Calme plat en Allemagne

 |   |  421  mots
Contrairement à la France, son voisin d'outre-Rhin ignore la bulle immobilière. Celle-ci a pourtant bien existé après la réunification allemande en 1990. A l'époque, la perspective d'une hausse de la demande de logements à l'Ouest de la part d'Allemands venus de l'ex-RDA avait contribué à faire flamber les prix tout comme le phénomène de spéculation sur les terrains de l'Est. Mais cette bulle a éclaté, et le secteur du bâtiment se débat dans la crise. Côté loyers et acquisitions, l'heure est à la modération, et la stabilité des prix s'installe dans la majorité des villes allemandes, à l'exception de la riche Bavière. Dans le sud du pays, les prix sont un quart plus élevés que dans le reste du pays.Dans l'immobilier de bureau, la faible croissance du nombre d'actifs freine la construction de nouveaux espaces. Cela devrait encore se vérifier cette année. Globalement, il y aurait 22,2 millions de mètres carrés de bureaux à louer en Allemagne, une surface équivalent à plus de 2.000 terrains de football ! "Le volume des transactions dans la location résultera cette année en grande partie de gains de superficie", prévoient les analystes de la Deka Bank. En déménageant dans des espaces modernes et plus spacieux, des entreprises laissent derrière elles des mètres carrés souvent condamnés à rester à jamais inoccupés. En moyenne, les loyers se situent entre 21 et 23 euros le mètre carré dans les grandes villes. A Paris, il faut compter 50 % de plus... En nominal, les prix sont au niveau des années 90, soit bien en dessous en données réelles, observe l'agent immobilier Hartmut Bulwien.Grandes métropoles. Mais, si une certaine stabilité des prix s'observe dans l'immobilier de bureau, en revanche les particuliers habitant les grandes métropoles peuvent craindre de nouvelles hausses de leurs loyers. La hausse dans les années 90 a fait place à une stabilisation des prix depuis l'an 2000. En 2005, le prix des maisons de famille s'est même réduit de 1,5 %. "En 2004, les loyers dans l'ancien et le neuf ont augmenté jusqu'à 9 % à Hambourg et à Düsseldorf. Cette évolution va se poursuivre en 2004", prévoit IVD (Immobilienverband Deutschland).L'heure a sonné pour faire des acquisitions dans le logement : "Les conditions pour investir sont optimales. Les taux d'intérêts sont au plus bas et les prix stables, variant entre plus ou moins 2 % dans l'année", souligne Jürgen Michael Schick, vice-président de la fédération des agents immobiliers (VDM).Jean-Philippe Lacour, à Berlin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :