Fonds émergents : une année noire

 |  | 216 mots
Lecture 1 min.
Les Sicav émergentes n'en finissent pas de payer le contrecoup de la crise mexicaine. Plus d'un an après le début de la dévaluation du peso (20 décembre 1994), toutes sont encore dans le rouge, et parfois de façon marquée (- 28 % pour State Street Amérique latine). Mais pouvait-il en être autrement ? Sans doute pas dans la mesure où presque tous les grands marchés émergents enregistrent, eux-mêmes, des performances négatives, une fois converties en francs français. C'est le cas du Mexique, qui progresse de 24 % en monnaie locale mais dont la perte en francs dépasse les 15,5 %. C'est le cas, aussi, du Brésil, en recul de 25 % en francs, de la Malaisie (- 5 %), de la Corée du Sud (- 9 %), de la Thaïlande (- 14 %) et des Philippines (- 20 %). La performance de Partner Alena (La Mondiale) n'en revêt, dès lors, que plus d'intérêt. Après un départ cahotique durant le premier trimestre, la représentante de La Mondiale est la seule à avoir mis à profit les multi- ples tentatives de rebonds des places latino-américaines. Pas de commentaire, en revanche, pour Korea Dynamic Fund (Daewoo Securities Europe), dont le recul est très largement supérieur à celui de l'indice officiel de la Bourse de Séoul !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :