JAZZ + Nice ressuscite son festival

Les amateurs de la « note bleue » respirent : Nice participera bien cette année à la ronde des festivals. L'édition 1997 risquait l'annulation in extremis, l'organisateur des festivités depuis 1994 étant en redressement judiciaire. La cité azuréenne est donc « montée sur scène » pour reprendre le festival en régie municipale. Pour le bonheur des jazz-fans bien sûr, mais aussi pour la satisfaction des professionnels niçois du tourisme qui comptent sur la fête du jazz pour animer la mi-juillet. Objectif prioritaire : redorer le blason d'un festival qui n'avait plus l'éclat de « la grande parade du jazz » des années 70-80. En dix ans, observe Lucien Pampaloni, directeur général de l'administration culturelle à la mairie de Nice, cette fête du jazz aura perdu la moitié de ses spectateurs. Conséquence directe, les pertes se sont accumulées, atteignant ainsi 7,6 millions de francs en 1996. Cette année, la municipalité apporte 3 millions de francs destinés à faire la jonction entre les 7,7 millions de recettes (dont 6 millions provenant des 40.000 spectateurs attendus) et les dépenses établies (10,7 millions). Soirées thématiques. La cité des carnavals a décidé de concentrer ses forces pour muscler sa puissance d'attraction : le festival a été condensé sur huit jours (11-18 juil-let), en concertation avec l'autre festival de la Côte, Antibes-Juan-les Pins (du 16 au 26 juillet). La programmation « un peu fourre-tout » (dixit Lucien Pampaloni) des dernières éditions fait place à des soirées thématiques - le soul, les femmes, l'afro-cubain, le Rythm'n Blues... - soutenues par de fortes têtes d'affiche : James Brown, Little Richard, Jimmy Cliff, Wilson Pickett, Nina Simone, Steve Coleman, Michel Jonasz, Manu Dibango... Voilà pour le « grand public ». Les « puristes » retrouveront des jeunesps de la scène new-yorkaise : le saxo Kenny Garrett, le « revenant » Gato Barbieri (la chaleur argentine), le batteur bondissant septuagénaire Roy Haynes et même une soirée consacrée aux jazzmen de l'Hexagone (Escoudé, Bellonzi, le groupe vocal 6 1/2...). Jean-Louis Lemarchand © Renseignements : 04.93.13.25.90. Fax : 04.93.80.53.64. Tarifs : 170 francs (40 francs pour les moins de douze ans) ; 800 francs pour le jazz-pass (huit jours).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.