Gaspillage alimentaire : Phenix trouve une seconde vie solidaire aux invendus

 |   |  827  mots
(Crédits : Phenix)
Auprès de grandes surfaces ou lors de grands événements, la start-up parisienne Phenix met en relation les émetteurs d’invendus - notamment alimentaires – et les associations qui travaillent auprès de publics défavorisés.

London Grammar, Foals,Lorde et... Phenix. Voici une partie des protagonistes du festival musical We Love Green qui se tenait ce week-end à Paris (Parc de Bagatelle). Pour les non-initiés, précisons que le dernier cité n'est pas le célèbre groupe pop versaillais Phoenix, mais bien une start-up française spécialisée dans la seconde vie des produits invendus. A défaut de se produire sur scène, Jean Moreau et son équipe accompagnent en effet les organisateurs de cet événement écolo-friendly dans leur objectif de réduction drastique des déchets.

Redonner une seconde vie aux invendus

« Notre constat c'est que la poubelle est devenue la règle. La seconde vie est souvent l'exception. Nous voulons inverser le processus actuel. Suite au festival We Love Green, notre équipe a ainsi redistribué l'équivalent de 1 650 bases de repas à l'association Femmes Liberté et Laïcité (lire l'encadré 'Phenix en bref'). Il s'agit d'invendus de stands alimentaires du festival. » Une prestation événementielle qui prolonge l'activité quotidienne de la société : mettre en relation les émetteurs d'invendus - notamment alimentaires - et les associations qui travaillent auprès de publics défavorisés.

Un réseau réactif de récepteurs

En pratique, une majeure partie des approvisionnements de Phenix provient des grandes surfaces. Des distributeurs contraints d'extraire de leurs rayons des produits dont la date d'expiration est imminente, qui présentent un défaut mineur ou dont la saisonnalité est terminée (chocolats de Pâques, vêtements d'hiver...). « Quand on reçoit un coup de fil, notre savoir-faire c'est d'être capable de trouver rapidement la bonne association dans un réseau de proximité, qui sera disponible au bon moment et capable d'un point de vue logistique de redistribuer efficacement les denrées. » Un service assuré soit via une plateforme web (en cours de développement), soit directement par téléphone.

Assurer l'autonomie financière du service

Structure solidaire, Phenix n'en reste pas moins une société commerciale dont le modèle économique doit permettre d'assurer son autonomie financière. Phenix prélève ainsi une première commission sur le crédit d'impôt accordé par l'Etat à toute entreprise donatrice en nature. S'ajoute ensuite une seconde contribution qui est calculée en fonction des coûts évités à l'émetteur (stockage, incinération...). « L'idée n'est pas de stigmatiser la grande distribution ou le secteur de l'événementiel. Nous voulons trouver des solutions utiles et efficaces pour la gestion de leurs invendus alimentaires et non alimentaires ». Pour les associations bénéficiaires, l'accès au service est gratuit à condition de pouvoir assurer la logistique nécessaire au transport et au stockage des produits. En dernier recours, Phenix fait appel à des déstockeurs pour éviter la destruction des invendus non redistribués.

Se déployer en régions et dans l'événementiel

Passé par l'ESSEC, Sciences Po et ancien cadre d'une banque d'affaires, le parcours de Jean Moreau brise les clichés sur l'entrepreneur social. « Mon métier précédent manquait de sens. Je voulais mettre mes compétences au service d'un projet utile, avoir un impact au quotidien ». Lancé en mars dernier sur les bases d'un précédent projet, sa société compte déjà six collaborateurs et ne devrait pas traîner en route. « Les interlocuteurs que nous rencontrons sont souvent enthousiasmés par notre concept. Mais ce qui est important, c'est la preuve par l'exemple, l'action sur le terrain. Ce que nous souhaitons, c'est démontrer l'efficacité de notre travail par des chiffres, pas sur le papier. » Les prochains relais de croissance ? Le renforcement de l'activité événementielle et le déploiement dans d'autres régions françaises. Dès lors, pas besoin d'être un grand « rock critic » pour affirmer qu'on retrouvera bientôt Phenix à l'affiche d'autres grands festivals français.

----
Phenix en bref...

  • Création : mars 2014
  • Siège : Paris
  • Equipe : 6 personnes
  • Objectif chiffre d'affaires : non communiqué
  • Aliments redistribués suite au festival « We Love Green » : 49 sacs de pomme de terre de 10kg, 7 cagots de légumes verts, 4 boîtes de 10 jus de 25cl, 4 cagettes de 30 boîtes de desserts, 1 cagette de tomates cerise, 7 cagots de pain et un sac de 10kg, 1kg de fruits secs et noix, 5kg de salade de semoule et 15 litres d'eau minérale.

----
« We Love Green », un événement musical et écolo

Scénographie recyclable, énergie verte ou encore compostage des déchets, We Love Green fait figure de précurseur dans la transition verte des grands festivals français. Pour sa troisième édition (31 mai et 1 juin), l'évènement parisien a été récompensé par un record de fréquentation (22 700 personnes) et plusieurs concerts lumineux (dont ceux de London Grammar et Foals). Malheureusement, la forte affluence a entraîné la saturation de certaines infrastructures du festival (restauration bio, toilettes sèches...). Aux organisateurs de corriger le tir l'an prochain afin de continuer à « faire sonner » l'écologie.

Cleantech Republic

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2014 à 15:07 :
Géniale cette idée !
a écrit le 04/06/2014 à 14:29 :
Super article. Par contre Slowfood n'est pas une infrastructure mais "un mouvement international qui a pour principal objectif de sensibiliser les citoyens à l'écogastronomie et à l'alterconsommation". ;-)
Réponse de le 04/06/2014 à 15:25 :
Merci pour votre commentaire. Effectivement, le terme slowfood était inexact. Je l'ai remplacé par "restauration bio" qui me semble plus approprié dans le cas de "We Love Green".
a écrit le 04/06/2014 à 11:49 :
Superbe initiative ! J'étais au festival WE LOVE GREEN - j'étais ému par l'effort fait pour réduire l'empreinte écologique du festival ! à suivre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :