La médecine de l'espace, une spéciFICité toulousaine

 |   |  204  mots
En avril prochain, la « Clinique de l'Espace » ouvrira ses portes à Toulouse sur le site du CHR de Rangueil. Un investissement de 15 millions de francs, qui permettra de réunir les services du Medes, l'institut de médecine et de physiologie spatiales, jusqu'alors éclatés entre les sites voisins du Cnes et le CHR. Deux partenaires à l'origine de la création d'un GIE qui intègre également les universités de Toulouse, Clermont-Ferrand, Lyon, Saint-Etienne et Tours, les Creps de Toulouse et Aix-en-Provence, ainsi que le Commissariat à l'énergie atomique. Spécifiquement toulousain, le Medes représente une structure unique en son genre au plan européen. Créé avec le double objectif de développer un savoir-faire opérationnel en matière de médecine spatiale et de vols habités, et d'exploiter ce retour d'expérience, le Medes, en relation avec l'ESA et les diverses agences spatiales nationales, participe à la sélection des astronautes français et au suivi des vols. Entièrement autofinancé, avec un chiffre d'affaires moyen de 10 à 12 millions de francs et un effectif d'une douzaine de personnes, le Medes se positionne également comme un prestataire de services, pour le compte d'organismes publics comme des industriels de la santé. Jean-Marie Constans, à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :