développement du produit
2) augmenter les tarifs encore plus fortement qu'annoncé
3) licencier?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :