MARSEILLE + Le second souffle du technopôle de Château-Gombert

3 mn

Le technopôle de Château-Gombert entend sortir de sa réserve. Les observations récemment portées par la chambre régionale des comptes (La Tribune Méditerranée du 23 juin) sur son fonctionnement n'entament pas sa sérénité. Ses responsables font même valoir l'originalité de leur démarche. Cet automne, une campagne de communication nationale va « réaffirmer Château-Gombert dans son état réel de développement, son organigramme et ses ambitions », affirme Carine Schlewitz. Ecartée de la direction de Château-Gombert par la CCIMP, elle revient aujourd'hui aux commandes du technopôle comme chef de projet. Achever le désenclavement. Dispersé sur 180 hectares, dont 70 théoriquement réservés aux entreprises (10 déjà occupés, 10 libres et 50 non disponibles), le technopôle ne maîtrise pas encore son foncier. La mairie, via le syndicat mixte d'équipement, a décidé de combler cette lacune en achetant les 50 hectares en- core privés. Tout aussi symbolique, le site est enfin relié au métro depuis janvier 1997 par une navette. Mais il reste encore beaucoup de promesses non tenues à honorer pour achever le désenclavement. Il semble que le boulevard de l'Etoile (ex. S08) ne sera pas finalement une 2 x 2 voies, mais une route « classique ». Les travaux devraient commencer en 1997 pour s'achever avant l'an 2000. Après neuf ans de fonctionnement effectif, le technopôle abrite 90 entreprises dont 5 de plus de 100 salariés, 1.700 emplois, plus de 3.000 étudiants (quatre écoles d'ingénieurs et des formations universitaires supérieures). Il comprend également plusieurs centaines de logements (2.000, à terme). Stratégie offensive. « Château-Gombert est décrié, mais ces chiffres prouvent sa réalité en tant que technopôle, constate Carine Schlewitz. Le site constitue un pôle des sciences de l'ingénieur de renommée internationale. Il génère une importante activité de transfert de technologie et d'animation scientifique. Nous recevons en moyenne 20.000 congressistes par an. Nous sommes les seuls dans les Bouches-du-Rhône à proposer une offre complète : pépinière d'entreprises, bâtiments relais, location, achat. Notre problème d'image résulte peut-être du faible nombre d'entreprises non marseillaises venues s'installer ici. Mais nous avons volontairement privi- légié un développement endogène en proposant aux PME désireuses de s'agrandir un autre choix qu'un déménagement hors de Marseille. » Le technopôle rapporte plus de 10 millions de francs de recettes fiscales à la cité phocéenne. L'hémorragie réduite, les responsables de la ville s'engagent maintenant dans une stratégie plus offensive en ramenant le prix des terrains de 380 à 320 francs le m2. L'éligibilité récente du technopôle à la prime à l'aménagement du territoire devrait leur faciliter la tâche. Deux leaders s'agrandissent. Un « hôtel technologique » de 3.000 m2 viendra en 1999 compléter l'offre « post-pépinière ». Distri B3 achève un bâtiment de 900 m2 pour transférer en septembre ses laboratoires marseillais, vétustes, de production d'extraits végétaux (homéopathie). Cet investissement de 3 millions de francs permettra à Distri B3 de passer en deux ans de 10 à 20 salariés. Pour les mêmes raisons, les laboratoires Boiron vont installer avant la fin du mois les 40 salariés de leur établissement marseillais dans des locaux neufs du technopôle. Pour la rentrée scolaire, l'Institut de recherche sur les phénomènes hors équilibre regroupe sur 3.800 m2 ses différentes unités et ses 30 chercheurs (150, à terme). Deux des leaders du site, Cybernétix et CMR (Contrôle, Mesure et Régulation) vont s'agrandir. Cybernétix doit acquérir 10.000 m2 pour faire construire en 1998 un bâtiment de 1.500 m2. Une cinquantaine de créations d'emplois sont annoncées sur trois ans. CMR projette pour fin 1997 l'achat de 3.000 m2 de terrain pour y implanter en 1999 une seconde usine de 1.500 m2. Avec une trentaine d'emplois nouveaux à la clef. Gérard Tur, à Marseille

3 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.