Milan devrait rejoindre la galaxie Euronext

À la fin de l'année dernière, la Bourse de Milan ne se voyait pas jouer si vite un rôle dans la consolidation boursière européenne. Pour son PDG, Massimo Capuano, la cotation en Bourse était la priorité, avant la recherche d'un partenaire international.Et puis, la nomination de Mario Draghi au poste éminemment stratégique de gouverneur de la Banque d'Italie, en remplacement d'Antonio Fazio, a changé la donne. Lors d'un discours inattendu prononcé début mars devant un parterre de banquiers transalpins, il a implicitement poussé la Bourse de Milan dans les bras d'Euronext, en vantant le modèle horizontal, l'approche fédérative et l'image internationale de la Bourse paneuropéenne. Ses propos ont fait mouche et tout s'est accéléré. À la fin du même mois, le conseil d'administration demandait à UBS et Mc Kinsey d'étudier un rapprochement avec l'un des trois leaders européens, Deutsche Börse, la Bourse de Londres - pour laquelle Capuano avait toujours exprimé une préférence - ou Euronext. Et, deux mois plus tard, Angelo Tantazzi, président du conseil d'administration, déclarait ouvertement que le groupe de Jean-François Théodore était le meilleur partenaire possible. Entre-temps, les banques italiennes, actionnaires de la Bourse, et les sociétés émettrices, dont Stefano Micossi, directeur général d'Assonime (association italienne des entreprises cotées), ont exercé de fortes pressions en ce sens.Les discussions officielles ont commencé le mardi 6 juin, à Milan. Une quarantaine de personnes, dirigeants, administrateurs et banquiers conseils, étaient réunies autour de la table. La Bourse de Milan vient de mandater Mediobanca et Rothschild. Euronext travaille avec Morgan Stanley, ABN Amro, UBS et BNP Paribas. Massimo Capuano et Angelo Tantazzi conduisent les discussions côté Bourse de Milan. Leurs interlocuteurs numéro un : Jean-François Théodore et Olivier Lefebvre, président et directeur général d'Euronext. Les deux parties se sont quittées avec l'espoir d'aboutir à un accord concret d'ici à la fin juin. Milan, septième place en europeBorsa Italiana a demandé à Euronext de faire une offre. Selon une précédente évaluation réalisée par UBS, l'entreprise de marché vaudrait entre 1 milliard et 1,2 milliard d'euros. Elle n'arrive qu'au septième rang européen, en termes de capitalisation boursière des entreprises cotées, derrière la Bourse scandinave OMX ou la Bourse suisse. Mais l'enjeu pour Euronext va bien au-delà du poids relatif de l'entreprise.Si Milan rejoint la Bourse paneuropéenne, celle-ci marquera un point décisif dans la construction de son réseau européen, après avoir déjà intégré Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et avoir mis un pied à Londres, avec l'acquisition du Liffe, le marché à terme britannique. Surtout, cette alliance lui permettra de faire taire les opposants à son projet de mariage avec la Bourse de New York... ceux qui dénoncent - ils sont très nombreux en Allemagne - le sacrifice de l'Europe financière et boursière sur l'autel transatlantique.Nicolas RaulotAthènes, un outsider pas négligeableDans le concert international des Bourses, Athènes ne fait guère de bruit. Mais l'outsider grec ne doit pas être négligé. Avec une valeur boursière de 883 millions d'euros, Hellenic Exchange Holdings pèse presque autant que la Bourse de Milan, telle qu'elle a été estimée par UBS (entre 1 et 1,2 milliard d'euros). L'action de l'entreprise de marché, détenue à 42 % par des investisseurs étrangers, a gagné 40 % depuis le début de l'année, à 12,50 euros. Son modèle est identique à celui de la Bourse allemande avec une intégration très lucrative de l'ensemble de la chaîne titres (négociation, compensation, règlement-livraison). Le mois dernier, le PDG Spyros Capralos a indiqué avoir engagé des discussions avec la Bourse allemande, la scandinave OMX ou Euronext pour envisager des coopérations. Des associations avec la Bourse de Bulgarie ou de Jordanie ont aussi été évoquées. N. R.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.