Etats-Unis : la montée en puissance de l'enseignement à distance

Aux Etats-Unis, la formation aux nouvelles technologies et la formation via les nouvelles technologies connaissent une véritable explosion. Les premiers balbutiements passés, de plus en plus d'entreprises se jettent à l'eau. Selon le Groupe d'infor- mation sur le lieu de travail, le marché de l'éducation et de la formation multimédia devrait même générer, d'ici à 1998, un chiffre d'affaires de 3,2 milliards de dollars (l'industrie et le gouvernement américains ayant quant à eux dépensé près de 40 milliards de dollars - environ 200 milliards de francs - dans la formation en général en 1993). Les atouts du multimédia se sont imposés naturellement au secteur de la formation. En in- vestissant dans les nouveaux supports et en formant leurs employés, les entrepreneurs américains affirment être d'abord attentifs à ne pas se laisser distancer : « Le secteur électronique change tellement rapidement que l'on ne peut pas prévoir les bou- leversements qu'il va apporter demain. Si vous attendez qu'une nouvelle technologie soit entiè- rement développée pour vous y intéresser, vous êtes sur d'arriver trop tard », explique Bruce Bunch, un responsable de General Electric. La poste pionnière. Mais les défenseurs du multimédia soulignent déjà les améliorations sensibles que les nouvelles technologies apportent à la formation, parmi lesquelles des gains de temps et d'argent importants. La poste américaine en a apporté assez tôt la démonstration. Encore récemment, son centre de formation pour les travaux de maintenance, dans l'Etat de l'Oklahoma, accueillait près de 20.000 employés par an, ce qui constituait un véritable casse-tête d'organisation logistique. Dès 1986, Paul Crawford, le directeur du centre, s'est aperçu des progrès que la téléformation (teletraining) pouvait offrir à son institution. Après avoir, pendant plusieurs années, développé un réseau interactif de formation audio, il a commencé à équiper certains sites d'un système de transmission d'images fixes et d'images vidéo par ordinateur et satellite. Aujourd'hui, le Postal Satellite Network diffuse près de deux mille heures de formation télévisée par an, qui peuvent être reçus par deux cent trente sites postaux à travers le pays. Plus besoin de déplacer des milliers d'employés pour un séminaire dans l'Oklahoma : les cours de maintenance sont envoyés aux différents centres, leur contenu est adapté aux besoins de chaque équipe, et le jour et l'heure de diffusion à leur emploi du temps. L'effet ne s'est pas fait attendre : en cinq ans, la poste américaine aurait économisé près de 21 millions de dollars (105 millions de francs environ). Disponible sur demande. La formation à distance présente, selon ses adeptes, de nombreux autres avantages, comme la réduction de la durée de la formation, une meilleure mémorisation des enseignements dispensés et un investissement plus solide des personnes qui s'y prêtent. Mais le multimédia devient aussi, pour les entreprises américaines, un outil de travail à usage immédiat. Les CD-ROM de formation ne servent pas seulement à expliquer comment se servir du dernier logiciel Windows : ils permettent désormais de résoudre des problèmes techniques « à la demande ». L'industrie américaine du traitement des eaux usées s'est ainsi offert un CD-ROM sur mesure lorsqu'elle s'est aperçue que certains employés manquaient de connaissances fondamentales. Activated Sludge, c'est son nom, offre un programme audio et vidéo complet très facile d'emploi. En cli- quant sur un des symboles dessinés sur l'écran, l'utilisateur « appelle » la vidéo et le commentaire technique de son choix. Il peut ainsi naviguer sur le programme au gré de ses besoins, et décou- vrir l'ensemble du processus de traitement des eaux « comme s'il y était ». Chaque étape se termine par un test lui permettant de mesurer ses connaissances et de vérifier qu'il connaît bien son rôle dans l'entreprise. En cas de mauvaises réponses, l'ordinateur renouvelle ses instructions. Cette formation sur CD-ROM permet même d'aller encore plus loin grâce à la simulation. Une fois que l'employé a bien saisi les principes de fonctionnement de l'ensemble du système, il peut passer à l'étape suivante. Il lui suffit d'entrer quelques données sur le logiciel de simulation pour connaître immédiatement les effets potentiels de sa « décision ». Plus besoin d'attendre que les conséquences réelles de ses erreurs se manifestent pour corriger le tir. Garde-fous. De plus en plus d'entreprises américaines s'intéressent à ce type de CD-ROM « formatés » sur mesure. La compagnie aérienne Delta Airlines aurait ainsi économisé plus de 2 millions de dollars par an grâce à son programme de formation multimédia pour le personnel de vol. L'efficacité des nouveaux supports ne semble plus avoir comme seule limite que la créativité de leurs concepteurs. Pourtant, comme le rappelle le récent rapport Gartner - un cabinet d'analyse spécialisé sur la formation interactive : « Une mauvaise formation sur de nouveaux médias reste toujours une mauvaise formation. » C'est pourquoi les commentateurs n'oublient pas de mentionner un certain nombre de garde-fous. D'une part, tous les problèmes de l'entreprise ne peuvent pas être abordés par le biais des médias électroni- ques : par exemple, la lutte contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail est toujours consi- dérée comme un domaine « réservé » de la formation en classe avec un professeur en chair et en os. D'autre part, la possibilité pour les entreprises de créer leurs propres CD-ROM ne doit pas faire oublier que la formation ne s'improvise pas, et qu'il est toujours préférable de faire appel a un expert. Olivier Pascal-Moussellard, à New York

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.