Le quatuor Prazak confesse Schubert

Analyse et enthousiasme, les qualités naturelles du quatuor Prazak en font une des formations les plus accordées à l'esprit viennois (de Mozart à Schönberg). L'extrême rigueur qu'il insuffle dans « la Jeune Fille et la Mort » et « Rosamunde » de Schubert (CD Praga - Chant du Monde 250091) met à nu les ressorts les plus dramatiques, n'hésitant pas à plonger en force au coeur de ces pièces désespérées pour en arracher les accents les plus hallucinés. Le 10 janvier, il offre ce dia- mant noir au festival de Prades ; au Théâtre des Champs-Elysées jusqu'au 13 janvier, tél. 49.52.50.50.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.