Les promesses de l'an passé n'ont pas toutes été tenues

 |   |  368  mots
Jacques Chirac va présenter une initiative pour créer des systèmes d'assurance-maladie dans les pays pauvres. C'est ce qu'il indique dans une tribune publiée aujourd'hui dans une douzaine de journaux du G8 et des pays émergents tout en appelant ce G8 à " tenir ses promesses " vis-à-vis de l'Afrique.Une manière de corriger in extremis l'impression de désillusion que le continent noir serait en droit de nourrir à l'égard des " maîtres du monde ". Contrairement aux derniers G8 en effet, l'Afrique n'est plus en tête de l'agenda. Surtout, les promesses faites lors du sommet de Gleneagles (Écosse) l'an passé n'ont pas toutes été tenues. Un rapport réalisé par Data (Debt, AIDS, Trade, Africa), un groupe de lobbying, constate que les pays riches n'ont pas tenu tous leurs engagements. Le Premier ministre britannique, Tony Blair, et le président de la Banque mondiale ont récemment effectué quelques piqûres de rappel. Sur le front de l'annulation de la dette, les gouvernements ont bien tiré un trait sur la dette de 19 pays très pauvres, dont 14 en Afrique, comme ils s'y étaient engagés à Gleneagles. En revanche, Data considère que le G8 a reculé sur le front des négociations commerciales. La France est considérée comme " le principal obstacle " à un succès du cycle de Doha, en raison de sa position intransigeante sur l'agriculture. Alors que le G8 s'était engagé à accroître l'aide au développement de 50 à 100 milliards de dollars par an d'ici à 2010, dont la moitié pour l'Afrique, Data constate que beaucoup reste à faire.Sous réserve de " l'incroyable opacité " des chiffres, qui incluent parfois la suppression de la dette, Data considère que les pays du G8, qui ont consacré 1,6 milliard de dollars supplémentaires en 2005 à l'aide à l'Afrique, devront ajouter 4 milliards cette année et les suivantes pour respecter leurs engagements. Seule, la France semble en voie de réaliser les engagements pour 2010, relève Data, qui salue son initiative de taxe sur les billets d'avion pour lutter contre les maladies. Data regrette, en revanche, que le Congrès américain revienne " systématiquement sur les promesses d'augmentation de l'aide " formulées par le président George Bush.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :