Les ministres peu enclins à réduire les effectifs de l'État

 |   |  340  mots
Souvenez-vous. Le 27 octobre dans son allocution mensuelle, Dominique de Villepin annonçait avoir demandé "à chaque ministre de faire des propositions chiffrées de redéploiement des effectifs et de non-remplacement des départs en retraite avant le 1er février 2006, pour les intégrer dans le budget 2007". À l'échéance de ce calendrier, Jean-François Copé n'en fait d'ailleurs pas mystère, la déception est au rendez-vous. Après compilation des copies rendues par les ministres, le résultat était qu'"à la fin, on faisait des fonctionnaires en plus" raconte le ministre délégué au Budget. Face à la difficulté de faire entrer les titulaires de portefeuilles ministériels dans la logique demandée, le gouvernement mise tous ses espoirs de réductions d'effectifs sur les audits de modernisations réalisés dans les ministères. D'ici à l'été, une centaine auront été menés. Tous ces audits n'ont pas pour finalité de couper dans les effectifs. Pour certains, l'enjeu est de moderniser les procédures ou de résoudre des problèmes d'organisation ou d'empilement des structures. Cela étant, les résultats des audits et surtout les décisions politiques qui en découleront au moment du débat d'orientation budgétaire auront valeur de test pour le gouvernement et sa volonté de maîtriser la dépense publique.Sur le seul plan des effectifs, les résultats publiés des audits des deux premières vagues portant sur un périmètre d'environ 160.000 fonctionnaires ont identifié un gisement potentiel d'économies sur la période 2006-2008 d'environ 17.000 postes. En fin de course, l'addition pourrait être plus lourde puisque les vagues d'audits à venir portent sur un nombre de fonctionnaires encore plus important. C'est l'espoir de certains élus de la majorité, qui n'avaient pas masqué leur déception à l'issue du vote du budget 2006 au vu des réductions de postes prévues par la loi de la loi de finances. Un peu plus de 5.000 quand les départs à la retraite sont plus de dix fois supérieurs...A. E.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :