Comptes sociaux dans le collimateur

 |   |  398  mots
Le Premier ministre se voit confronté en ce début de mandat à une forte dégradation des comptes de la Sécurité sociale, à laquelle il n'est pas totalement étranger puisqu'il est l'artisan de la réforme des retraites de 2003. Or cette réforme, censée garantir la pérennité des régimes de retraite par répartition et redresser les comptes, n'a pas pour le moment l'effet escompté. La loi prévoyait certes d'augmenter à compter de 2008 la durée de cotisation, mais portait également une mesure d'équité permettant aux salariés ayant commencé très jeune leur activité professionnelle de bénéficier d'un départ anticipé. Un dispositif victime de son succès, qui pèse aujourd'hui lourdement sur les comptes de la branche vieillesse du régime général. Depuis sa mise en place au 1 er janvier 2004, 400.000 assurés sont partis à la retraite au titre d'une carrière longue, dont 60.000 depuis le début de l'année (et plus de 100.000 personnes attendues sur 2007).Cette tendance n'est pas contrebalancée par un allongement des carrières encouragé par le plan senior du dernier gouvernement. L'an dernier, seuls 5,6 % du flux des retraités ont opté pour la surcote, qui majore le montant de la pension lorsqu'un salarié prolonge son activité au-delà de 160 trimestres. " Les assurés semblent inquiets et ne décalent pas leur départ à la retraite ", constate-t-on à la Caisse nationale d'assurance vieillesse. Résultat : l'âge moyen de liquidation de la retraite ne cesse de baisser et, avec l'effet démographique du papy-boom, ce sont plus de 700.000 personnes qui devraient partir à la retraite cette année.Ce mouvement se traduit dans les comptes par un déficit attendu pour 2007 d'au moins 4,5 milliards d'euros, alors que la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) tablait en septembre dernier sur un " trou " de 3,5 milliards pour la branche vieillesse.UN TROU DE 6 MILLIARDS D'EUROSLa prévision détaillée et affinée des comptes pour cette année sera rendue publique mercredi par la Commission des comptes. Outre le déficit aggravé du solde retraite, la CCSS devrait annoncer un " trou " de quelque 6 milliards d'euros pour la branche maladie (voir " La Tribune " d'hier). Après le léger mieux de 2006, qui avait vu le déficit de la Sécu passer en dessous de la barre des 10 milliards d'euros, 2007 marque un retour en arrière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :