Schizophrénie bruxelloise

Jusqu'à Bruxelles ! L'électrochoc déclenché par la fermeture de Renault Vilvorde s'est propagé jusqu'à la Commission européenne, traumatisée par la nouvelle. On l'avait bien compris dès le début de l'affaire, lorsque le très flamand Karel Van Miert, commissaire à la Concurrence, avait subitement perdu toute logique européenne pour vilipender Renault alors que les motifs de sa désertion à Vilvorde - en pays flamand, il est vrai - tiennent précisément à la pression d'une concurrence voulue par la Commission elle-même. On avait, alors, plus que frisé la contradiction. Mais c'est aujourd'hui toute la Commission qui tente de surmonter un accès de schizophrénie. Bien sûr, les commissaires n'ignorent rien des surcapacités dans l'automobile. Pourtant c'est au nom de l'Europe qu'ils accordent des primes pour la création d'usines nouvelles en Italie du Sud, en Espagne ou en Grande-Bretagne. Et c'est aussi au nom de l'Europe que Bruxelles s'indigne de la fermeture de Vilvorde. Leur faudra-t-il trancher ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.