Déficit record de 12 milliards d'euros pour la Sécurité sociale en 2007

 |   |  494  mots
L'année sera noire pour la Sécurité sociale. Après une brève et timide embellie en 2006, le déficit se creuse à nouveau pour atteindre un niveau record, avec un solde prévu du régime général de 12 milliards d'euros (11,6 milliards en prenant en compte les mesures d'économie du gouvernement en direction de l'assurance-maladie).Selon les prévisions de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS), toutes les branches seront à nouveau dans le rouge cette année, la branche retraite accusant la plus forte dégradation. Son déficit atteindrait 4,7 milliards d'euros, contre 1,9 milliard l'an dernier. L'arrivée à 60 ans des baby-boomers a pesé lourdement : selon la Commission des comptes, " le nombre de départs continuerait d'augmenter en 2007 pour atteindre 740.000, la génération de 1947 étant encore un peu plus nombreuse que la précédente ". Les mesures prises par le gouvernement pour favoriser la poursuite de l'activité (surcote, etc.) n'ont pas eu l'impact souhaité pour contrebalancer ce mouvement de fond.HAUSSE DES ARRETS DE TRAVAILLa branche maladie verrait son déficit 2007 s'aggraver de 500 millions d'euros, à 6,4 milliards d'euros. En prenant en compte les mesures de redressement annoncées par le gouvernement (lire ci-dessus), le solde serait ramené à 6 milliards. La dégradation paraît plus contenue que celle de la branche vieillesse, mais, par rapport aux prévisions inscrites dans la loi de financement de la Sécurité sociale 2007, le dérapage de l'assurance-maladie s'avère beaucoup plus important (3,9 milliards prévus à l'automne dernier pour la branche maladie). Que s'est-il passé ? Le dépassement concerne principalement les dépenses de soins de ville, et notamment les arrêts de travail, qui diminuaient depuis 2004 mais repartent à la hausse depuis la fin 2006. La progression des dépenses des cliniques privées et au titre des Français de l'étranger contribue également au dérapage, qui, au total, est supérieur de 2,2 milliards à l'objectif de dépense d'assurance-maladie (Ondam) voté par le Parlement pour 2007.En revanche, le déficit de la branche famille, qui avait atteint 1,3 milliard d'euros en 2005, se réduit lentement et serait ramené à 700 millions d'euros cette année, grâce à une décélération des aides à la petite enfance et au logement.La détérioration des comptes s'explique en outre par des recettes décevantes. Certes, la masse salariale serait plus dynamique que prévu (+ 4,8 % au lieu de + 4,6 %) en 2007. Mais son impact favorable sur les comptes (350 millions d'euros) est annulé par une croissance des exonérations de charges sociales, plus rapide que celle des taxes affectées à leur compensation (900 millions d'euros). S'y ajoute, pour la seule branche maladie, un manque de 600 millions d'euros de recette. Ainsi, alors que la Loi de financement de la Sécu pour 2007 laissait espérer en septembre la poursuite vertueuse du mouvement de réduction des déficits des comptes sociaux, la Sécurité sociale reste engluée, en dépit du recul du chômage, dans des déficits abyssaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :